le Mardi 16 juillet 2024
le Jeudi 11 mai 2023 7:00 Actualités nationales

Le gouvernement canadien annonce le Plan d’action pour les langues officielles 2023-2028

La ministre des Langues officielles, Ginette Petitpas Taylor, lors d’un entretien avec Francopresse en mars dernier.  — PHOTO - Mélanie Tremblay - FRANCOPRESSE
La ministre des Langues officielles, Ginette Petitpas Taylor, lors d’un entretien avec Francopresse en mars dernier.
PHOTO - Mélanie Tremblay - FRANCOPRESSE
En 1969, Ottawa a promulgué la Loi sur les langues officielles qui a fait de l'anglais et le français les deux langues officielles des institutions et organismes fédéraux. C’est une loi à partir de laquelle les débats autour du bilinguisme au Canada ne cessent de croitre, et ce, pour assurer son respect sur le territoire.
Le gouvernement canadien annonce le Plan d’action pour les langues officielles 2023-2028
00:00 00:00

Récemment, le gouvernement canadien a annoncé le Plan d’action pour les langues officielles 2023-2028, sous le thème Protection-promotion-collaboration. 

Selon le gouvernement, ce plan d’action a pour but de mettre en œuvre la réforme et contribuer à atteindre l’égalité réelle des deux langues officielles au Canada. Ce plan sera en vigueur du 1er avril 2023 au 31 mars 2028. 

Il importe de rappeler que ce nouveau plan succède au Plan d’action pour les langues officielles 2018-2023 qui avait pour thème Investir dans notre avenir. Ce plan, qui est arrivé à son échéance le 31 mars, ouvre la voie à nombre de projets qui seront finalisés par le présent Plan. 

En vue de promouvoir les langues officielles, ce nouveau plan d’action accorde une priorité à plusieurs organismes et communautés concernés par les langues. Il cible, entre autres, l’immigration francophone et les communautés de langue officielle en situation minoritaire (CLOSM). 

Des projets ambitieux et novateurs seront mis sur pied en vue d’appuyer la vitalité de ces communautés. Par CLOSM, il faut entendre des groupes de personnes dont la langue maternelle ou la langue officielle utilisée n’est pas la langue majoritaire de leur province ou territoire. Ce sont les francophones hors Québec et les anglophones au Québec. 

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, qui montre toujours sa volonté pour un bilinguisme équilibré, a réaffirmé sa position dans ce plan d’action : « Les langues officielles du Canada, à savoir l’anglais et le français, sont un héritage précieux, un puissant symbole de notre diversité et un élément dynamique de notre identité nationale. Elles (les deux langues) forment un pont qui relie les Canadiens entre eux et nous unit au reste du monde, et nous devons les protéger et les garder vivantes pour veiller à ce qu’elles continuent de s’épanouir. » 

Pour passer de la parole aux actes, M. Trudeau et son gouvernement disposent de 4,1 milliards de dollars pour la période 2023-2028. Selon le gouvernement, c’est le plus gros investissement fait en matière de langues officielles dans l’histoire du pays.

Ginette Petitpas Taylor, Acadienne de souche et ministre des Langues officielles et ministre responsable de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique, s’est aussi exprimée pour l’annonce de ce plan : « J’ai à cœur la protection et la promotion de notre dualité linguistique. Nos deux langues officielles font partie intégrante de notre identité et c’est pourquoi notre gouvernement a posé des gestes concrets dans les dernières années en matière de langues officielles. »

Outre M. Trudeau et Mme Petitpas Taylor, une pléiade d’autres ministres sont partenaires du plan d’action. Ils sont, entre autres, Jean-Yves Duclos, ministre de la Santé ; Carla Qualtrough, ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes en situation de handicap ;  Karina Gould, ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social ; David Lametti, ministre de la Justice et procureur général du Canada ; Mona Fortier, présidente du Conseil du Trésor ; Sean Fraser, ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté ; François-Philippe Champagne, ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie ; et Pablo Rodriguez, ministre du Patrimoine canadien.