le Samedi 3 Décembre 2022
le Vendredi 25 novembre 2022 9:00 | mis à jour le 25 novembre 2022 10:06 Actualités provinciales

Les homards de la Nouvelle-Écosse s’améliorent de jour en jour

PHOTO - Tristan Gévaux (Unsplash)
PHOTO - Tristan Gévaux (Unsplash)
Qui savait déjà que les homards de la Nouvelle-Écosse se vendent en quantité dans le monde et surtout aux États-Unis, en Chine et en Europe ? Qui savait déjà que l’industrie du homard en Nouvelle-Écosse a un grand chiffre d’affaires de presque 1 milliard de dollars ? Le Courrier a eu un échange avec Kenneth Deveau, directeur du Centre de recherche et d’innovation sur la qualité du homard (CRIQH). Il nous a présenté de fil en aiguille les grands axes de ce centre.

Le CRIQH a été créé par l’Université Sainte-Anne (USA).  Son principal but est d’améliorer la valeur du homard pour les pêcheurs, les transformateurs, les exportateurs et les consommateurs de la Nouvelle-Écosse. 

Depuis cette création, le chiffre d’affaires de l’industrie du homard de cette province maritime ne cesse de grimper.  Fier d’être Néo-Écossais, M. Deveau, qui porte aussi le chapeau de président de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse (FANE), nous a informé que le mandat du centre a trois principaux volets. D’abord, développer un programme avancé de recherche appliquée et continue sur les déterminants de la qualité du homard pour le marché mondial. Ensuite, fournir des programmes de formation agréés sur la manutention et l’entreposage des homards au nom de la Nouvelle-Écosse. Enfin, renforcer la reconnaissance de la marque officielle de la Nouvelle-Écosse pour les exportateurs de homards. 

Il est utile d’informer les lecteurs du Courrier qu’il y a une régression importante de homards dans le monde en raison de la surpêche. Cette dernière est la pêche excessive et destructive faite par les pêcheurs sur certains poissons, crustacés ou mollusques. Dans beaucoup de pays où la pêche est une grande source économique, cette situation se présente et est flagrante. 

Toutefois, en Nouvelle-Écosse, il y a toujours une flopée de homards durant la saison de pêche. 

« Du 28 novembre à la fin du mois de mai, les meilleurs homards se trouvent en quantité dans les côtes de la Nouvelle-Écosse », a précisé Kenneth Deveau, directeur du CRIQH. 

Au cours de cette saison, les homards de la Nouvelle-Écosse se vendent dans tous les recoins du monde. « Il y a des centaines d’entreprises qui font la pêche, l’achat et même la transformation des homards et avec des milliers de travailleurs », a déclaré Kenneth Deveau.

M. Deveau affirme que le projet de recherche du CRIQH sur la qualité de homard a été créé au bénéfice de toutes les industries. « Il y a un ensemble de chercheurs qui travaillent de concert avec les industries pour que les homards de la Nouvelle-Écosse soient toujours de bonne qualité. », dit-il.

Pour bien accomplir sa mission, le CRIQH possède des installations ultramodernes dans le laboratoire de l’USA, au Centre de Recherche Marine (CRM). Ledit centre, situé sur le campus de Petit-de-Grat, assure la survie et la durabilité des industries marines dans les communautés rurales de la Nouvelle-Écosse. 

Les Acadiens peuvent s’enorgueillir en étant chefs de file de la qualité de homards dans le monde. Depuis que l’USA se met dans le jeu, cette fierté peut atteindre son apogée. Cependant, selon le directeur du CRIQH, il pourrait réaliser davantage de recherches et d’exploits s’il y avait plus de chercheurs dans la région.  

Le Courrier souhaite du succès à toute l’équipe de CRIQH et surtout aux pêcheurs qui courent des risques dans la mer en quête de homards.