le Samedi 3 Décembre 2022
le Vendredi 18 novembre 2022 7:00 Nos communautés - Chéticamp

Le Dr Marcel Aucoin prend une retraite anticipée pour réaliser ses rêves

De gauche à droite : Le chef du personnel médical, le Dr Michel Chiasson, le Dr Amélie Maillet, le Dr Marcel Aucoin et le Dr Paul Sonier. — PHOTO(S) - Rosie Aucoin-Grace
De gauche à droite : Le chef du personnel médical, le Dr Michel Chiasson, le Dr Amélie Maillet, le Dr Marcel Aucoin et le Dr Paul Sonier.
PHOTO(S) - Rosie Aucoin-Grace
Un médecin de famille dans la région de Chéticamp prend sa retraite un peu plus tôt qu’anticipé afin de se focaliser sur d’autres projets qui lui tiennent à cœur.

Le Dr Marcel Aucoin a été médecin de famille au Centre de santé communautaire Sacré-Cœur à Chéticamp pendant les vingt six dernières années. Il a été chef du personnel médical de 2004 à 2010.

Lors d’un entretien, nous avons parlé de sa décision de prendre sa retraite. « Lorsque j’ai commencé ma pratique et que j’ai réfléchi à mon avenir, j’ai pensé à l’âge de cinquante-deux ans pour la retraite, explique-t-il. Pour moi, c’était un âge avancé et un si long chemin à parcourir. » 

« Récemment, le Dr Kassy Sonier souhaitait revenir au pays pour y installer son cabinet médical, poursuit-il. Nous en avons parlé et cela a fait boule de neige. Je ne voyais aucune raison de ne pas prendre ma retraite et de ne pas faire d’autres choses. Mon dernier jour à la clinique était le 19 août et j’ai officiellement pris ma retraite le 30 septembre. »

Dr. Marcel Aucoin lors d’une célébration pour souligner sa retraite au Club House Le Portage à Chéticamp.

Il raconte que, en tant que médecin, il était difficile de s’engager dans d’autres activités intéressantes et de s’y consacrer pleinement. « Même lorsque nous partions en vacances pendant toutes ces années, il était difficile de se déconnecter, avoue-t-il. Il fallait toujours s’assurer que les patients seraient pris en charge pendant notre absence et qu’un suivi serait assuré à notre retour. » 

Avec un petit rire, il a dit « qu’il est temps de changer, et ce moment me semble le plus approprié. Ce n’est pas que je n’aime pas mon travail ou que j’ai une mauvaise santé. C’est juste une occasion de suivre d’autres rêves de toujours. » 

« Je vous dirai que le fait de lâcher prise demande un certain temps pour s’y habituer, déclare M. Aucoin. J’ai été impliqué dans la médecine depuis le jeune âge de dix-huit ans. Ce n’est pas une transition facile, un tel changement de vie, mais c’est tout de même agréable. » 

Diplômé de l’École NDA en 1988, M. Aucoin a fait ses études à l’Université de Moncton (diplôme en sciences de la santé) et à l’Université de Sherbrooke au Québec (doctorat en médecine et résidence en médecine familiale).

« Il a toujours été très important pour moi de revenir à la maison dans le but de créer une pratique médicale, raconte Aucoin. C’était mon rêve, même lorsque j’étais au secondaire. Cela a joué un rôle important dans ma décision de me lancer en médecine. J’ai été très chanceux de pouvoir revenir dans ma communauté francophone natale. »

M. Aucoin poursuit : « J’ai commencé ma carrière médicale en juillet 1996 à l’ancien hôpital du Sacré-Cœur avec les docteurs Claudie Aucoin et Gayle MacDonald. Nous travaillions à la consultation externe de l’hôpital le matin et à l’ancienne clinique qui était située derrière la pharmacie acadienne l’après-midi. Nous devions faire des allers-retours pendant la journée, ce qui n’était pas très pratique. »

« J’ai été chanceux de déménager dans le nouvel hôpital – le Centre de santé communautaire du Sacré-Cœur – en 1999, ajoute-t-il. Un bâtiment qui abrite la clinique médicale de Chéticamp, l’hôpital et le Foyer Père Fiset est l’installation parfaite. C’est très pratique d’avoir tous ces services réunis sous un même toit. C’est formidable que notre équipe ait eu son mot à dire sur l’aménagement quelques années avant sa construction. » 

« J’aime vraiment vivre dans notre village acadien et je me sens tellement chanceux d’avoir pu travailler aux côtés de ma femme Ginette à la clinique et de rester dans cette communauté pendant toute ma carrière, déclare le médecin. Élever nos enfants, Julien, Andrée et Louise, au sein d’une famille et d’amis qui nous soutiennent, il n’y a rien de mieux. » 

« J’ai adoré ma profession, dit-il. Les avantages l’emportent définitivement sur les inconvénients, exprime M. Aucoin. Bien sûr, il y avait des moments de stress, et on ne savait jamais ce qu’on allait rencontrer chaque jour, mais cela rendait aussi le travail plus intéressant et plus stimulant. » 

Il raconte avoir particulièrement aimé le contact humain avec ses patients. « J’ai aimé rencontrer de nouvelles personnes et l’interaction avec mes patients, raconte-t-il. J’étais également très intéressé par les procédures médicales telles que la pose de plâtres, de sutures, etc. que j’ai pratiquées à l’hôpital. Quelle chance de pouvoir dire qu’il n’y a pas eu un seul jour où je n’ai pas eu envie d’aller travailler ! »

Les membres actuels et anciens du personnel du Centre de santé communautaire Sacré-Cœur se sont réunis pour célébrer la retraite du Dr Aucoin.

