le Lundi 26 septembre 2022
le Mercredi 10 août 2022 12:00 Nos communautés - Chéticamp

La 47e édition du Festival de l’Escaouette célébrée avec beaucoup de fierté

Le char qui représente la Société Saint-Pierre lors de la parade annuelle du Festival de l'Escaouette — PHOTO(S) - Daniel Aucoin
Le char qui représente la Société Saint-Pierre lors de la parade annuelle du Festival de l'Escaouette
PHOTO(S) - Daniel Aucoin
CHÉTICAMP - Le comté d’Inverness compte certaines des communautés acadiennes les plus actives des provinces de l'Atlantique. Les résidents de Chéticamp et de la région sont profondément fiers de la préservation de leurs traditions ancestrales et de leur langue, profondément enracinée.

Dans les années qui ont suivi la Déportation, ce sont les montagnes et la côte océanique qui ont attiré les Acadiens de la côte sud du Cap-Breton et de l’Île-du-Prince-Édouard dans cette région. 

Aujourd’hui, c’est la beauté sauvage du paysage, la culture distinctive et l’hospitalité inégalée qui attirent les visiteurs. Ce charmant village offre un goût d’héritage français, de beaux paysages et un accueil amical et bilingue de la part de ses résidents.

Le peuple acadien est très fier de partager sa culture, son patrimoine et sa langue avec les nombreux visiteurs qui empruntent la piste Cabot, de renommée mondiale. En 1976, les organisateurs du festival ont choisi à l’unanimité un nom typique de notre région : Le Festival de l’Escaouette, un événement culturel acadien à Chéticamp pendant les mois d’été. 

Le but du festival est d’informer les résidents et les visiteurs de leur patrimoine acadien et de renforcer les liens entre les organismes culturels acadiens de Chéticamp.

Cette année marquait la 47e édition de ce festival spécial qui a eu lieu du 28 au 31 juillet à Chéticamp. Avec la levée des restrictions de la COVID-19 dans notre province, après des années à rester à la maison, beaucoup de gens ont eu envie de voyager, ce qui explique certainement la hausse de visiteurs dans la région. Cela s’applique également aux personnes impliquées dans la scène musicale après avoir été éloignées des spectacles vivants pendant si longtemps.

Tout au long du festival, il y avait quelque chose pour les gens de tous horizons et de tous âges.  Il y a eu des fêtes de cuisine dans les restaurants locaux, de la musique à la Place du Pêcheur, une soirée des talents au Doryman Pub & Grill, des contes et de l’artisanat ainsi qu’une fête incroyable avec des visiteurs et musiciens des Îles-de-la-Madeleine. 

Les autres activités comprennent une parade et des jeux pour enfants, des danses de violon et des danses carrées avec l’animateur Howie MacDonald, un repas et de la musique avec les résidents du Foyer Père Fiset, une messe spéciale en plein air de plus que la parade annuelle, suivie d’un concert en plein air aux Trois Pignons. 

L’un des principaux points forts du festival a été la production théâtrale Au Ruisseau des Maurice qui a eu lieu au nouveau terrain de camping de Mkwesaqtuk (Cap-Rouge) dans le parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton. Les comédiens de la pièce ont ramené les spectateurs en 1940, alors que la construction du parc était en cours, mais que certaines familles acadiennes étaient déterminées à rester. 

Bien sûr, la grande finale a été le Gala célébrant les 75 ans de la Société Saint-Pierre.  Cette année, toute la communauté s’est retrouvée ensemble et a célébré à fond. Danser comme si personne ne te regardait, telle l’expression. Voilà une bonne manière de décrire cette édition du festival.

Napoléon Chiasson s’est adressé à l’assistance : « C’est avec grand plaisir que je vous salue, en tant que président de la Société Saint-Pierre et au nom du personnel des Trois Pignons, et que je vous adresse quelques mots en cette dernière soirée de notre 47e édition du Festival de l’Escaouette. Nous sommes très heureux d’avoir enfin pu vous offrir une programmation d’activités que nous n’avons pas eue depuis 2019. »

« Notre festival acadien continue de jouer un rôle important dans la programmation estivale et, après vingt-huit mois, nous étions plus que prêts à célébrer, affirme M. Chiasson. Ce festival appartient toujours à vous tous. Vous êtes les personnes qui parlent de nos activités, qui amènent vos familles et vos visiteurs à nos diverses activités et qui font de ce festival un tel succès. Nous vous en sommes très reconnaissants. »

M. Chiasson a poursuivi : « Cette année marque le 75e anniversaire de La Société Saint-Pierre, que nous avons souligné par une série d’activités, dont le gala de ce soir. Fondée en 1947, La Société Saint-Pierre est une société historique dont le mandat est de promouvoir et de préserver notre culture et notre langue acadiennes. »

« Fière propriétaire du centre culturel Les Trois Pignons, La Société Saint-Pierre est un organisme à but non lucratif et de bienfaisance et a réussi à concrétiser de beaux projets au fil des ans, dit-il. Il y a eu dix-huit présidents, cinq directeurs généraux, des employés dévoués et de nombreux bénévoles. »

Le gala a été dédié à la mémoire de feu Ron LeBlanc de Pomquet. Il était un batteur dans plusieurs des productions locales et un ami pour tous. Il aimait faire venir sa famille dans la région. 

Ron est décédé d’un cancer au mois d’avril 2022 et La Société Saint-Pierre a voulu honorer sa mémoire, montrer son soutien à sa famille et a été très honorée que des membres de la famille de Ron soient présents dans l’assistance.

« L’organisation du festival se fait des mois à l’avance et nous étions bien conscients que nous étions toujours au milieu d’une pandémie et que cela représentait un certain défi, explique Lisette Bourgeois, directrice générale des Trois Pignons. Nous avons choisi de rester optimistes et d’organiser des événements avec du public et sans restrictions. Heureusement, tout s’est déroulé sans problème et, bien sûr, le temps magnifique a aidé. »

Elle ajoute : « Nous sommes très heureux du succès de la 47e édition du Festival de l’Escaouette ».

M. l’Escaouette (Ryan Poirier) participant à la série d’activités pendant le Festival de l’Escaouette