le Samedi 3 Décembre 2022
le Mardi 11 octobre 2022 9:01 Arts et culture

Raconte-moi un souvenir : préserver l’histoire de Pubnico en format vidéo

Luc d’Eon, Pierrette d'Entremont (adulte) et Yvette d’Entremont, ainsi que Charlee d'Eon et Oliver d’Entremont.  — PHOTO - Monique d'Entremont
Luc d’Eon, Pierrette d'Entremont (adulte) et Yvette d’Entremont, ainsi que Charlee d'Eon et Oliver d’Entremont.
PHOTO - Monique d'Entremont
Une série documentaire filmée principalement au Village historique acadien de la Nouvelle-Écosse permettra de mettre en lumière les anecdotes et les souvenirs des aînés de Pubnico.

Jean-Philippe Giroux – IJL – Réseau.Presse – Le Courrier de la Nouvelle-Écosse

La Fédération culturelle acadienne de la Nouvelle-Écosse (FéCANE) a lancé le projet documentaire Raconte-moi un souvenir en collaboration avec la réalisatrice Yvette d’Entremont. 

Il fait partie d’Impact-Aîné.e.s, une initiative du CBDC Restigouche ayant comme but de réaliser « des initiatives d’impact collectif afin d’accroître l’inclusion sociale des aînés francophones en régions rurales ». 

Le début du parcours du Village historique acadien de la Nouvelle-Écosse. 

PHOTO - Jean-Philippe Giroux

Mme d’Entremont a eu l’idée de faire des capsules historiques en transcrivant d’anciens journaux intimes et d’albums de sa grande-tante qui a quitté Pubnico dans les années 30 pour devenir garde-malade aux États-Unis durant la Deuxième Guerre mondiale.

Mais ce n’était pas tout : un autre projet folkloriste concernant sa grand-mère a servi d’inspiration pour Raconte-moi un souvenir

« On sait qu’on trouve toujours des faits, des statistiques, explique Mme d’Entremont. On peut trouver ça dans des livres n’importe où, mais j’aime l’idée de préserver l’histoire d’une façon un peu plus ludique. » 

 Pour ce faire, elle a effectué des entrevues avec des aînés ainsi que des reconstitutions dramatiques à partir de certaines des anecdotes des personnes participantes. 

Une vingtaine de jeunes et quelques adultes de la communauté ont été sélectionnés pour jouer différents rôles. 

La majorité des scènes ont été filmées dans la Maison Charles Duon et la Maison Maximin d’Entremont ainsi que dans les environs du village historique. 

 Une fois que le mot s’est répandu à propos du projet, des membres de la communauté ont fait parvenir des images et des objets pour le tournage. 

Léguer des souvenirs

L’artiste croit qu’il est important de garder des souvenirs et des anecdotes personnelles de sa famille pour mieux comprendre ses origines. 

« Pour les années à venir, on aura accès à cette partie de notre histoire, du patrimoine de notre région, explique Mme d’Entremont. Ça serait bien pour les familles, mais aussi pour toute la communauté. » 

Raconte-moi un souvenir comprend le témoignage de huit aînés du village, mais le générique soulignera également les autres aînés qui ont partagé leurs histoires avec Mme d’Entremont. 

Elle souhaite que le projet puisse « conserver une partie de nous, pour le futur ». 

Yvette d’Entremont, réalisatrice de Raconte-moi un souvenir. 

PHOTO - Jean-Philippe Giroux

Un changement interne

Mme d’Entremont raconte qu’elle a été transformée par les histoires des individus qu’elle a interviewés.  

Même si les aînés ont grandi à une autre époque, elle constate qu’il y a énormément de similarités entre chaque génération. 

« C’est les mêmes humains, les mêmes gens que nos jeunes d’asteure, remarque-t-elle. Ils ont apporté une humanité à l’histoire. » 

Les anecdotes des capsules porteront sur les moments importants de la vie. 

« Ils ont eu une vie difficile et c’est des bonnes leçons pour nous autres […] ils sont encore ici. Ils peuvent rirent d’eux-mêmes. C’est bien de les voir. Ça nous apprend à rire de nous-même aussi et d’apprécier la vie. »

 Valoriser nos aînés

En Nouvelle-Écosse, la FéCANE est l’un des quatre organismes collaborateurs d’Impact-Aîné.e.s. 

« La FéCANE veut promouvoir et valoriser la contribution des aînés aux arts et à la culture de la Nouvelle-Écosse », dit Luc D’Eon, directeur général de l’association artistique et caméraman responsable du tournage du projet. 

Les capsules seront éventuellement publiées sur TéléNÉ, une plateforme de vidéos communautaires de l’organisme qui valorise la culture acadienne de la Nouvelle-Écosse. 

La date du lancement de la série documentaire n’est pas encore déterminée. Mme d’Entrepont mentionne qu’il y aura peut-être un tapis rouge lors de l’événement pour les comédiens et les participants. 

Anne (jouée par Reece d’Entremont) et sa sœur Rosella (Savannah MacIntosh) font des « pâtes » pour mettre dans le ragoût. 

PHOTO - Monique d'Entremont

Les jeunes, déguisés en « mi-Carême », courent après qu’ils ont fait des tours. Ils font du bruit à la fenêtre avec une bobine et une corde. 

PHOTO - Monique d'Entremont