le Dimanche 3 juillet 2022
le Vendredi 27 mai 2022 18:19 Communautaire

Nos ancêtres acadiens ont créé le précédent pour nos coopératives prospères

Prise en 1953, montrant une discussion sur les problèmes de fonctionnement de la Coopérative à Chéticamp. De gauche à droite : Geffrey LeFort, Dénis Aucoin (agent de terrain pour le département de vulgarisation) et gérant des coopératives de pêche de Grand-Étang et de Chéticamp, William LeFort (représentant agricole pour Inverness Nord) et Edmond Aucoin, gérant du magasin coopératif de Chéticamp) — Crédits : Archives
Prise en 1953, montrant une discussion sur les problèmes de fonctionnement de la Coopérative à Chéticamp. De gauche à droite : Geffrey LeFort, Dénis Aucoin (agent de terrain pour le département de vulgarisation) et gérant des coopératives de pêche de Grand-Étang et de Chéticamp, William LeFort (représentant agricole pour Inverness Nord) et Edmond Aucoin, gérant du magasin coopératif de Chéticamp)
Crédits : Archives
CHÉTICAMP – Depuis plus d’un siècle, les coopératives sont le moteur de l’économie, répondent aux changements sociaux, résistent à la crise économique mondiale et sont des entreprises sérieuses et prospères qui créent des emplois dans tous les secteurs. Alors que nos homardiers entament une nouvelle saison de pêche, cela me rappelle comment l’industrie de la pêche a évolué dans nos communautés locales.

Le mouvement coopératif a joué un rôle vital dans la survie de notre peuple et fait toujours partie intégrante de notre environnement dans tout le comté. Pour apprécier pleinement l’histoire de l’économie locale de la région acadienne, nous devons prendre du recul et parler des années où nos ancêtres vivaient de la terre et de la mer.

À la fin des années 1700, la Compagnie Robin (les Jerseys) s’était établie dans cette région. Les Jerseys n’avaient pas de concurrents, ils étaient donc en mesure d’établir les règles. Ils possédaient la plupart des bateaux et des engins de pêche, tandis que nos gens travaillaient du matin au soir et étaient très peu payés. Nos premiers pêcheurs acadiens étaient essentiellement les esclaves d’un système exploité et monopolisé – Catch 22. Même si la prise du jour était bonne, les pêcheurs ne pouvaient pas suivre et rembourser leurs dettes.

Nos ancêtres souffraient de ce système ainsi que de difficultés économiques. Ils savaient que pour survivre et devenir éventuellement leurs propres maîtres, ils devaient trouver un autre moyen de gagner leur vie. Ils ont commencé à discuter de la possibilité d’unir leurs efforts, de travailler ensemble pour trouver une meilleure méthode pour faire la roue et traiter leurs prises du jour. Un effort collectif qui allait être connu sous le nom de mouvement coopératif, qui a donné naissance à une caisse de crédit, à l’union des pêcheurs et à la coopérative de consommation.

À Grand-Étang, tout a commencé en 1896 avec l’ouverture du port, qui a eu un impact profond sur l’industrie de la pêche dans cette région. Nos ancêtres ont tout de suite commencé à mettre leurs ressources en commun et, dès 1914-1920, ils ont pu acheter du matériel en groupe. En 1922, Jean Doucet, s’adresse aux familles de la région pour connaître les besoins en matériel. Il a commandé du matériel en gros et l’a fait livrer par bateau depuis Halifax. C’était le début de la libération de nos Acadiens du système de monopole. Par exemple : Ils pouvaient maintenant acheter un sac de farine au coût de 3,35 $ par opposition au prix de 6 $ le sac de Jersey. Grâce à ces efforts, les Acadiens ont développé leur propre indépendance et sont devenus maîtres de leur destin.

