le Lundi 26 septembre 2022
le Mercredi 14 septembre 2022 7:00 Nos communautés - Clare

L’Art des dimanches de la Baie, c’est plus qu’un marché

Amy Paradis, secrétaire de LeCAB — PHOTO - Courtoisie
Amy Paradis, secrétaire de LeCAB
PHOTO - Courtoisie
Cet été, des artistes et artisans de la Baie Sainte-Marie se sont rassemblés les dimanches à l’Anse-des-Belliveau pour promouvoir l’art local et la solidarité entre créateurs.

Jean-Philippe Giroux – IJL – Réseau Presse – Le Courrier de la Nouvelle-Écosse

La première série de marchés de l’Art des dimanches a débuté l’été dernier. Pour sa seconde édition, le Conseil des Arts de la Baie (LeCAB) a pris le relais de la direction. 

L’Expo d’Art Saint-Bernard et LeCAB, les deux organisations d’artistes visuels les plus connues dans la région, se sont regroupées pour organiser la seconde expo-vente estivale. 

Les artistes de Saint-Bernard pouvaient autrefois présenter leurs œuvres à la galerie située à l’intérieur de l’église locale. 

Mais, avec le futur incertain de cette église qui a d’ailleurs été déconsacrée en juin, l’Expo d’Art Saint-Bernard se cherchait un nouveau lieu de rassemblement. 

Cette collaboration a eu un effet positif pour la communauté artistique, d’après l’une des organisatrices du projet. 

« Ça nous a permis d’explorer l’occasion de se réunir et de faire des projets comme une communauté complète de Clare », lance Amy Paradis, secrétaire de LeCAB.

Des gens en train de regarder les oeuvres d’un artiste local lors du dernier dimanche de l’Art des dimanches.

PHOTO - Courtoisie

Une communauté artistique

Elle ajoute que l’expo-vente 2022 a témoigné d’une « belle diversité », soit un mélange de gens établis à la Baie depuis belle lurette et de nouveaux artistes régionaux. 

En moyenne, 16 artistes par dimanche y ont participé au cours de la durée du projet. 

Mme Paradis mentionne que le nombre de participants a augmenté cette année grâce au bouche-à-oreille. 

Elle ajoute que le marché a permis aux visiteurs et aux gens de la région de découvrir de nouveaux artistes locaux comme Robert Jones, potier et fabricant de savons. 

« C’était valorisant pour les artistes, non seulement parce que c’est bien de faire des sous de plus, mais en même temps, c’est une chance de faire un peu de réseautage entre artistes », mentionne-t-elle.

Elle ajoute que l’Art des dimanches est une occasion rare pour les artistes visuels d’échanger des idées avec des personnes qui font un travail similaire. 

La secrétaire de LeCAB est aussi l’une des artistes ayant présenté ses œuvres à l’Anse-des-Belliveau. 

En travaillant avec le tissu et le vinyle, elle confectionne des articles qui incorporent des mots et expressions acadjonnes qu’elle adore, dont madouesse (porc-épic). 

« Ça valorise un peu plus le langage qui est ici depuis tellement longtemps », dit-elle.

Être plus accueillant 

L’équipe organisatrice voulait également s’assurer de donner la chance à des membres de la communauté, notamment les nouveaux arrivants et les résidents permanents, de présenter des mets traditionnels. 

« On a ciblé des gens dans la communauté qui aiment cuisiner et qui souhaitent peut-être démarrer des petits business », raconte Mme Paradis. 

Les cuisinières comprennent Gyu-Na Park et Jeong Won Lee, originaires de la Corée du Sud, et un groupe de femmes des Philippines (Vera Zamora, Bleza Olivar, Mary Jean Martin et Mirra Cabarron de Loera). 

Toutes informations sur les prochains événements de l’Art des dimanches seront publiées sur la page Facebook du groupe. 

Une vue panoramique de l’expo-vente à l’Anse-des-Belliveau, le 4 septembre.

PHOTO - Courtoisie