le Samedi 13 août 2022
le Mercredi 27 juillet 2022 10:57 | mis à jour le 27 juillet 2022 11:45 Actualités nationales

La fête nationale française

Arthur LeBlanc, lieutenant-gouverneur de la Nouvelle-Écosse, avec son épouse Patsy LeBlanc et l’équipe de l’Alliance française — PHOTO - Lucien Comeau
Arthur LeBlanc, lieutenant-gouverneur de la Nouvelle-Écosse, avec son épouse Patsy LeBlanc et l’équipe de l’Alliance française
PHOTO - Lucien Comeau
HALIFAX - Tout au long de la semaine, l’Alliance française d’Halifax (AF) a proposé à la communauté française et aux amoureux de la France de se retrouver pour la Fête nationale.

La cérémonie orchestrée avec le consulat général de France en Nouvelle-Écosse le 12 juillet, au Discovery Centre, a réuni de nombreux dignitaires en plus des membres de la communauté française, francophone et francophile démontrant un soutien fort pour la francophonie. 

« Toute la communauté française était ravie de se retrouver pour célébrer la fête nationale, entourée de nos amis francophones et francophiles, annonce Isabelle Pédot, directrice générale de l’AF d’Halifax. Les propos du lieutenant-gouverneur étaient particulièrement émouvants et touchants. Toute l’équipe de l’Alliance française remercie chaleureusement tous ceux qui sont venus célébrer avec nous, et tout particulièrement le Consul général de France pour son soutien et sa confiance. »

Arthur Landais, maître de cérémonie de l’AF, a ouvert l’événement en rappelant que nous sommes en Mi’kma’ki, le territoire ancestral non cédé du peuple Mi’kmaq, suivi des hymnes nationaux de la France (la Marseillaise), l’ô Canada et l’Ave Maris Stella chanté par l’ensemble vocal Les Voix d’Acadie. 

Plusieurs dignitaires ont été reconnus pour leur présence et ont pris la parole. « Je suis très heureux de participer à la Fête nationale de la France, déclare Arthur LeBlanc, lieutenant-gouverneur de la Nouvelle-Écosse. Nous savons tous que la prise de la Bastille est un événement sans précédent dans l’histoire de la France et un appel à la diversité, à l’égalité et à une forme démocratique de gouvernement. La réception de ce soir nous donne l’occasion d’honorer la langue et la culture françaises et, en même temps, de promouvoir la diversité culturelle du Canada. »

Pour sa part, Colton LeBlanc, député du Parti conservateur à l’Assemblée législative de la Nouvelle-Écosse, a confirmé ceci : « Notre gouvernement s’est engagé à favoriser des services de qualité en français et à continuer de promouvoir la culture acadienne et française afin de mieux servir nos communautés. »

Symbole de paix et d’amitié à Grand Pré, un chêne est planté 

PHOTO - Gracieuseté (Robert-Yves Mazerolle)

La Société nationale d’Acadie (SNA), représentée par son président Martin Théberge, a ajouté ce propos : « Il est vrai que les relations entre la France et l’Acadie ont toujours été fortes et que c’est depuis 1968 qu’elles se renforcent et que nos deux peuples en récoltent les fruits. Au cours de l’année écoulée, les liens de parenté et d’amitié qui nous unissent n’ont cessé de s’épanouir. La mission que nous avons menée en novembre dernier autour de notre grande Acadienne, Antonine Maillet, a donné lieu à de belles rencontres, entre autres avec le président de la République française, Monsieur Macron, ce qui apporte déjà des résultats concrets. »

Il poursuit : « Conformément au souhait du président, la France travaille avec la SNA pour que l’Acadie prenne toute sa place sur la carte internationale de la langue française. Lors de cette rencontre, un chêne a été planté dans les jardins du Palais de l’Amitié à Paris. Aujourd’hui un autre chêne a été planté à Grand Pré en mémoire et berceau de l’identité acadienne. Comme on le dit parfois, le meilleur reste à venir. »

Pierre Schmit, président de l’AF, souhaite à son tour la bienvenue à tous et évoque l’histoire de la prise de la Bastille, emblématique de la Révolution française.

Le 14 juillet 1789, le prix du pain et nourriture ayant atteint son plus haut niveau depuis le règne de Louis XIV est au cœur de l’insurrection. La Bastille, qui était à l’origine un château et un arsenal et devenue en partie utilisée comme prison, avait été assiégée par 40 000 à 80  000 personnes à la recherche d’armes et, par ce fait, a aussi libéré les sept prisonniers détenus.

M. Schmit a souligné que « l’AF cherche par la coopération et l’inclusion à apporter et à créer un épanouissement pour la communauté française, acadienne et francophile d’Halifax en matière d’accès à une culture et à une éducation française de qualité et rappelle qu’en 2023, ce sera le 120e anniversaire de l’AF à Halifax. »

Enfin, Johan Schitterer, consulat général de France à Moncton, a remercié M. LeBlanc, Robert-Yves Mazerolle, consulat honoraire de France pour la N.-É., ainsi que de nombreux autres dignitaires pour leur présence.

Il a tout d’abord salué le soutien de la province en 2020 lors de la pandémie pour des équipements expédiés en France et celui de Michelin, le plus grand employeur privé de la N.-E. pour la fabrication de 150  000 masques.

Il a également noté les bonnes relations avec le gouvernement de Tim Houston pour discuter des affaires de partenariat, des circonstances économiques et scientifiques, des crises en Ukraine et du réchauffement climatique.

M. Schitterer a ajouté d’autres initiatives et consultations telles que le jumelage entre la province et la région de Bretagne, la collaboration de deux escales militaires avec bientôt une troisième en ce qui concerne l’Arctique. « Par ailleurs, la France entend continuer à soutenir des projets culturels et des festivals avec l’AF telle que la Fête de la musique en Acadie, le cinéma français et le retour à la normale d’une grande opération gastronomique avec les restaurants de N.-É., dit-il. La province a une place spéciale dans nos cœurs et une histoire partagée avec le peuple acadien. Notre avenir doit être construit ensemble. »

Un rappel que tous les domaines de la culture, de l’économie, de l’environnement et des institutions sociales de la N.-É. sont admissibles à un mécanisme de coopération financière régionale entre Saint-Pierre-et-Miquelon et le Canada atlantique.