le Samedi 3 Décembre 2022
le Vendredi 26 août 2022 7:32 Communautaire

Lorsqu’une communauté perd une banque

  PHOTO - Édouard Soares (Unsplash)
PHOTO - Édouard Soares (Unsplash)
Depuis la fermeture de la succursale de la Banque Royale du Canada (BRC) à Weymouth, le 18 août 2022, l’ensemble des villages au nord de la Municipalité de Clare doit s'accoutumer à sa nouvelle réalité.

Jean-Philippe Giroux – IJL – Réseau Presse – Le Courrier de la Nouvelle-Écosse

Cet emplacement était le seul lieu entre Pointe-de-l’Église et Digby pour faire affaire en personne avec la BRC. C’était également la seule institution bancaire à Weymouth. 

Suzanne Lefort, résidente de Bas-de-la-Rivière (New Edinburgh), tout près de Weymouth, est une cliente depuis plusieurs années. 

Elle est habituée à gérer ses finances en ligne, ce qui n’est pas le cas pour tous les autres clients du coin. 

« Il y a plusieurs personnes, surtout du monde âgé, qui n’ont pas d’ordinateur », lance Mme Lefort, qui s’inquiète pour les gens qui ne sont pas confortables avec les options numériques.  

La succursale avec guichet automatique la plus proche est à environ 15 kilomètres de Weymouth. 

« Ce n’est pas tout le monde qui a une voiture, alors ils doivent payer quelqu’un pour les amener à la banque », argumente-t-elle. 

La résidente de Bas-de-la-Rivière fait remarquer que la fermeture de la succursale est un désavantage majeur afin d’attirer des gens de l’extérieur dans la région. 

Et pour les propriétaires d’entreprises de la communauté, la situation se complique lorsqu’il faut effectuer des retraits et des dépôts en personne. 

« Ce sont des petites choses, mais […] ce n’est pas de quoi qui aide une communauté à grandir ou à s’épanouir », déplore-t-elle. 

Il y a environ 1210 succursales de la BRC au Canada en date de 2022, soit 800 de moins qu’en 2020, selon un rapport de l’économiste Will Kenton ainsi qu’un rapport de l’écrivain financier J.B. Maverick. 

L’ancienne succursale de la Banque Royale du Canada, dans le village de Weymouth, qui a fermé ses portes le 18 août 2022. 

PHOTO - Jean-Philippe Giroux

Le choix de fusionner

Dans un message de correspondance par courriel, la BRC précise qu’elle a décidé de fusionner la succursale de Weymouth à celle de Digby pour des raisons financières. 

« Un examen approfondi réalisé il y a plus de trois ans a confirmé que l’activité de la succursale de Weymouth avait diminué de manière constante et significative chaque année depuis plusieurs années », mentionne Chadwick Langille, vice-président régional pour le centre et le sud-ouest de la province. 

Il ajoute que la pandémie a accéléré la transition vers le service bancaire en ligne ou par téléphone pour bon nombre de ses clients. « Nous savons qu’il faudra du temps aux autres pour s’adapter », rassure-t-il. 

Rappelons que la banque a annoncé en 2018 qu’elle réduira le nombre d’espaces en succursales d’au moins 20 % d’ici 2023. 

Le vice-président raconte que son équipe a « rencontré ou parlé avec presque tous les clients, si ce n’est pas tous, pour leur expliquer les changements ». 

Suzanne Lefort mentionne que la banque a organisé une réunion dans la communauté après l’annonce officielle de la fermeture il y a quelques mois. 

Elle est d’avis que les personnes responsables auraient pu en discuter avec les résidents de la région pour au moins comprendre leurs inquiétudes avant de prendre une décision. 

Au cours de la période 2012-2021, le revenu total annuel de la BRC a augmenté de 20,546 milliards de dollars canadiens. 

En décembre 2021, la BRC était la 10e banque la plus grande du monde avec une capitalisation boursière de 151,3 milliards.