le Samedi 3 Décembre 2022
le Mercredi 9 novembre 2022 9:00 Nos communautés - Chéticamp

L’arrière-garde acadien Joe Arsenault a survécu contre vents et marées

Un jeune Camarade Joe Arsenault, mitrailleur arrière pendant la Seconde Guerre mondiale. — PHOTO(S) - Archives
Un jeune Camarade Joe Arsenault, mitrailleur arrière pendant la Seconde Guerre mondiale.
PHOTO(S) - Archives
Les guerres mondiales semblent parfois appartenir à une histoire lointaine, mais leurs effets sont encore ressentis par beaucoup, surtout pendant le mois de novembre. Elles sont si présentes dans les médias et lors des cérémonies spéciales du jour du Souvenir dans nos écoles, nos églises, etc.

Il y a des années, j’ai regardé une vidéo filmée en 1992 (CHNE-TV avec l’interviewer Ernest Boudreau) mettant en vedette plusieurs anciens combattants acadiens de la région qui ont partagé certaines de leurs expériences de guerre. En écoutant, on ne pouvait s’empêcher de ressentir la douleur et la souffrance d’une époque, un cauchemar qu’ils voulaient oublier. Ces braves soldats savaient qu’en partageant leurs expériences, ils sensibilisaient les autres aux nombreux sacrifices de nos ancêtres, de ceux qui ont combattu pour notre liberté.

J’ai été très intrigué par ces histoires. L’une d’entre elles, en particulier, a été racontée par feu camarade Joseph (à Jim et Rose) Arsenault, de Terre Noire. Il est né le 3 octobre 1924 et, comme tant de jeunes hommes à cette époque, il a quitté la maison pour aller à la guerre.

L’escadron 420 Snowy Owl au sein duquel le Camarade Joe Arsenault a combattu en tant que mitrailleur arrière pendant la Seconde Guerre mondiale.

Il a miraculeusement survécu à la Seconde Guerre mondiale en tant que mitrailleur arrière, alors que toutes les chances étaient contre lui de revenir un jour de la bataille. Pour ceux qui ne le savent pas, un mitrailleur de queue ou mitrailleur arrière est un membre d’équipage d’un avion militaire qui joue le rôle de mitrailleur pour se défendre contre les attaques des chasseurs ennemis depuis l’arrière, ou « queue », de l’avion. Le mitrailleur de queue opère un emplacement de mitrailleuse flexible à l’extrémité de la queue de l’avion, avec une vue dégagée vers l’arrière de l’avion.

Connu sous le nom de Joe de Cap LeMoine, il était un vétéran de guerre hautement décoré et voici une partie de son histoire :  « Je me suis engagé dans l’armée à l’âge de dix-huit ans à Windsor, en Ontario. À cette époque, il semblerait que tout le monde voulait être pilote et qu’il n’y avait plus de place pour ce cours, mais ils étaient à court de mitrailleurs arrière, alors je me suis dirigé dans cette direction. J’ai suivi ma formation à Beau Jolie. J’ai eu deux semaines de congé, puis j’ai embarqué pour l’étranger. » 

« Ma formation concernait les bombardiers bimoteurs et plus tard, les bombardiers quadrimoteurs avant d’être sur l’action de l’escadron, raconte-t-il. Quand on est passé au quadrimoteur bombardier, c’est là que l’équipage s’est réuni et a regroupé les différents membres. C’était au pilote de décider qui il choisissait pour son équipage et il avait tous nos dossiers. Nous étions sept au total : le pilote, le navigateur, le bombardier, le radiotélégraphiste, le mécanicien de bord, le mitrailleur intermédiaire et moi, le mitrailleur arrière. » 

Il poursuit : « Nous avons fait notre premier voyage, nous avons atterri sur l’escadron 420 Snowy Owl, la même station que l’escadron 425 Alouette de Québec. On nous a assignés à faire 30 voyages, c’était notre quota en fonction d’un système de points. On obtenait quatre points pour une cible dangereuse et trois points pour une cible moins dangereuse. Tous mes voyages étaient à quatre points, donc je m’en suis sorti avec 30 voyages ».

Camarade Joe Arsenault, mitrailleur arrière, a combattu pour notre liberté en tant que mitrailleur arrière de l’escadron 420 Snowy Owl.

Le 420e Escadron (City of London) de l’ARC était un escadron de l’Aviation royale du Canada qui a existé à partir de la fin décembre 1941. Le surnom de l’escadron était « Snowy Owl ». Sa devise était Pugnamus Finitum, ce qui signifie en latin : Nous combattons jusqu’au bout. L’escadron no 420 n’est plus actif.