Avec l’arrivée du Père DeCoste à Saint-Joseph-du- Moine, commencent alors les négociations sérieuses pour les différents facteurs du mouvement coopératif. Le Père DeCoste devient la colonne vertébrale de ce nouveau mouvement. Vers 1930, avec l’encouragement et l’insistance du père DeCoste, les pêcheurs se sont finalement regroupés et ont formulé un plan pour devenir indépendants et organisés. Ils ont commencé à développer une identité distincte en tant qu’entrepreneurs. Le mouvement coopératif était simplement cela – des gens qui coopèrent. Nos gens uniraient tous leurs efforts, leurs travaux et les dépenses nécessaires à la transformation de leur poisson. Ils organisaient la vente de leurs produits sur les marchés extérieurs et partageaient les bénéfices. Le 1er mai 1948, la Société coopérative des pêcheurs de Grand-Étang limitée était incorporée. Aujourd’hui encore, Grand-Étang est le noyau de la paroisse où plusieurs entreprises sont imbriquées dans le magnifique port de pêche.

En 1936, les paroissiens ont organisé leur première coopérative de consommation. Les premières ventes ont lieu dans la remise appartenant à Amédée Delaney. Sa femme, Marie Delaney, a vendu le premier gallon de mélasse pour la Coopérative, au prix de 50 cents. La marchandise était limitée, offrant du sel, de la mélasse et de la paraffine. Ce fut le début de plusieurs versions d’une Coopérative et de gérants qui nous amènent à l’actuelle Coopérative LeMoyne.

À Chéticamp, bien avant le début du mouvement coopératif d’Antigonish, quelques pêcheurs acadiens pauvres se sont réunis et ont fondé, en 1915, la première coopérative de vente des Maritimes, apparemment la première coopérative de vente de poisson de toute l’Amérique. Les théories de la coopération étaient dans l’air. En 1907, vingt-huit mineurs de Sydney avaient ouvert un magasin Co-op et son succès croissant en avait fait un nom familier dans tous les villages de l’île.

Photo de l’ancienne coopérative de pêche de Chéticamp et de son quai.

Les fondateurs de la petite usine de La Pointe sont Sévérin (à Hippolyte) LeFort, Placide (à Eusèbe) LeFort, Émilien (à Servant) LeFort, son fils Pat, Marcellin Doucet et son fils Élie. D’autres personnes se sont jointes plus tard à ce groupe : John (à Eustache) Cormier, Polite (à Jean) Deveau et Paddey (à Eustache) Cormier. Le nombre d’actionnaires augmente et, un jour, presque tous les pêcheurs de La Pointe, soit une vingtaine, font partie de la petite factorerie. La fermeture de ses portes en 1940 n’est pas due à une mauvaise administration, ni à la démission de ses membres. C’est parce que le mouvement coopératif, dont ils avaient semé les premières graines à Chéticamp, s’étendait à l’époque à toute l’île du Cap- Breton sous l’impulsion du mouvement d’Antigonish. Grâce àla croissance rapide del’industrie de la pêche, plus centralisée au port, les pêcheurs ont formé à partir de ce moment-là leur propre grande Coopérative de pêche afin de s’associer à une Coopérative de plus grande envergure.

N’oublions pas qu’à l’époque de ces fondations, Chéticamp était frappé par la crise économique des années trente. Si les Chéticantins avec leurs bateaux de pêche et leurs fermes avaient de quoi se nourrir, ils n’avaient pas d’argent pour acheter d’autres produits de première nécessité qu’ils ne pouvaient pas produire. Des produits tels que : le sucre, le sel, la levure, le bicarbonate de soude, le fil, la farine, etc. Ils avaient aussi le problème annuel d’acheter un banc à l’église. À l’automne, les paroissiens se saluaient souvent ainsi : Avez-vous reçu votre farine pour l’hiver et avez-vous l’argent pour le banc ?

C’est dans ce climat de pauvreté relative et de rareté de l’argent que sont jetées les bases de tout le futur mouvement coopératif de Chéticamp. En 1934, les paroissiens ont entendu parler du Mouvement d’Antigonish et des noms de ses principaux dirigeants : Le révérend James Tompkins, le révérend Dr Michael Coady et A.B. MacDonald n’étaient pas inconnus. Un obstacle majeur pour les gens de Chéticamp était que ces puissants leaders étaient de langue anglaise et que beaucoup ne comprenaient que très peu, voire pas du tout, leur langue.

