le Lundi 5 Décembre 2022
le Mercredi 27 juillet 2022 13:00 Communautaire

Déchets ou trésors?

  PHOTO - Lisa Doucette
PHOTO - Lisa Doucette
PUBNICO/CLARE - L'idée du swap meet a commencé lorsque mon ami de Pubnico m'a dit que, dans les semaines à venir (nous étions en septembre 2021), il y aurait un Big Garbage Day. En vivant dans la Municipalité de Clare, nous n'avons pas ce mystérieux jour férié, et c'est un jour férié parce que je prends maintenant un jour de congé pour y assister !

J’imagine que les gens se demandent si, lorsque je me réveille le matin, mon cerveau est déjà en mouvement.  Eh bien, laissez-moi démystifier mon processus de pensée pour tout le monde… mon cerveau ne s’arrête jamais. En général, un seul mot me vient à l’esprit et mon imagination s’emballe !

L’idée du swap meet a commencé lorsque mon ami de Pubnico m’a dit que, dans les semaines à venir (nous étions en septembre 2021), il y aurait un Big Garbage Day. En vivant dans la Municipalité de Clare, nous n’avons pas ce mystérieux jour férié, et c’est un jour férié parce que je prends maintenant un jour de congé pour y assister ! 

Mais je m’éloigne du sujet… Big Garbage Day, m’a-t-elle expliqué, a lieu deux fois par an, à l’automne et au printemps. C’est à cette occasion que les gens sortent leurs gros déchets qui ne sont généralement pas autorisés lors du ramassage régulier.  Dans leur région, les camions passent le samedi, mais les gens commencent à sortir leurs déchets dès le mercredi, sachant que les gens vont les fouiller pour trouver des trésors !

Elle n’avait pas besoin d’en dire plus. Le vendredi, mon mari et moi sommes partis tôt le matin. Nous sommes rentrés à la maison avec de nombreux trésors à restaurer.

Je fais partie de ces gens qui détestent jeter des objets s’ils peuvent servir à autre chose. Non, je ne suis pas une hoarder, mais je crois que nous sommes devenus une société de gaspillage. 

Je me suis dit que j’allais essayer de convaincre notre municipalité, mais elle n’était pas très enthousiaste à l’idée puisque nous pouvons déposer nos gros objets toutes les deux semaines pour que les camions les ramassent.

Waste Check a auparavant organisé des événements, communément appelés swap meet, pour apporter des objets non désirés à un endroit désigné. Les gens pouvaient y retourner plus tard et prendre des objets dont ils pouvaient avoir besoin.  

Les roues ont commencé à tourner et j’ai pensé qu’on pourrait faire quelque chose de similaire. Il ne serait pas nécessaire d’apporter des objets pour en prendre à ce nouvel événement. De cette façon, peut-être moins de choses finiraient dans les dépotoirs. 

J’ai donc contacté mon « réduire, réutiliser et recycler alliée en crime », Anne Leblanc, la coordinatrice de l’éducation à Waste Check. Elle s’est mise au travail plus vite que vous ne pouvez dire les trois R ! 

Très vite, les gens de Loisir de Clare se sont mis de la partie, fixant la date à la fin novembre. 

Les règles étaient simples : apportez vos objets indésirables le vendredi soir et le samedi matin.  Comme nous étions naïfs, nous pensions que cela nous laisserait suffisamment de temps pour trier et mettre tout sur les tables.  Nous n’avions pas réalisé à quel point les habitants du voisinage étaient généreux. 

Lorsque les portes se sont ouvertes, je n’en revenais pas de la quantité de personnes qui attendaient pour entrer. Les gens avaient du mal à croire que tout était gratuit ! Ce jour-là, j’ai estimé que nous avions évité que 60 % des déchets ne partent à la décharge, un montant insuffisant, selon moi.  

Nous avons également eu quelques autres problèmes au cours du processus.  Ce qui restait devait être donné à d’autres organisations charitables pour qu’elles puissent vendre les articles afin de récolter des fonds.  Mais à la dernière minute, ils se sont dégagés. 

Après plusieurs coups de téléphone frénétiques, nous avons trouvé un endroit pour tous les objets qui étaient trop bons pour aller à la décharge ou qui ne pouvaient pas être recyclés. 

Quelques semaines après le premier swap meet, nous nous sommes tous regroupés pour commencer à planifier le prochain.  Oui, je crois que nous sommes tous des nigauds en mal de punition, mais nous allions tenter notre chance une nouvelle fois avec ce que nous avions appris. 

Une autre organisation s’est jointe à nous, la Communauté francophone accueillante de Clare. Quelqu’un nous a également garanti qu’il prendrait les affaires restantes. 

Vicky LeBlanc au Swap Meet de Clare

PHOTO - Lisa Doucette

Le deuxième swap meet a été planifié pour le dernier week-end de mai 2022 et, à mon avis, s’est déroulé beaucoup plus facilement que le premier. Nous avons changé certaines choses, comme le fait que les gens ne viennent pas seulement un jour pour prendre des affaires, mais bien deux jours.

Mais le plus important, c’est que nous avons recruté des bénévoles. Plus de 20 personnes nous ont aidés tout au long du week-end et nous ne pourrons jamais exprimer assez notre gratitude.

Même si je voulais sauver l’environnement, le swap meet a fini par être un effort humanitaire à la place, en mettant des sourires sur les visages des gens pendant une partie sombre de notre histoire et en aidant beaucoup de familles qui ne pouvaient même pas se permettre d’aller dans les magasins de seconde main pour leurs enfants à trouver tant de nouveaux vêtements et jouets !

Les gens continuent de demander si nous allons le faire deux fois par an, mais nous avons décidé qu’une fois par an c’était suffisant.  Le dernier week-end de mai sera désormais officiellement connu comme le week-end du Clare Swap Meet. Alors, commencez à garder vos affaires pour l’année prochaine !

De plus, la deuxième édition nous a permis d’éviter plus de 85% des décharges.

Pas mal, je dirais, pour une imagination surchargée.