le Samedi 3 Décembre 2022
le Mercredi 2 novembre 2022 10:00 | mis à jour le 8 novembre 2022 14:04 Arts et culture

Rêves à colorier : une pièce de théâtre jeunesse pour aborder la santé mentale

Ariane DesLions et sa machine à sons « Tiyou », jouée par Simon Bergeron, qui ne communique que par les sons.  — PHOTO(S) - Jean-Philippe Giroux
Ariane DesLions et sa machine à sons « Tiyou », jouée par Simon Bergeron, qui ne communique que par les sons.
PHOTO(S) - Jean-Philippe Giroux
Ce n’est pas toujours évident de parler des enjeux en santé mentale avec les enfants. Pourtant, Ariane DesLions en fait son cheval de bataille avec sa pièce de théâtre pour enfants Rêves à colorier.

Jean-Philippe Giroux – IJL – Réseau.Presse – Le Courrier de la Nouvelle-Écosse

Mme DesLions est la créatrice et productrice de la pièce de théâtre ainsi que l’auteure-compositrice-interprète des chansons du spectacle. 

Elle joue le rôle de la rafistoleuse qui essaie de tout réparer dans sa vie, des objets cassés aux relations familiales difficiles. 

La musique de la pièce devient alors un refuge pour traverser les tempêtes à la maison. 

« C’est très sensible, très touchant, mentionne la créatrice. C’est ça qu’on remarque par les réactions des parents et des enseignants qui voient le spectacle, parce qu’on nomme de vrais sujets qui ne sont pas toujours abordés dans la chanson jeunesse. » 

Ce qu’elle aime le plus du théâtre pour enfant, c’est que presque tout est permis devant un public aussi curieux et candide qui est prêt à embarquer dans le jeu. 

Les comédiens utilisent plusieurs outils bricolés comme accessoires de scène.  

« Un prétexte d’intervention » 

Travailleuse sociale de formation dans le domaine de la santé mentale et de l’itinérance, Mme DesLions est d’avis que le théâtre jeunesse est un moyen d’aller plus loin pour outiller les gens et marquer des vies. 

« Pour moi, c’était une priorité d’aborder ces sujets-là, de les nommer, précise-t-elle. Je crois que les enfants sont prêts à tout entendre. » 

Elle raconte avoir grandi avec une famille qui a vécu diverses problématiques liées à la santé mentale et n’avoir pas eu d’endroits désignés à l’école pour en parler. 

« Moi, je voulais donner des outils, confesse-t-elle. C’est ça l’idée de la fabricoleuse : donner des outils aux enfants et aux parents. » 

En utilisant des personnages clownesques, elle arrive à dédramatiser les problèmes de santé mentale qui touchent les gens qu’on aime. 

Ses bricolages véhiculent de manière ludique des messages sérieux, comme sa montgolfière attachée à une canne à pêche qui sert de métaphore d’un parent qui n’est pas terre-à-terre, à cause de problèmes personnels.  

Elle souhaite que son art puisse permettre à certains jeunes de se sentir moins seuls lorsque le mauvais temps arrive. 

Tendre le micro aux jeunes

Ariane DesLions en train d’accorder sa « roukistar », une guitare fabriquée à partir d’une roue de vélo et un ski. 

Dans la région de Clare, ce sont les élèves de l’École Stella-Maris (ESM) et de l’École Joseph-Dugas (EJD) qui ont eu la chance de rencontrer Ariane DesLions et sa machine à son, Tiyou. 

Claire Durand-Bigras, écolière de la deuxième année de l’ESM, a surtout aimé le thème du fabricolage. « Ce que j’ai trouvé le fun, c’est que c’était une personne qui fabriquait des objets avec des choses qu’elle pouvait réutiliser », dit-elle. 

« Tu n’as pas besoin de trop pour faire des choses », ajoute Jayden Leblanc, 5e année de l’ESM. 

La pièce de théâtre d’Ariane DesLions touche des thèmes comme la persévérance et la résilience, ce qui s’est ressenti chez plusieurs des écoliers. « Moi, j’ai appris qu’il ne faut jamais abandonner », affirme Teche Dugas, 6e année de l’EJD. 

Ariane Carrier, 6e année de l’ESM, écrit des chansons depuis un an. Elle dit que le spectacle lui a donné le goût de retourner à son piano pour composer de nouvelles œuvres. 

La présentation de Rêves à colorier fait partie de la série de spectacles présentée par le Réseau atlantique de diffusion des arts de la scène (RADARTS).

Des élèves de l’École Stella-Maris (ESM) et de l’École Joseph-Dugas (EJD). De gauche à droite : Ariane Carrier, 6e Année de l’ESM, Claire Durand-Bigras, 2e année de l’EJD, Jayden Leblanc, 5e année de l’ESM et Teche Dugas, 6e année de l’EJD. 

Ariane DesLions se prépare pour son spectacle au Théâtre Marc-Lescarbot, le 20 octobre en avant-midi.