le Mardi 7 février 2023
le Vendredi 2 Décembre 2022 7:00 | mis à jour le 23 Décembre 2022 13:42

Un retour à Richmond pour Gabrielle Samson

Gabrielle Samson, nouvelle journaliste à la télévision communautaire Telile. — PHOTO - Vanessa Roy-Savoie
Gabrielle Samson, nouvelle journaliste à la télévision communautaire Telile.
PHOTO - Vanessa Roy-Savoie
Gabrielle Samson est de retour dans sa communauté pour représenter la francophonie de son coin de pays. Cette Catou a récemment obtenu un poste à la télévision communautaire Telile qui lui a permis de revenir dans la région de Richmond. 

Gabrielle Samson est de retour dans sa communauté pour représenter la francophonie de son coin de pays. Cette Catou a récemment obtenu un poste à la télévision communautaire Telile qui lui a permis de revenir dans la région de Richmond. 

Mme Samson, qui a grandi aux Petites-Anses, parle de sa communauté avec beaucoup d’amour. « Je viens de la grande famille des Samson et des Landry (Saindoux) et j’ai vécu toutes mes années d’enfance et d’adolescence à La Pointe, aux Petites-Anses et à Petit-de-Grat, raconte-t-elle. C’est une région qui a beaucoup de forces, qui est très dynamique, et qui n’a pas peur des défis; elle est comme une tempête ».

Après avoir terminé ses études secondaires à l’École Beau-Port, Mme Samson a fréquenté l’Université Sainte-Anne afin d’obtenir son baccalauréat. Ensuite, elle a enseigné à Yellowknife, Arichat et, finalement, elle « s’est aventuré » à Pomquet pendant sept ans avant son retour à Isle Madame. 

« Ça faisait longtemps que j’étais au loin et même si Pomquet n’est pas loin, c’est loin assez pour ne pas faire parti, dit-elle. Je voulais vraiment revenir pour essayer d’offrir de quoi à la région, mais je ne savais pas comment contribuer. Puis, quand j’ai vu le poste avec Telile pour journaliste francophone, j’étais comme, ah oui ! Je pourrais définitivement faire ça, parce que j’ai grandi en regardant Telile. Je savais quel type de programmation ils faisaient, et je connaissais vraiment bien la région acadienne de Richmond. Je voulais vraiment bien la représenter. » 

Telile ?

Telile est l’une des rares chaînes de télévision communautaire au Canada à être, sans marque, à but non lucratif et à avoir encore quelques émissions en direct. Elle est basée sur l’Isle Madame, dans le comté de Richmond. 

Gabrielle a commencé son travail au mois d’août. Elle raconte que les premières semaines étaient surtout dédiées à la formation et qu’elle s’est lancée pour créer du contenu vers la fin septembre. 

Au début, son mandat était de créer une heure de contenu en français par semaine. Depuis novembre, Gabrielle a comme mission de créer une heure et demie de contenu francophone axé sur le journalisme civique. Et vers la fin décembre, elle devra créer deux heures par semaine. 

Elle est heureuse d’avoir eu l’occasion d’avancer dans son nouveau poste. « Ça va super bien jusqu’à maintenant, me confie-t-elle avec des petites étoiles dans les yeux. Je travaille ici et c’est beaucoup mieux pour mon cœur. »

Trois émissions en français

Dans l’émission Par chez nous, Gabrielle Samson essaie surtout de donner de la visibilité aux personnes et aux projets locaux pour « mettre un visage aux gens de la région ». 

Notre voix pour nos droits est une série de reportages d’environ 15 minutes créée dans le but de résumer les questions importantes et pertinentes soulevées par les trois paliers de gouvernement et de rendre l’information accessible à la communauté. 

En ce sens, Mme Samson est comme une traductrice. Elle prend ce qu’elle entend dans les rencontres politiques et transfère le contenu en utilisant des mots que les gens d’ici comprennent. 

« Ceci m’apporte beaucoup de nouveau vocabulaire en gouvernance municipale, explique-t-elle. Je me base beaucoup sur la région de Clare qui fonctionne déjà de cette façon en français. Je les remercie beaucoup pour ça, d’ailleurs, de m’offrir ces termes-là que je n’avais pas nécessairement. » Avec le temps, Gabrielle espère que ce vocabulaire sera plus connu par les gens de Richmond.

Et finalement, dans sa troisième émission Cette semaine en Acadie, elle fait la promotion de ce qui se passe dans la région acadienne de Richmond, mais aussi à travers la province. 

Richmond est une région qui s’est toujours beaucoup impliquée du côté communautaire. Même si la population vieillit et que les gens restent plus souvent chez eux depuis la Covid, la journaliste croit qu’il est quand même important de les informer de ce qui se passe. 

Elle essaie de participer à la majorité des assemblées générales annuelles des regroupements provinciaux. Quand elle a la permission, elle sort sa caméra pour filmer. Sinon, elle prend des notes. Le but est de « garder tout le monde au courant de qu’est-ce qu’est la progression de l’Acadie en Nouvelle-Écosse ». 

Les trois émissions qu’elle réalise, ainsi que d’autres contenus pour la télévision communautaire, sont aussi disponibles sur la chaîne YouTube de Telile. 

Mme Samson veut donner une visibilité aux gens de Richmond et elle espère qu’en entretenant plus de gens de sa région, il y aura un nouveau niveau de sécurité linguistique chez les Acadiens de la région. 

Projets à venir

Gabrielle travaille présentement sur plusieurs projets, collaborations, et partenariats, notamment avec Potlotek, Torbé et les aînés. 

Elle est ouverte à l’idée de contribuer à d’autres projets et d’offrir davantage de visibilité aux groupes, organismes et individus.  

Elle rappelle que Telile appartient à la communauté et que, si le public veut voir quelque chose de spécifique, il ne faut pas hésiter à la contacter. 

Elle ajoute que si les résidents de la région ont des questions pour les élus de Richmond, ils n’ont qu’à lui soumettre leurs questions pour les prochaines rencontres municipales. Elle promet qu’elle posera ces questions à leur nom, quand elle aura l’occasion. 

Il est possible de contacter Mme Samson directement sur sa page Facebook, Gabrielle Samson — Journaliste civique, via courriel, gabriellesamson@gmail.com, ou en appelant directement à Telile en composant le 902 226-1928. 

L’organisme est présent sur YouTube, Facebook, Twitter, Instagram, et depuis peu, TikTok.