le Lundi 25 septembre 2023
le Mercredi 30 août 2023 9:00 Rubrique - Le Carrefour des Francophones

Coup d’œil sur la tradition française et francophone au Costa Rica

Le Congrès panaméricain des professeurs de français en 2014, au Costa Rica.   — PHOTO - Centre de la francophonie des Amériques
Le Congrès panaméricain des professeurs de français en 2014, au Costa Rica.
PHOTO - Centre de la francophonie des Amériques
Situé en Amérique centrale, le Costa Rica est une ancienne colonie espagnole au même titre que la majorité de ses pays voisins. Il va sans dire que l’espagnol est la langue officielle de ce pays depuis son indépendance en 1821. Force est de constater que le paysage linguistique du Costa Rica est riche avec non seulement l’espagnol, mais aussi l’anglais et surtout le français qui, depuis un certain temps, en est la deuxième langue enseignée à l’école.
Coup d’œil sur la tradition française et francophone au Costa Rica
00:00 00:00

Si l’espagnol est la langue parlée et maitrisée par quasiment toute la population costaricienne, selon les dernières données respectives de l’Organisation internationale de Francophonie (OIF) et du Centre de la francophonie des Amériques, 0,1 % de la population est francophone et 8 % apprennent le français. Le nombre d’apprenants du français s’estime à 400 000. 

Le Costa Rica comprend aussi plus d’un millier de professeurs de français à tous les niveaux d’études. En outre, depuis 2014, ce pays est un membre observateur de l’OIF. Aucun autre pays de l’Amérique centrale ne fait partie de cet organisme international.

Sous un regard historique, le rapport entre le Costa Rica et la francophonie ne date pas d’hier. Depuis l’indépendance de ce pays, le gouvernement d’alors voulait toujours avoir des rapports culturels et diplomatiques étroits avec la France. Il a même sollicité l’arrivée de nombre d’éducateurs français sur le territoire. 

Le Monument national du Costa Rica, qui représente le triomphe des nations centroaméricaines contre les troupes des envahisseurs étrangers. 

PHOTO - Wikipedia

Dès lors, le français a une importance capitale dans l’enseignement secondaire au Costa Rica. Non seulement il est obligatoire dans plusieurs classes, surtout pour les élèves de 12 et 15 ans, mais aussi les écoles et universités au Costa Rica célèbrent régulièrement chaque année la Journée internationale de la Francophonie. Plusieurs activités culturelles marquent cette journée au Costa Rica tous les ans. 

De plus, le pays comprend plusieurs organismes valorisant la langue française, dont l’Association costaricienne des professeurs de français (ACOPROF), qui a été fondée en 1988. 

Si les relations franco-costariciennes ont débuté verbalement en 1821, c’est en 1848 qu’elles deviennent formelles, voire officielles, grâce au traité de Toledo-Baradère. Ce dernier a lancé les rapports commerciaux et diplomatiques entre les deux pays. 

Les rapports entre ces deux pays sont très étroits. Il importe de souligner aussi que non seulement le drapeau du Costa Rica a été inspiré de celui de la France (les dirigeants le disent toujours), mais aussi, plusieurs éléments de la culture costaricienne sont hérités de la Révolution française. 

En somme, la tradition française est très riche au Costa Rica. Aujourd’hui, le pays compte des alliances françaises, qui promeuvent la langue et la culture françaises sur son territoire, des universités publiques, ayant un département d’études françaises, mais aussi des écoles françaises. Notamment, le lycée franco-costaricien, communément appelé le Franco, accueille environ 1 900 élèves. Fondé en 1967, 75 % de ses élèves ne sont ni Français ni d’origine française. 

Ce sont des Costariciens qui reçoivent ainsi une formation bilingue espagnol-français. Il est utile de préciser que, de même que d’autres pays de sa région, le Costa Rica se familiarise de plus en plus avec la France et la langue française, en raison du fait que les États-Unis et l’anglais continuent de s’imposer en Amérique. C’est une forme de concurrence à la suprématie de la langue anglaise affichée par les Costariciens.