M. Aucoin a mentionné avoir appris très tôt qu’il n’y avait pas toujours une solution à ses problèmes. « Je pense que c’est le plus grand obstacle qu’il faut apprendre à franchir, confesse-t-il. Vous voulez aider et faire tout ce que vous pouvez, les aider à s’en sortir, mais un résultat positif n’est pas toujours possible. La clé avec de nombreux patients était de simplement écouter. Je n’étais pas un conseiller, mais je pouvais écouter et offrir des conseils pour contribuer à la santé et au bien-être du patient. » 

Il attribue son succès en tant que médecin à son environnement de travail. « J’ai travaillé avec une grande équipe de collègues qui sont devenus un peu comme une famille, dit-il. Le fait de travailler ensemble pendant si longtemps est un véritable atout pour la clinique médicale. »

M. Aucoin a parlé du fait de pouvoir travailler dans un entourage acadien. « La langue francophone est très importante pour moi. C’est ma langue maternelle et je veux pouvoir garder ma langue, ma culture et mes traditions vivantes et florissantes dans ma vie, mon entourage. »

Ce père de famille a joué un rôle essentiel dans sa communauté. Il a participé à plusieurs productions théâtrales et a soutenu le Conseil des arts de Chéticamp. En tant que mélomane et fier Acadien, il est important pour lui de promouvoir notre culture auprès de la jeune génération et de la partager avec les autres dans le monde entier. 

En plus d’être médecin, le Dr Aucoin a fait la promotion d’un mode de vie sain auprès de sa famille, de ses amis et de ses patients. Il a même développé un programme spécial intitulé Vitalité pour aider les personnes aux prises avec divers problèmes de santé. 

Il était souvent considéré comme un modèle pour les autres, car il participait à de nombreuses activités physiques, dont plusieurs marathons. Il est membre fondateur du centre de conditionnement physique Acadie Grouille, membre fondateur de l’équipe de course à pied Acadiens Cabot Trail Relay, et a participé à des présentations médicales régulières à des groupes locaux, notamment le groupe de soutien aux victimes d’accidents cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux, des groupes scolaires, TOPS, des groupes d’aînés, etc. 

« Nous sommes entourés d’une telle beauté et il y a beaucoup d’occasions de profiter de tout ce que la nature a à offrir, ce qui ne peut être que bénéfique pour nous, une partie fondamentale de notre bien-être physique et mental », mentionne M. Aucoin. 

Depuis qu’il a pris sa retraite, M. Aucoin trouve beaucoup de choses à faire. « J’ai été très occupé par mes engagements familiaux. De plus, Ginette et moi rêvions de posséder un café comme projet de retraite. Nous travaillons à sa mise sur pied et à son fonctionnement et nous espérons être en affaires l’été prochain. Le fait de me lancer dans cette aventure a également eu une grande influence sur ma décision de prendre ma retraite. J’espère pouvoir organiser des séances sur les modes de vie sains dans le café, comme je l’ai fait dans le passé. Pour l’instant, tout est en suspens, mais c’est une aventure passionnante jusqu’à présent. »  

« Nous aimons voyager et la Covid a mis un terme à cette activité pendant quelques années, ajoute-t-il. Nous pouvons maintenant commencer à visiter certains endroits de notre liste de souhaits ! » 

Nous avons parlé des célébrations de sa retraite « Nous avons eu un beau souper à l’Abri, café, restaurant et bar pour le personnel de la clinique. Mary Lou Chiasson a pris sa retraite pendant la Covid. Il n’y a pas eu de reconnaissance et Regina Deveaux prend sa retraite en décembre. C’était une chance pour nous de nous rassembler, une belle occasion en dehors de l’environnement de travail tout en célébrant nos départs à la retraite. » 

« De nombreux membres du personnel de l’hôpital, anciens et actuels, ont organisé une fête de départ à la retraite pour moi au Club House du Portage, dit M. Aucoin. C’était formidable de pouvoir évoquer des souvenirs avec tout le monde et de les remercier en personne. C’était important pour moi, car beaucoup m’ont aidé tout au long de mon parcours. » 

Le Dr Michel Chiasson, chef du personnel médical, ne tarit pas d’éloges sur son collègue. « Les médecins et le personnel de la Clinique médicale de Chéticamp tiennent à remercier le Dr Marcel Aucoin pour ses 26 années de service aux patients du Centre de santé communautaire Sacré-Cœur. Il a joué un rôle déterminant dans la construction du nouvel hôpital, a promu et donné l’exemple d’un mode de vie sain dans notre communauté et a aidé à recruter des médecins à Chéticamp. Nous lui souhaitons le meilleur pour sa retraite et la meilleure des chances dans ses projets futurs. »