le Samedi 3 Décembre 2022
le Vendredi 4 novembre 2022 14:43 | mis à jour le 8 novembre 2022 14:02 Communautaire

L’Église Sainte-Marie : une icône nord-américaine risque d’être démolie à jamais

L’Église Sainte-Marie de la Pointe-de-l’Église commence à montrer son âge. On estime que les coûts des réparations et des rénovations vont s’élever à plusieurs millions de dollars, mais sa structure demeure toujours solide et les rénovations sont possibles. — PHOTO(S) - Richard Landry
L’Église Sainte-Marie de la Pointe-de-l’Église commence à montrer son âge. On estime que les coûts des réparations et des rénovations vont s’élever à plusieurs millions de dollars, mais sa structure demeure toujours solide et les rénovations sont possibles.
PHOTO(S) - Richard Landry
POINTE-DE-L'ÉGLISE - Incapable d’obtenir les fonds et l’appui nécessaires, la Société visant la restauration et la préservation de l’Église Sainte-Marie de la Pointe-de-l’Église met fin à ses efforts pour trouver les ressources nécessaires afin de maintenir l’édifice.

Il s’agit d’un monument et un legs aux ancêtres acadiens de la région de la Baie Sainte-Marie. La Société est à l’œuvre depuis neuf ans.

Plusieurs facteurs ont mené à cette conclusion malheureuse. Les plus significatifs comprennent la pandémie de la COVID-19, qui a mené à des délais et qui a rendu les contributions du secteur privé bien plus difficiles à obtenir, ainsi que les pressions de l’inflation qui ont fait en sorte que les coûts des travaux de réparations et de rénovations nécessaires ont plus que doublé récemment.

Une photo prise à l’intérieur de l’Église Sainte-Marie de la Pointe-de-l’Église. 

Une entente avec le diocèse pour l’achat de l’édifice a pris fin le 30 septembre dernier. L’église sera donc démolie si aucun autre groupe ne prend la relève.

L’édifice, la plus grande église de bois en Amérique-du-Nord et la seule au monde de son style d’architecture construite en bois, a été complétée en 1905 et est donc âgée de 117 ans. 

Selon l’historien feu Alphonse Deveau, il fallait à l’époque bâtir une église à la Pointe qui n’aurait jamais besoin d’être agrandie et qui serait la reine de tous les édifices du culte dans la région.

Malgré son âge, des examens d’architectes ont indiqué que la structure demeure très solide grâce à l’ingénierie des bâtisseurs et à la dévotion des paroissiens au fil des années. Les travaux de réparations et de rénovations sont réalisables. 

La Société a longuement travaillé avec le diocèse pour finalement arriver à une entente avant l’arrivée de la COVID-19. Elle a récemment lancé un appel d’offres afin de préparer une stratégie détaillée pour la collecte de fonds pour les rénovations, mais, malheureusement, malgré plusieurs appels et suivis, aucune firme n’a soumis une offre. C’était une déception majeure. 

Un autre facteur était que les instances surtout gouvernementales n’ont pas pris la relève à cause des questions portant sur comment et qui allait maintenir l’édifice par la suite. L’église sera-t-elle donc démolie ?

En creusant pour la fondation, on s’est aperçu que le roc solide n’était qu’à trois pieds de la surface. Les pierres de fondation étaient déjà sur les lieux, a noté Alphonse Deveau dans son livre Chicaben ou Pointe-de-l’Église (1999).  Selon les plans de la nouvelle église, l’édifice devait être construit en pierre, mais on a choisi le bois.

À l’intérieur du clocher sont montées trois cloches, fondues en France, d’un poids total de 1 696 kg. L’édifice mesure 60 mètres de long et 42 mètres de large au transept. La hauteur du plafond est de presque 20 mètres. Le clocher a été baissé en 1914 à 60 mètres à cause d’un incendie causé par la foudre. Heureusement, une averse avait éteint les flammes et des paratonnerres ont été installés peu après.

L’église comprend également un musée contenant une collection précieuse d’articles religieux reliés à l’histoire de la paroisse Sainte-Marie, dont des objets prêtés par des familles, propriétés de la paroisse ou propriétés du diocèse de Halifax-Yarmouth. 

Le musée offrira de retourner les objets prêtés aux familles et ceux appartenant au diocèse seront retournés à leurs propriétaires. Il reste à déterminer comment les autres objets seront distribués.  

Alors que la Société n’a pas recueilli des fonds considérables, tous les fonds d’opérations qui restent seront retournés aux contributeurs autant que possible. Les fonds qui demeureront seront donnés au comité du cimetière Sainte-Marie pour son maintien. 

La Société Édifice Sainte-Marie de la Pointe a été créée en 2013 par André Valotaire. Elle est composée présentement de Pierre Comeau (président), Élie Thimot, Janine Saulnier (trésorière), Richard Landry (secrétaire), Allister Surette (Université), Guy LeBlanc, Yvon LeBlanc (préfet), Gerald Comeau et Hector Thibault qui ont travaillé avec des personnes-ressources locales. 

Les membres de la Société sont prêts à coopérer avec tout autre groupe ou individu intéressé à entreprendre ce projet communautaire. 

La Société va terminer officiellement ses activités le 31 décembre 2022.