le Samedi 3 Décembre 2022
le Mardi 13 septembre 2022 7:00 Actualités provinciales

Et si Nova-Ouest devenait la Rive-Acadienne – Shelburne ?

Le député de Nova-Ouest, Christ d’Entremont, observe la carte de sa circonscription, orné d’épingles rouges et jaunes représentant toutes les communautés sur le territoire.  — PHOTO - Jean-Philippe Giroux
Le député de Nova-Ouest, Christ d’Entremont, observe la carte de sa circonscription, orné d’épingles rouges et jaunes représentant toutes les communautés sur le territoire.
PHOTO - Jean-Philippe Giroux
Le redécoupage des circonscriptions fédérales pourrait éloigner davantage les électeurs du sud-ouest de leur représentant, selon le député de Nova-Ouest.

Jean-Philippe Giroux – IJL – Réseau Presse – Le Courrier de la Nouvelle-Écosse

La Commission de délimitation des circonscriptions électorales fédérales pour la Nouvelle-Écosse prévoit remettre son rapport de révision des nouvelles limites d’ici décembre. Cet exercice a lieu tous les dix ans.

La proposition publiée en mai dernier comprend un redécoupage de plusieurs régions, dont Nova-Ouest qui pourrait porter un nouveau nom, Rive-Acadienne – Shelburne, et couvrir plus de territoire. 

Ces nouvelles limites feraient augmenter la population de cette circonscription de 6 302 personnes, soit de 83 654 à 89 956 électeurs. 

Le député de Nova-Ouest, Chris d’Entremont, affirme devoir se déplacer souvent à travers la région pour rencontrer les électeurs à l’extérieur de ses bureaux de circonscription. 

« Quand tu as une plus grosse région, c’est plus difficile d’être vu, d’être accessible pour les citoyens », lance M. d’Entremont. 

La superficie de Nova-Ouest est déjà vaste, soit 250 kilomètres de distance entre Lower East Pubnico et Berwick. 

Le nouveau tracé, incluant le comté de Shelburne, ajouterait environ 70 km au trajet. 

Le député est toutefois heureux que la Commission ait gardé les municipalités de Clare et d’Argyle ensemble pour assurer la représentation effective des Acadiens. 

Peu importe le scénario final, le député ne croit pas que les modifications à la carte vont changer la manière de défendre les intérêts des communautés acadiennes. 

La commission néo-écossaise n’a pas présenté une seconde version de la carte depuis la tenue des audiences publiques en mai et juin.

Des écarts disproportionnés 

Tous les 10 ans, en vertu de la Loi sur la révision des limites des circonscriptions électorales, le gouvernement fédéral établit une commission pour examiner et réviser les limites de chacune des circonscriptions. 

Pour compléter l’exercice, la Commission se fie sur les données de population du dernier recensement, publiées en février dernier. 

La Loi stipule que l’écart entre la population en 2022 et le quotient électoral n’excède pas les 25 %. 

Dans certaines régions, la croissance démographique a monté en flèche depuis 2012, notamment dans la circonscription de Halifax-Ouest qui a témoigné d’une hausse de population de 27,03 %. 

Dans les régions rurales comme Cape Breton-Canso, il y a eu au contraire une chute de 3 867 habitants, ce qui équivaut à un écart de -19 %. 

Les membres de la Commission doivent retracer les 11 circonscriptions de la Nouvelle-Écosse en fonction de la moyenne provinciale, à savoir 88 126 personnes par région. 

Après la remise du rapport, les députés fédéraux auront l’occasion de soulever leur opposition au redécoupage. 

Chris d’Entremont explique que, de son côté, sa présentation devant la commission abordera en partie l’enjeu de la distance à parcourir dans le cadre de son travail de député. 

Un examen des oppositions aura lieu l’année prochaine avant le dévoilement officiel des nouvelles limites.

La carte de la Commission de la Nouvelle-Écosse comprend de nouvelles limites dans les circonscriptions où réside plusieurs communautés acadiennes, dont Nova-Ouest et Cape Breton—Canso qui pourraient changer de nom à l’issue du redécoupage proposé.

PHOTO - redecoupage-redistribution-2022.ca

Un tableau interactif, réalisé par Statistiques Canada, illustre proportion de la population néo-écossaise dont le français est la langue maternelle. On remarque que les régions de la circonscription électorale fédérale de Nova-Ouest représente environ la moitié des électeurs francophones en dehors des grands centres.

PHOTO - statcan.gc.ca