le Mardi 7 février 2023
le Lundi 28 novembre 2022 13:00 | mis à jour le 28 novembre 2022 18:16 Acadie et Francophonie

L’Acadie au 18ème Sommet de la Francophonie, une présence remarquable

Les chefs d'États et de gouvernement présents dans le Sommet — PHOTO - Site web de l'OIF
Les chefs d'États et de gouvernement présents dans le Sommet
PHOTO - Site web de l'OIF
Par Sommet de la Francophonie, il faut entendre des rencontres des chefs d’État et de gouvernements des pays membres de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Le Sommet se déroule tous les deux ans et est présidé par le chef d’État ou de gouvernement du pays hôte.

Le premier s’est déroulé en 1986 à Versailles, en France. Pour le tout dernier, soit le 18ème, la ville tunisienne de Djerba en a été le pays hôte les 19 et 20 novembre 2022. C’était un Sommet au cours duquel non seulement l’Acadie a été présente, mais aussi elle a marqué sa présence de façon indélébile. 

Parmi les grandes décisions qui ont été prises lors du Sommet de la Francophonie, nous pouvons citer, entre autres, l’adoption de quelques textes qui engagent la Francophonie à l’horizon 2030, la réélection de Louise Mushikiwabo à son poste de secrétaire générale de lOIF et le choix de la France comme pays hôte pour le prochain Sommet en 2024.

Martin Théberge, président de la Société Nationale de L’Acadie (SNA)

PHOTO - Page Facebook de la SNA

Selon l’OIF, le Sommet définit les orientations de la Francophonie dans un cadre stratégique décennal, de manière à assurer son rayonnement dans le monde. 

L’un des faits marquants de ce Sommet est la rencontre entre le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, et son homologue du Québec, François Legault. Ce 19 novembre, en marge de ce Sommet en Tunisie, les deux dirigeants ont eu l’occasion de s’échanger pendant une vingtaine de minutes. Étonnement, c’était leur première rencontre depuis la réélection de M. Legault, le 3 octobre dernier.

Dans la délégation canadienne qui s’est rendue en Tunisie, il y avait surtout la présence de la directrice générale de la Société nationale de l’Acadie (SNA), Véronique Mallet, du président de la SNA, Martin Théberge, du ministre responsable de la Francophonie au Nouveau-Brunswick, Glen Savoie, ainsi que du ministre des Gouvernements locaux et de la Réforme de la gouvernance locale, Daniel Allain. 

Cette délégation acadienne a profité de ce Sommet pour visiter l’École canadienne Galileo Galilei, située à Ezzahra à Tunis, capitale de la Tunisie. C’est une école dont le programme d’études est similaire à celui des écoles francophones du Nouveau-Brunswick. L’École canadienne Galileo Galilei est jumelée avec l’école Champlain qui est une école primaire de la communauté de Moncton. 

C’est grâce à cette visite que la littérature acadienne sera présente en Tunisie, car le président de la SNA a fait un don de plusieurs livres d’auteurs acadiens pour les élèves de cette école. Ces livres sont offerts par les éditions Bouton d’or Acadie. 

Avec un appui financier de 30 millions de dollars chaque année, le Canada, comprenant la contribution du Québec et le Nouveau-Brunswick, est le deuxième plus gros bailleur de fonds de l’OIF, après la France. 

À rappeler que le territoire du Canada en général et de l’Acadie en particulier est un grand habitué du Sommet de la Francophonie. Le Québec a accueilli la deuxième et la douzième édition respectivement en 1987 et 2008. De son côté, le Nouveau-Brunswick en a accueilli la huitième en 1999 à Moncton. 

Il n’y a pas eu de Sommet en 2020 en raison de la pandémie de la COVID-19.