le Mardi 29 novembre 2022
le Jeudi 18 août 2022 9:00 Acadie et Francophonie

L’esprit de l’Acadie bien vivant lors des célébrations de la Fête nationale des Acadiens

Groupe de musique pour le kitchen party au Doryman Pub & Grill pour célébrer la Fête nationale des Acadiens à Chéticamp. De gauche à droite : Marcella Doucet, Gélas Deveaux, Chester Delaney et Claude Bourgeois. — PHOTO(S) - Rosie Aucoin-Grace
Groupe de musique pour le kitchen party au Doryman Pub & Grill pour célébrer la Fête nationale des Acadiens à Chéticamp. De gauche à droite : Marcella Doucet, Gélas Deveaux, Chester Delaney et Claude Bourgeois.
PHOTO(S) - Rosie Aucoin-Grace
La Fête des Acadiens a lieu au Canada chaque année le 15 août. Elle célèbre la culture et le patrimoine des Acadiens.

Au début du 17e siècle, les Français ont établi une colonie dans le nord-est de l’Amérique du Nord et l’ont nommée Acadie. Elle comprenait des parties de ce qui est aujourd’hui les provinces maritimes, la péninsule de Gaspé et le Maine jusqu’à la rivière Kennebec.

C’est lors de la première Convention nationale des Acadiens tenue à Memramcook, au Nouveau-Brunswick, en 1881, que les dirigeants acadiens ont reçu le mandat de fixer la date de cette célébration, qui est aussi la fête de l’Assomption de Marie. 

Ce n’est qu’au prix de nombreuses difficultés et luttes que nos ancêtres acadiens ont obtenu le droit d’être reconnus comme un peuple acadien. 

En 1881, à Memramcook, au Nouveau-Brunswick, ils ont choisi le 15 août de chaque année pour  la fête nationale officielle des Acadiens – la fête de l’Assomption de la Sainte Vierge Marie. 

En 1884, le nouveau drapeau national de l’Acadie est officiellement hissé pour la première fois à Miscouche, à l’Île-du-Prince-Édouard. Les Acadiens ont adopté leur propre drapeau. Ce drapeau tricolore symbolise leurs origines françaises. C’est également à cette époque qu’ils ont adopté l’hymne Ave Maris Stella comme hymne national.

Les couleurs du drapeau acadien sont les suivantes : bleu, blanc et rouge, pour montrer leurs origines françaises. La seule différence est l’étoile jaune/or dans le coin supérieur gauche. 

Le bleu représente le ciel et la mer – l’harmonie et la loyauté. Le blanc symbolise la pureté de leur esprit – paix et espoir. Le rouge signifie le sang et le courage – rappel de leur passé, avec ses martyrs et ses sacrifices. 

Une étoile jaune/or pour la Vierge Marie, patronne des Acadiens ou l’étoile Polaire que les pêcheurs suivaient pour rentrer chez eux.  Ce serait le drapeau national des Acadiens français.

Lisette Bourgeois, directrice générale des Trois Pignons, a parlé de l’importance de la célébration de la Fête nationale des Acadiens. 

« Cela donne aux gens une raison, l’occasion de célébrer leur culture et leurs traditions, de sortir leurs drapeaux acadiens, de s’habiller aux couleurs acadiennes et de célébrer en tant que communauté, explique-t-elle. C’est aussi l’occasion de montrer à nos visiteurs que nous sommes une communauté acadienne, et qu’elle est célébrée. »

« Depuis quelques années, Patrimoine canadien a un budget spécial pour encourager les communautés à célébrer la Fête nationale de l’Acadie, dit Mme Bourgeois. Localement, la Société Saint-Pierre et la Société Mi-Carême ont reçu des fonds et nous avons combiné nos efforts pour organiser une journée complète d’activités. »

Les célébrations ont débuté par une Messe de l’Assomption matinale, dans la belle Église Saint-Pierre de Chéticamp. L’église était joliment décorée pour l’événement. 

Après la messe, de nombreuses personnes se sont réunies chez Freya & Thor pour prendre un thé, un café et des friandises tout en écoutant de la musique de violon jouée par les artistes Leanne Aucoin et Robert Deveaux. 

Du plaisir pour tous les âges au Centre de la Mi-Carême à Grand-Étang lors de la célébration de la Fête nationale des Acadiens.

L’après-midi, les activités se sont déroulées à la Place du Pêcheur avec la musique des artistes Nicole Deveau, Michelle Deveau, Leanne Aucoin et Robert Deveaux. Il y a même eu quelques chansons de la jeune génération :  Alex Poirier, Tommy LeBlanc, Julien Poirier et William Lush.

Les élèves du Conseil des arts de Chéticamp ont organisé des activités pour les enfants et ont aidé à la décoration. La météo a coopéré et tout le monde s’est amusé.

Les festivités se sont poursuivies au Centre de la Mi-Carême à Grand-Étang où l’on a offert un délicieux souper acadien en plein air et de la musique par les artistes Robert Deveaux, Adèle Deveaux, Jason Roach, Gillian Head, Hilda Chiasson et Adrien Aucoin.

La journée s’est terminée au Doryman Pub & Grill, avec une kitchen party spéciale mettant en vedette l’orchestre maison pour la soirée, Claude Bourgeois, Chester Delaney, Marcella Doucet et Gélas Deveaux. Une telle brochette de musiciens a certainement donné aux visiteurs un avant-goût d’une véritable expérience acadienne et maritime.

« Nous ne voulons jamais que les gens ne puissent pas participer aux festivités à cause d’un prix d’entrée, déclare Mme Bourgeois. Le financement de Patrimoine canadien nous permet d’offrir tout cela gratuitement. Nous sommes très reconnaissants de leur aide. »

« C’est formidable lorsque nous pouvons nous associer à d’autres pour organiser de tels événements, poursuit-elle. Cette fois-ci, il s’agissait de la Société Saint-Pierre, du Conseil des arts de Chéticamp, de la Société Mi-Carême et du Doryman Pub & Grill. Un merci spécial à tous ceux qui ont soutenu nos activités, les bénévoles, les musiciens et plus encore. Comme je l’ai souvent dit, les festivals ne sont réussis que si la communauté se mobilise. Il est encourageant de voir cet intérêt et cette participation. »

Elle conclut : « J’aimerais bien parcourir notre région et voir de nombreux drapeaux acadiens présents sur les propriétés des entreprises et des résidences, pas seulement lors de la Fête des Acadiens, mais de façon régulière. Ce serait formidable de voir les gens sortir leurs drapeaux, être fiers de leur langue, de leur culture et de leur patrimoine et de voir ces couleurs vibrantes flotter. »

Oui, l’esprit de l’Acadie est arrivé en Nouvelle-Écosse avec les colons français qui ont élu domicile en Nouvelle-Écosse au 17e siècle, arrivant en Nouvelle-Écosse à Port-Royal et à la forteresse de Louisbourg.

En tant que colonie française, elle a cessé d’exister en 1713, mais son esprit survit et s’épanouit dans la population française acadienne de la Nouvelle-Écosse. Il n’est pas étonnant que les Acadiens célèbrent leur joie de vivre et leur héritage de plus de 400 ans d’histoire et de langue.

Un peuple fier et résilient qui est profondément attaché à ses racines ancestrales.

(Certaines informations de cet article sont tirées d’une entrevue réalisée par l’animateur de Radio CKJM, Daniel Aucoin, avec la permission de Lisette Bourgeois.)