le Samedi 13 août 2022
le Jeudi 14 juillet 2022 7:00 Actualités provinciales

Des agendas 100% locaux pour une bonne cause !

Quatre membres de Jeunes femmes en action avec leurs agendas à l’Assemblée générale de la FFANE au campus NSCC à Truro (de gauche à droite : Juliana Barnard - conseillère municipale à Truro, Shereen Sommerfeld, Alexis Ashe, Sophie LeBlanc et Jeane Le Provost).  — PHOTO - Juliana Barnard
Quatre membres de Jeunes femmes en action avec leurs agendas à l’Assemblée générale de la FFANE au campus NSCC à Truro (de gauche à droite : Juliana Barnard - conseillère municipale à Truro, Shereen Sommerfeld, Alexis Ashe, Sophie LeBlanc et Jeane Le Provost).
PHOTO - Juliana Barnard
NÉ - Un comité jeunesse de la Fédération des femmes acadiennes de la Nouvelle-Écosse (FFANE) lance une entreprise d’agendas scolaires afin de promouvoir le leadership auprès de la jeunesse néo-écossaise.

Le comité de portée provinciale Jeunes femmes en action – Nouvelle-Écosse, créée en septembre 2020, rassemble de jeunes femmes de 14 à 25 ans qui veulent s’engager pour le leadership jeunesse. Il est composé d’une dizaine de membres qui se rencontrent régulièrement sur la plateforme Zoom et parfois en personne afin d’avancer sur différents projets. 

Depuis mai dernier, le comité a officiellement lancé son entreprise sociale qui vend des agendas scolaires bilingues. Avant d’en arriver là, les membres ont suivi une formation d’introduction à l’entrepreneuriat social, offerte par le Conseil de développement économique de la Nouvelle-Écosse (CDÉNÉ). 

Elles ont appris qu’une entreprise sociale est une entreprise dont les profits sont reversés à une cause sociale, environnementale ou culturelle. Elles se sont aussi familiarisées avec différents outils de travail.

Après de nombreuses heures de réflexion, elles ont décidé de vendre des agendas scolaires pour aider d’autres jeunes femmes dans la planification de leurs journées. En collaboration avec Sylvie Boulianne, graphiste francophone locale, elles ont travaillé au design des agendas. Elles ont également suivi des ateliers de formation avec Annie Gagné, consultante de No Wave Agency, pour assurer la production, la promotion et la vente de leurs produits. 

Ensemble, les membres de Jeunes femmes en action ont développé une boutique en ligne pour vendre leurs agendas. Aujourd’hui, deux modèles de l’agenda sont disponibles.

Les membres du comité sont très sensibles aux enjeux de la protection de l’environnement et du circuit court. En effet, les agendas ont été entièrement conçus en Nouvelle-Écosse, imprimés à Halifax et expédiés dans des enveloppes compostables partout au Canada. 

En plus de cette volonté de promouvoir les ressources locales, les jeunes femmes ont décidé de reverser une partie des profits à Transition House Association of Nova Scotia, un organisme provincial qui regroupe l’ensemble des maisons de transition de la Nouvelle-Écosse. 

Keyaunna Boudreau-Landry, qui vient de terminer son secondaire à l’École Beau-Port à l’Isle Madame et qui est membre de Jeunes femmes en action, est fière d’être « en train de donner de l’argent pour une bonne cause pour les femmes ». 

Ainsi, en plus de former des jeunes femmes à l’entrepreneuriat, cette entreprise sociale contribue à la lutte contre les violences faites aux femmes. 

Annie Gagné, qui accompagne le groupe de jeunes femmes depuis octobre 2021, souligne que les jeunes sont la relève, mais surtout que « les femmes francophones sont une minorité dans l’entrepreneuriat de la Nouvelle-Écosse ». 

C’est pourquoi elle a aimé participer à cette belle initiative et « partager [son] expérience […] et voir les jeunes fières de leurs produits et de leur entreprise sociale », poursuit-elle. 

La construction de l’entreprise sociale s’est faite dans le cadre du projet Filles et femmes en action : Renforcer nos capacités de la FFANE, financé par Femmes et Égalité des Genres Canada. 

Zoë Comeau, collaboratrice aux projets à la FFANE, a soutenu les jeunes dans leur travail bénévole. Elle est fière de voir les jeunes femmes engagées pour une cause sociale. 

Elle raconte que, malgré « un long processus de deux ans […] elles sont restées à la tâche et ont poussé pour que plus de gens en bénéficient ». 

« Ce sont des jeunes inspirantes qui ont vraiment la communauté à cœur », affirme Mme Comeau. 

Mme Boudreau-Landry reconnaît avoir beaucoup aimé le travail qui a été accompli pour atteindre le but fixé et elle considère que le comité a fait un travail « exceptionnel [en plus] des amitiés [qu’elles ont] faites ».

Cette expérience offre des possibilités aux jeunes femmes d’apprendre, de renforcer leurs liens d’amitié et de s’engager dans le développement du plein potentiel des femmes et des filles. 

La FFANE invite la communauté à acheter un agenda, en guise de solidarité, pour favoriser le leadership jeunesse et la lutte contre les violences faites aux femmes.