le Dimanche 3 juillet 2022
le Vendredi 10 juin 2022 13:00 Acadie et Francophonie

Les histoires «ordinaires, mais fascinantes» de Franco-Colombiens

Page Facebook Afko Franco : La FrancoFête 2019 de l’AFKO.  — Page Facebook Afko Franco
Page Facebook Afko Franco : La FrancoFête 2019 de l’AFKO.
Page Facebook Afko Franco
FRANCOPRESSE – Lorsque l’Association des francophones des Kootenays Ouest a affiché un poste de coordonnateur balado, il y a quelques mois, Patrick Lac a tout de suite «embarqué à 100 milles à l’heure». Fraichement débarqué dans cette région du sud-est de la Colombie-Britannique, le Franco-Ontarien d’origine s’est entretenu dans les derniers mois avec une douzaine de francophones et de francophiles de la région aux histoires «ordinaires, mais fascinantes».

De ces rencontres est tirée la série balado Franc Ouest, dont les trois premiers épisodes viennent tout juste d’être lancés.

De la peintre Stéphanie Gauvin à l’athlète de slackline (équilibre sur sangle) Mia Noblet, en passant par la dragqueen Johnny Poutina — alter ego d’Alex Pilon —, Patrick Lac promet des rencontres hautes en couleur : «En faisant le montage, en réécoutant les entrevues, j’ai eu la chair de poule», témoigne-t-il.

«Ce sont des personnes qui ont décidé, pour des raisons de lifestyle, des raisons d’accès à la nature et au plein air, d’aventure, de changer leur vie pour la plupart. Ce sont vraiment de belles rencontres», assure celui qui a complété un baccalauréat en psychologie à l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

«On pose des questions quand même parfois difficiles, il y a des entrevues où on va assez loin. Je pense que beaucoup de monde pourra y trouver leur compte», s’enthousiasme Patrick Lac, qui espère que les épisodes circuleront à travers le Canada et même aux États-Unis.

Si l’un des objectifs premiers du balado est «de valoriser les francophones et francophiles de la région», en plus de «créer du contenu local en français», le coordonnateur explique ne pas s’être limité à la question de la langue durant ses entrevues.

«Ce n’est pas tout le monde qui a vraiment une opinion forte sur la francophonie. Ça fait toujours partie de mes questions puisque ça m’intéresse et que c’est le rôle de l’AFKO de valoriser la francophonie, mais avec d’autres personnes on va surtout parler de leur art ou de leur sport ou de leurs choix de vie, de leur quotidien», explique Patrick Lac.

Dès les premiers instants du projet, il a réuni un comité pour monter une liste d’interviewés potentiels ainsi que de thématiques à aborder – enjeux LGBTQ+, Premières Nations et entrepreneuriat chez les jeunes, par exemple.

«J’ai probablement la liste la plus exhaustive de toutes les personnes qui ont un lien avec la francophonie dans la région», s’esclaffe Patrick Lac, tout en précisant qu’«il y en a qui ne se définissent pas nécessairement comme étant des francophones» de par leur histoire de vie.

«C’est quand même très hippie et très pirate ici, c’est un peu le Far West quand même! Donc je pense que certaines personnes ne rempliraient pas le recensement et ne cocheraient pas la case “francophone”», note le coordonnateur balado.

Des balados à profusion

Les balados ont la cote en francophonie canadienne : Parler pour transmettre, Yukon-Extra-Ordinaire, Médecine en minutes, Parle-moi de ton bilinguisme, Balado des RVF 2022, Les Francos oublié.e.s et On est 33 millions, pour n’en nommer que quelques-uns.

Patrick Lac, lui-même un grand amateur de balados, estime que Franc Ouest se démarque «parce qu’on ne s’intéresse pas principalement à la francophonie – on s’intéresse principalement à l’individu et à son histoire de vie, et c’est en français».

«J’ai écouté un peu Pour l’amour du français, qui est fait en Saskatchewan, et c’est intéressant, mais pour quelqu’un qui s’intéresse vraiment au sujet presque universitaire des minorités francophones. Nous, on a préféré l’approche de s’intéresser aux individus», ajoute-t-il.

Il envisage toutefois des partenariats avec d’autres balados puisque chacun «apporte plus d’informations sur sa propre réalité locale».

À lire aussi : Le balado, une niche pour conter des histoires (Le Franco)

Plus de francophones qu’il n’y parait

Le projet Franc Ouest comprend aussi des ateliers dans les écoles francophones de la région, de sorte que Patrick Lac a eu l’occasion de s’entretenir avec des jeunes : «C’est très intéressant d’avoir autant la perspective des adultes qui ont quitté disons le Québec, la France ou la Belgique pour s’établir ici, mais aussi d’avoir le récit de ces jeunes-là qui sont nés en Colombie-Britannique, qui ont toujours vécu en version bilingue.»

Ayant visité la municipalité de Nelson il y a 12 ans, le coordonnateur indique avoir été grandement surpris d’y côtoyer autant de francophones puisqu’à l’époque, il n’en avait rencontré aucun.

«Ça s’est vraiment transformé et une des choses qui m’intéresse en faisant ce podcast, c’est un peu d’essayer de déterminer pourquoi il y a autant de francophones – je me promène dans les parcs avec mes enfants et on entend du monde qu’on ne connait pas parler français, et ce ne sont pas des touristes!» raconte Patrick Lac.

Il estime que les données de Statistique Canada, selon lesquelles la minorité francophone ne composerait que 1,2 % de la population de Kootenay Boundary, ne correspondent pas forcément à la réalité du terrain. Toujours selon le recensement 2016, environ 4,4 % de la population y connaitrait le français.

«Une fois que tes enfants sont sortis du réseau scolaire francophone, les familles n’ont plus autant un fort lien avec l’AFKO ou la CSF [Commission scolaire francophone de la Colombie-Britannique]», fait remarquer le coordonnateur balado.

Patrick Lac a lui-même été particulièrement touché par une conversation qui se trouve dans l’épisode du 1er juillet, et qui l’a ultimement convaincu d’envoyer ses propres enfants à l’école francophone de la région.

«J’ai rencontré une jeune fermière de Castlegar, une petite ville complètement anglophone proche de Nelson, nommée Rachel Tetreault. Ses deux parents sont Québécois, mais ils ne lui ont jamais parlé en français et aujourd’hui elle vit une véritable crise identitaire.»

«Elle a décidé d’apprendre le français, elle est super impliquée avec Canadian Parents for French (CPF) et ses deux enfants vont en immersion française», ajoute Patrick Lac, qui a réalisé cet épisode en anglais parce que son invitée ne se sentait pas assez à l’aise de le faire en français.

«Pour moi, ç’a été un épisode qui m’a vraiment ouvert les yeux sur l’insécurité linguistique et l’importance de parler français à ses enfants et de les envoyer dans une école francophone. Moi je me posais la question […] finalement, après avoir rencontré Rachel, j’ai décidé que mon fils ira à l’école en français.»

«C’est un épisode qui prouve la raison d’être du projet, parce que c’est important de valoriser le français et ç’a été une très, très belle rencontre avec Rachel», conclut Patrick Lac.

Franc Ouest sera officiellement lancé le 24 juin, date à partir de laquelle un épisode paraitra tous les vendredis pendant quelques semaines.