le Lundi 26 septembre 2022
le Vendredi 9 septembre 2022 9:00 Nos communautés - Chéticamp

Photos de groupe : les crocheteurs de tapis s’unissent à Chéticamp

Un groupe spécial de personnes pratiquant l'art du tapis crocheté, qu'elles soient passées ou présentes, se sont rassemblées devant la boutique « Proud to be Lola's Hookers » le long de la rue principale de Chéticamp. Une photo qui fait partie de l'histoire.  — PHOTO(S) - Maurice Deveau
Un groupe spécial de personnes pratiquant l'art du tapis crocheté, qu'elles soient passées ou présentes, se sont rassemblées devant la boutique « Proud to be Lola's Hookers » le long de la rue principale de Chéticamp. Une photo qui fait partie de l'histoire.
PHOTO(S) - Maurice Deveau
L'adage selon lequel une image vaut mille mots s'applique certainement aux photos récentes prises par un groupe spécial qui s'est réuni le long de la rue principale de Chéticamp le dimanche 28 août. Après avoir lancé une invitation à toutes les crocheteuses de tapis pratiquant encore cet art à poser pour des photos, ces personnes ont eu le plaisir de se réunir avec ceux qui partagent une forme unique de créativité.

Betty Ann Cormier, qui est à l’origine de ce projet, est une passionnée du tapis crocheté : « J’ai commencé à crocheter des tapis avec ma mère à l’âge de six ans. Comme dans beaucoup d’autres foyers, c’était considéré comme un petit revenu supplémentaire. Je me souviens bien comment notre mère s’arrêtait à Baddeck pour vendre ses tapis, puis se rendait à Sydney pour acheter des fournitures scolaires. »  

Elle poursuit : « Aujourd’hui, c’est plutôt une passion, un passe-temps, un besoin de créer qui m’inspire à continuer à faire du tapis. Lorsque je suis rentrée chez moi en 2018, je me suis beaucoup intéressée à l’histoire de l’art du rug hooking dans la région acadienne. J’ai décidé de travailler pour essayer d’atteindre le plus grand nombre de crocheteurs de tapis possible et d’obtenir une photo de groupe. Bien sûr, lorsque la Covid a frappé, cela a été reporté, et nous avons réussi à le faire cet été. »

Elle ajoute : « C’est au cours d’une discussion au Freya & Thors Cafe autour d’un café, avec Clarence et Lola LeLièvre, que nous avons choisi l’endroit idéal pour les photos, devant la boutique de Lola – Proud to be Lola’s Hookers. »

Cormier explique : « Une invitation a été lancée aux crocheteurs de tapis de style Chéticamp pratiquant encore cet art pour faire partie d’une photo de groupe. Plus précisément, les tapis sont fabriqués avec une boucle de laine ou de tissu, et non au crochet. Nous avons également invité toute personne qui a déjà crocheté des tapis et qui s’est maintenant retirée du crochet pour la deuxième photo. » 

Elle poursuit : « Vous vous demandez peut-être pourquoi nous avons décidé de faire cela. J’ai l’impression qu’il n’y a pas eu beaucoup de photos de crocheteurs de tapis prises au cours des dernières décennies et ces clichés entreront sans doute dans l’histoire. »

« Il y a eu des publications sur la tapisserie de Chéticamp ainsi que des photographies, mais qu’en est-il des dernières décennies ? Les tapissiers d’aujourd’hui.  Si nous ne commençons pas à préserver ce segment historique de l’histoire du tapis crocheté à Chéticamp, j’ai peur que nous perdions beaucoup d’histoires, de modèles et d’autres informations vitales », dit Cormier. 

Elle ajoute : « Notre liste initiale était de trente-quatre personnes (parmi celles que nous connaissons) et un total de vingt-six s’est joint à nous. Il s’agissait de Géraldine AuCoin, Laurette AuCoin, Clothilde Bourgeois, Velma Bourgeois, Harvey Camus, Kathleen Chiasson, Madeleine Chiasson, Betty Ann Cormier, Isabelle Cormier, Adrienne Deveaux, Raymonde Doucet, Germaine Fiset, Lucy Adèle Harris, Annette Larade, Casilda Larade, Elizabeth LeBlanc, Evelyne LeBlanc, Lucienne LeFort, Marie Yvonne Lefort-Goosens, Lola LeLièvre, Yvette LeLièvre, Laurette MacGillveray, Doris Poirier, Marie Hilda Poirier, Sylvia Roach et Jessica Raven Timmons. Tout le monde a été traité de la même façon, leur contribution et leur expertise dans cet art sont tout aussi importantes ! »

« Le fait de voir les crocheteurs de tapis apprécier ce temps ensemble m’a donné envie d’organiser des « causeries » à l’avenir. Une occasion pour elles de se réunir, de crocheter des tapis, de raconter des histoires et de partager des informations », a déclaré Mme Cormier. 

Elle ajoute : « Depuis quelques mois, je propose des cours de crochetage de tapis. J’aime enseigner cet art, renouer avec les gens de la communauté et, bien sûr, rencontrer de nouveaux visiteurs en cours de route. »

Lucienne LeFort, l’une des participantes, pratique la tapisserie depuis de nombreuses années.  « Le rassemblement pour la photo était un jour très spécial et très réconfortant, raconte-t-elle. Nous étions tous si heureux d’être ensemble. Pendant la pandémie, les gens étant confinés chez eux, cela faisait si longtemps que nous n’avions pas eu l’occasion de nous voir. Ce n’était rien de moins que des retrouvailles et je pense que nous devrions le faire plus souvent. »

 « J’ai travaillé à La coopérative artisanale pendant plus de vingt ans et j’ai aimé chaque jour, déclare Mme LeFort. J’ai eu beaucoup de chance, car tous les matins, j’avais hâte d’aller travailler. »

« J’ai aimé crocheter des tapis là-bas, partager cet art avec d’autres et rencontrer tant de visiteurs qui, avec le temps, sont devenus comme une famille pour nous. Ils venaient nous voir chaque année. Beaucoup d’entre nous ont été attristés par la fermeture de cet établissement. Je suis heureux de voir que certaines des jeunes générations s’intéressent au tapis crocheté. »

 Mme Cormier a conclu : « Je suis très intéressée par la préservation de la tapisserie et par le maintien de cette forme d’art traditionnelle et unique dans nos communautés acadiennes. C’est incroyable de voir comment la tapisserie semble avoir tourné une page et que l’on voit apparaître davantage d’art populaire, de scènes et de thèmes divers, etc. J’ai hâte de creuser et de compiler les histoires qui se cachent derrière de nombreux tapis du passé et du présent. »

  La fabrication de tapis au crochet est une tradition bien ancrée dans la région de Chéticamp et elle est transmise de génération en génération depuis de nombreuses années. Au départ, il s’agissait de fabriquer des tapis pour garder la chaleur sur les planchers froids ou pour décorer les maisons, mais le crochetage est finalement devenu une activité florissante pour les femmes du Cap-Breton. 

Beaucoup d’entre elles avaient une petite entreprise de tapis crochetés chez elles et vendaient aux touristes dans les boutiques de cadeaux l’été. 

Le tapis crocheté a évolué au cours de nombreuses décennies et Chéticamp est connue comme la capitale mondiale du tapis crocheté.

Oui, ces photos en disent long, car des gens de tous horizons, partageant la même passion, se sont réunis pour participer à l’histoire.