le Samedi 3 Décembre 2022
le Vendredi 18 novembre 2022 10:31 Éditorial

Les choix difficiles qui valent la peine

  PHOTO - Gaëlle Marcel (Unsplash)
PHOTO - Gaëlle Marcel (Unsplash)
Les ballounes ont été gonflées récemment pour une occasion spéciale : la retraite bien méritée d’un médecin au service de la région de Chéticamp, le Dr Marcel Aucoin. Cette semaine, notre rédactrice Rosie Grace-Aucoin a rédigé un profil en hommage à ce médecin qui a pratiqué la médecine dans le coin pendant plus de 25 ans. 

Il s’agit d’une retraite qui a été prise plus tôt que prévu. Il confesse qu’il est «  temps de changer, et ce moment me semble le plus approprié. Ce n’est pas que je n’aime pas mon travail ou que j’ai une mauvaise santé. C’est juste une occasion de suivre d’autres rêves. »

Ce n’est pas toujours facile de mettre fin à sa carrière ou à un projet pour réaliser d’autres rêves. À vrai dire, il n’y aurait que 8 % de la population mondiale qui réussissent à passer du rêve à la réalité, selon Forbes business. Cette statistique ne prend pas en compte les enjeux de société qui ne permettent pas aux gens d’atteindre leurs buts.  Mais ça n’empêche pas que, en regardant les gens dans ma propre vie, on dirait que la plupart parlent de leur rêve, mais n’arrivent pas à le réaliser pour une raison quelconque. 

On dirait que, plus on vieillit, plus on oublie le Petit Prince qui existe en nous. Et je comprends pourquoi, plus que j’approche la trentaine. On allume la télévision et on ouvre les réseaux sociaux tous les jours pour voir des nouvelles qui font soupirer : l’économie canadienne qui plongera dans une récession en 2023, une révolte en Iran qui sème le désespoir, le retour de Donald Trump pour la course à la présidentielle de 2024, etc. 

Pourtant, le monde est en train de s’améliorer, même si on pourrait penser le contraire. D’après le rapport Goalkeepers de la Fondation Bill & Melinda Gates concernant les progrès mondiaux, la planète est toujours en meilleur état qu’il y a trois décennies, même si la majorité des dirigeants mondiaux n’ont pas atteint leurs objectifs de développement, dont l’élimination de la pauvreté et la famine, d’ici 2030. 

Sommes-nous biaisés à cause des médias sociaux qui nous montrent ce qui se passe tout le temps et partout sur la planète ? Fort probablement, car il y a des choses incroyables qui ont eu lieu récemment, dont la remise ce lundi du prix amplement mérité d’Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres de la République française au cinéaste acadien de renom international, Phil Comeau. 

Ça fait chaud au cœur de voir des Acadiens comme lui et le Dr Marcel Aucoin écouter leur cœur et suivre leur instinct. Ils servent d’inspiration pour les autres à prendre des risques et « suivre d’autres rêves ». 

Jean-Philippe Giroux 

Rédacteur en chef