M. Arsenault explique : « Nous transportions huit tonnes de bombes à chaque voyage. Il fallait 6 à 8 heures pour aller du Yorkshire en Angleterre, selon les cibles que nous avions. Nous larguions les bombes et revenions à la base. Laissez-moi vous dire qu’il y a eu des moments difficiles. » 

Dans son journal de bord, ce brave soldat avait consigné certains des pires voyages et décrivait : « Un voyage le 5 janvier 1945 au-dessus de Hanovre, en Allemagne. Notre mitrailleur intermédiaire est tombé en panne et sur les 7 bombardiers qui ont quitté notre escadron, seuls trois sont revenus. » 

Il ajoute : « Un autre voyage a eu lieu le 16 janvier 1945. Les voyages de nuit étaient les pires. Nous avons vu un chasseur Ju 88 qui avait des roquettes sur le dessus. S’ils passaient sous vous pendant la nuit et que vous ne les voyiez pas, ils vous faisaient exploser dans le ciel. Vous étiez fini. Il fallait être en état d’alerte et se mettre à l’abri. Cette nuit-là, nous avons encore perdu quatre bombardiers sur les sept de notre équipe. C’est la nuit qui a été la plus effrayante, car vous ne pouviez pas voir votre environnement, vos repères. Il fallait être très attentif pour détecter l’ennemi. »

« Nous avons été en action du 29 décembre 1944 au vendredi 13 avril 1945, relate-t-il. Une fois que vous aviez effectué vos 30 missions opérationnelles, vous ne pouviez plus voler pendant 6 mois. Je suis resté en Angleterre et j’ai suivi une formation d’instructeur d’artillerie, puis je suis retourné à Debert, en Nouvelle-Écosse. J’y suis resté 6 mois en tant qu’instructeur d’artillerie, puis je me préparais à effectuer 30 autres voyages au Japon, mais la guerre s’est terminée avant que nous n’y arrivions. » 

« Les chances de survie, pour notre équipage, en particulier les artilleurs arrière, étaient de deux sur cinq, ce qui était la moyenne de chaque mission », a déclaré M. Arsenault.

Pendant la vidéo, il a expliqué qu’il a été réuni en 1990 avec les membres de son équipage. « J’ai pris l’avion pour Toronto et je suis arrivé là-bas le 13 avril – le Vendredi saint, la même date que notre dernière mission en 1945, dit-il. Le pilote était mort en Saskatchewan, mais les autres étaient là. L’opérateur radio d’Ottawa, un ingénieur de Toronto, un mitrailleur intermédiaire de Toronto, un viseur de bombes de Toronto, un navigateur de Windsor et moi, de Cap LeMoine. » 

Sur le ton de la plaisanterie, M. Arsenault rit et dit : « Nous avons essayé de boire une bière pour chaque voyage que nous avions accompli, mais nous n’avons réussi à faire que quinze voyages ce soir-là. »

Arsenault a déclaré : « Je ne sais pas combien de Canadiens et d’équipages aériens il y avait, mais il y en a eu au moins 10 000 qui ont été perdus au combat. Mes chances étaient de deux sur cinq en tant que mitrailleur arrière, alors j’aurais très bien pu ne pas m’en sortir vivant, mais je l’ai fait. Malheureusement, beaucoup d’autres personnes d’ici n’ont pas eu cette chance. Je ne connais que quelques membres d’équipage au nord d’Inverness qui ont survécu. » 

Bien que la guerre ait été déclarée terminée, les effets des batailles étaient loin d’être terminés pour bon nombre de nos anciens combattants. Ils ont beaucoup souffert de leurs expériences, souffrant du syndrome de stress post-traumatique et de cauchemars que nous ne pouvons qu’imaginer.

M. Arsenault a dû souffrir de ces souvenirs, mais il a rarement révélé ses cicatrices les plus profondes. Il a toutefois révélé à sa famille qu’à chaque mission, il ne s’attendait pas à survivre. Il est décédé le 11 mai 1997, laissant un héritage de courage, de force et de fierté.

 Les grands efforts de notre pays pendant la Seconde Guerre mondiale ont impliqué pratiquement tout le pays, que ce soit en servant dans l’armée ou en servant sur le front intérieur dans l’industrie ou l’agriculture. Plus d’un million de Canadiens et de Terre-Neuviens ont servi dans l’armée – plus de 45 000 ont donné leur vie et 55 000 autres ont été blessés. 

Pourtant, malgré les risques effrayants, le nombre de volontaires n’a jamais diminué. On savait que le prix à payer était énorme, mais c’est un prix qui a continué à être payé avec un courage sans faille. Si aujourd’hui il représente une dette qui ne pourra jamais être remboursée, c’est au moins une dette qui ne doit jamais être oubliée.

 Les grandes puissances ont apporté des contributions plus importantes à l’effort de guerre, mais pour un pays de seulement 11 millions d’habitants, la contribution du Canada a été remarquable. 

À la fin de la guerre, le Canada était devenu une puissance militaire importante avec la troisième plus grande marine du monde, la quatrième plus grande force aérienne et une armée de six divisions. Le Canada s’était considérablement développé au cours de l’épreuve de la guerre et avait assumé de nouvelles responsabilités en tant que membre important de la communauté mondiale. 

Ils ont combattu ensemble comme des frères d’armes. Ils sont morts ensemble et maintenant ils dorment côte à côte. Nous avons une obligation solennelle envers eux – Amiral Chester W. Nimitz.