le Mardi 7 février 2023
le Mardi 20 Décembre 2022 7:00 | mis à jour le 22 Décembre 2022 8:33 Actualités nationales

Antura and the Letters remporte le Prix spécial pour l’engagement social

Emmanuel Guardiola et Chad Comeau avec le Prix spécial pour l'engagement social, présenté par Gaming-Aid eV. — PHOTO - Deutscher Entwicklerpreis
Emmanuel Guardiola et Chad Comeau avec le Prix spécial pour l'engagement social, présenté par Gaming-Aid eV.
PHOTO - Deutscher Entwicklerpreis
L’équipe de création du jeu vidéo mobile Antura and the Letters, incluant le fondateur de l'entreprise de conception de jeux Fring Frang, Chad Comeau, a reçu le Prix spécial pour l’engagement social du Deutscher Entwicklerpreis.

Un aperçu du jeu mobile Antura and the Letters. 

PHOTO - Natalie Robichaud

Jean-Philippe Giroux – IJL – Réseau.Presse – Le Courrier de la Nouvelle-Écosse

Le jeu, qui a été lancé en 2017, a été créé pour les enfants de la Syrie qui ont dû quitter le pays et ne pouvaient pas aller à l’école à cause de la crise humanitaire provoquée par la guerre civile dans leur pays.

L’application mobile permet d’apprendre la langue du pays d’accueil en jouant à des mini-jeux qui incluent des lettres et des sons. Le joueur chemine sans avoir la sensation de suivre un cours de langue. 

Le projet a été réalisé par le Cologne Game Lab, l’organisme Video Games Without Borders et Wixel Studios pour aider avec l’apprentissage linguistique, mais aussi pour améliorer le bien-être des joueurs en situation de crise. 

L’équipe compte plus des dizaines de bénévoles qui ont contribué à la réalisation du jeu, soit par la traduction, la correction et l’enregistrement de voix. Ils sont principalement des résidents et des réfugiés européens issus de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. 

Antura and the Letters fait partie du projet de thèse de Chad Comeau, qui étudie et travaille à Cologne Game Lab, en Allemagne. La version sur laquelle il a travaillé cette année est destinée aux enfants affectés par la guerre entre l’Ukraine et la Russie. L’équipe a réalisé la première version de cette mise à jour en trois mois. 

« C’est une très bonne cause qui a des impacts réels dans le monde, déclare M. Comeau. J’espère que gagner le prix pourra augmenter la visibilité [du jeu]. » 

Un tel prix est aussi important afin de poursuivre la conception du jeu, notamment en y ajoutant d’autres langues. « Ça donne surtout de la crédibilité quand on va voir des gens pour aller chercher du financement complémentaire », mentionne Emmanuel Guardiola, professeur à Cologne Game Lab et l’un des fondateurs du projet d’application mobile. 

L’application gratuite Antura and the Letters permet d’apprendre une langue en jouant à des jeux avec des lettres et des sons. 

PHOTO - 2017-2022, TH Köln / Cologne Game Lab, Video Games Without Borders & Wixel Studios

Aider les Ukrainiens 

Pour son projet de thèse, Chad Comeau a joué le rôle de coordinateur de la localisation. C’est justement Emmanuel Guardiola qui lui a proposé de faire partie de la réalisation de la nouvelle version du jeu. « J’avais le sentiment de vouloir faire quelque chose pour aider avec la crise », raconte-t-il. 

Il s’est fié sur le réseau existant à l’université pour contacter des personnes qui parlent notamment l’ukrainien et le polonais. Il a aussi utilisé des réseaux sociaux comme LinkedIn pour recruter des pigistes bénévoles afin de traduire des mots. 

Même si le projet est conçu dans un milieu universitaire, il y a un intérêt de collaborer avec des personnes en dehors de la bulle académique. Il était important pour l’équipe de travailler surtout avec des enseignants de terrain. « On voulait avoir un aspect pratique et très rapide […] pour répondre à un besoin ou une crise », lance M. Guardiola. 

L’application touche également le hongrois et le roumain ainsi que des langues de pays plus à l’ouest de l’Ukraine comme le français, l’italien et l’espagnol. L’équipe pense inclure l’arménien pour aider de futurs réfugiés de l’Arménie, qui est en conflit militaire avec l’Azerbaïdjan. 

Faire connaître l’application 

En 2018, pour promouvoir Antura and the Letters, Emmanuel Guardiola et ses collègues ont eu recours au service d’une compagnie de marketing qui a effectué une campagne de promotion sur les réseaux sociaux afin de contacter les familles syriennes. 

Le plan a été similaire pour la version ukrainienne. Ils ont embauché une compagnie ukrainienne qui a déjà l’expérience de communiquer auprès des réfugiés, grâce à son réseau d’influenceurs. 

Pour la campagne digitale, l’équipe se fie également aux données du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés dans le but de déterminer les régions avec les plus grosses concentrations de réfugiés.