le Mardi 16 juillet 2024
le Mardi 20 juin 2023 11:00 Acadie et Francophonie

Un coup d’œil sur l’écriture inclusive et son évolution

L’ écriture inclusive rejette la règle grammaticale faisant croire que le masculin l’emporte sur le féminin. — PHOTO - Jean-Philippe Giroux
L’ écriture inclusive rejette la règle grammaticale faisant croire que le masculin l’emporte sur le féminin.
PHOTO - Jean-Philippe Giroux
Depuis le début des années 2000, les débats autour de l’écriture inclusive font tache d’huile avec surtout des militants qui s’opposent au système patriarcal existant dans l’écriture, selon eux. Depuis lors, on en parle non seulement sur les réseaux sociaux et les médias traditionnels, mais aussi dans les espaces scolaires et universitaires. Le Courrier s’est intéressé à cette forme d’écrire dans la langue française.
Un coup d’œil sur l’écriture inclusive et son évolution
00:00 00:00

Par écriture inclusive, il faut entendre un ensemble de moyens linguistiques permettant d’assurer une égalité entre les femmes et les hommes. D’autres appellations comme « rédaction inclusive », « rédaction épicène » et « écriture non genrée » sont souvent utilisées afin de donner plus de place aux femmes et aux personnes non binaires dans les textes. 

L’utilisation de cette écriture rejette la règle grammaticale faisant croire que le masculin l’emporte sur le féminin. Par exemple, dans cette écriture, il faut écrire acteur·rice·s, ingénieur·e·s, ceux·elles, sénior·e·s, les cuisinier. ère.s ou le pronom iel pour que tout individu , peu importe son genre, se sente inclus. 

Dans différents milieux et dans divers pays, il y a des débats autour de cette forme de rédaction. S’il y a beaucoup de gens qui s’y opposent, d’autres veulent que cette écriture soit acceptée et répandue comme une trainée de poudre. 

En mars 2017, en vue de féminiser la langue française, les éditions Hatier en France ont publié le premier manuel scolaire en écriture inclusive. Ce livre d’histoire, titré Questionner le monde, a été destiné aux élèves de CE2. L’édition a utilisé des images en vue de faire respecter l’égalité des sexes. 

En 2022 la Société des enseignants du Manitoba a publié un guide linguistique en vue de valoriser l’écriture inclusive. Dans ce document visant à faire respecter l’identité des genres, ces enseignants syndicalistes ont proposé de dire « des gens d’affaires » au lieu « des hommes d’affaires ». 

En 2021, une pétition a été lancée en France par l’organisme SOS Éducation afin de demander au ministère de l’Éducation de proscrire l’écriture inclusive à l’école. Quelque 2 365 pages des signatures de cette pétition ont été envoyées au ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer. 

Plus de 52 000 citoyens, majoritairement des parents et enseignants, ont signé cette pétition, ce qui a poussé le ministre à prendre position contre l’écriture inclusive à l’école. Selon lui, la complexité et l’instabilité de l’écriture inclusive constituent des obstacles à l’acquisition de la langue comme de la lecture. 

Si cette écriture était interdite à l’école en France, elle continuait à aller son petit bonhomme de chemin à l’université. Toutefois, des milliers de Français viennent de tirer la sonnette d’alarme afin que cette écriture soit interdite aussi au niveau universitaire. D’après un sondage réalisé par l’institut CSA pour CNews, publié le mercredi 14 juin 2023, 58 % des Français interrogés sont défavorables à l’utilisation de l’écriture inclusive à l’université. 

Contrairement à la France, au Canada, particulièrement au Québec, l’écriture inclusive prend de l’ampleur. D’ailleurs, plusieurs institutions prônent cette écriture. En 2021, l’Institut national de la recherche scientifique au Québec a publié le Guide de rédaction inclusive, qui était bien accueilli par les pratiquants de cette écriture. 

D’autres universités ont aussi publié leur guide d’écriture inclusive. Nous pouvons citer, entre autres, l’Université Laval, qui a publié Guide de rédaction inclusive en 2021 et l’Université de Montréal, qui a publié Guide d’écriture pour toutes et tous en 2019. Si d’autres universités du Québec n’ont pas publié leurs guides, ils sont toutefois favorables à cette écriture. « À la Faculté des lettres et sciences humaines, on rédige de manière inclusive ! », prône l’Université de Sherbrooke. 

Outre les universités canadiennes, le gouvernement fédéral a publié ses premières directives sur l’écriture inclusive en français en octobre 2022 sur les portails linguistiques du Canada. Certes, ce n’est pas exigé par le gouvernement canadien, mais les pratiquants de cette écriture ont apprécié l’initiative. 

En somme, si l’écriture inclusive ne fait pas l’unanimité à ce jour, elle est très utilisée par de multiples féministes, universitaires et syndicalistes, voire de grandes personnalités politiques. En dépit de toute l’ampleur dont elle fait l’objet, l’Académie française s’oppose totalement à cette forme d’écriture. D’ailleurs, en 2017 l’Académie a fait savoir que l’écriture inclusive est « un péril mortel » pour la langue française.