Peu de temps après, en 1935, le premier véritable club d’étude a été organisé à Chéticamp. Une fois par semaine, les huit membres suivants se réunissaient pour étudier : Alexandre (à Placide) Boudreau, Jos (à Théophile) Chiassson, Léo (à William) Cormier, Geoffrey (à Padé) LeFort, Arsène (à Hypolite) Roach, Joseph (à Hypolite) Deveau, Charlie (à Hypolite) Deveau et William (à Baptiste) LeFort. En 1936, à la suite de ces séances sérieuses, le Club d’études donne naissance à la Caisse populaire de Chéticamp.

« Un obstacle majeur pour les gens de Chéticamp était que ces puissants leaders étaient de langue anglaise et que beaucoup ne comprenaient que très peu, voire pas du tout, leur langue. »

Jusqu’alors, il n’était pas question de fonder un magasin coopératif. Il était déjà difficile de promouvoir la croissance lente et plutôt douloureuse de la Caisse. Les membres du Club d’études savaient que la création d’un magasin coopératif ne serait pas une tâche facile car elle serait assez coûteuse. À l’automne 1936, au cours d’une de leurs séances, ils ont appris que l’ancien magasin de Bellefontaine, inoccupé depuis un certain temps, serait bientôt vendu pour 400 $ de taxes. Ils ont tous convenu que c’était une affaire trop belle pour être manquée ! Les négociations ont commencé immédiatement, un acompte de 10 $ et c’était fait. Ils ont décidé de ne pas ouvrir le magasin avant que les taxes ne soient payées en totalité et ont poursuivi leurs études pour apprendre les principes et les pratiques des coopératives de consommateurs.

Occupé sur le quai pendant les premiers jours de la pêche à Chéticamp.

La recherche a commencé sérieusement, pour trouver un groupe d’au moins 12 membres fondateurs, qui pourraient se permettre et seraient prêts à acheter des actions pour au moins 25,00 $ chacune. Ces courageux pionniers étaient : le révérend Patrick LeBlanc, le Dr. Wilfred Poirier, Alexandre (à Placide) Boudreau, Jos (à Théophile) Chiasson, Félix (à Théophile) Chiasson, Léo (à William) Cormier, Geoffrey (à Padé) LeFort, Johnny (à Charles) LeFort, John (à Magloire) Harris, Peter (à Médouche) Poirier, Dave (à David) Chiasson, Daniel (à Lubin) Chiasson et Arsène (à Hypolite) Roach.

Finalement, au printemps 1937, les taxes sur la propriété sont payées et les titres sont clairs. Des rénovations sont effectuées et une commande pour un coût estimé à environ 450,00 $ est préparée, une fortune à l’époque. Après plusieurs refus, ils ont finalement obtenu un crédit de trente jours auprès de la Cape Breton Co-operative Wholesale de Sydney. Immédiatement, les directeurs ont embauché le premier directeur, M. Arthur Bourque de Louisdale, à un salaire de 35 $ par mois. Leur attitude était “Let’s Chance It !

Quelques jours plus tard, en juin 1937, le camion de marchandises arrive au magasin. Les fiers fondateurs lui ont réservé un accueil royal. Ils sont entourés d’une armée de curieux et de nombreux paroissiens qui attendent avec impatience de pouvoir dépenser quelques dollars pour acheter une part.

Voici une liste de tous les gérants de magasin de la Coopérative de Chéticamp au fil des ans : Arthur Bourque (1937-1938), Arthur Gaudet (1938-1940), Léo W. Cormier (1940-1943), Herbert LeBoutilier (1943-1948), Louis Philippe Chiasson (1948-1950), Johnny C. Chiasson (1950-1953), Edmond Aucoin (1953-1961), Louis Léo Bourgeois (1961-1969), Geoffrey LeFort (1969-1972),

Raymond Doucet (1972-2006), Cyril Aucoin (septembre 2005- juin 2010), Raymond Doucet (2010 intérimaire pour 6 mois) et David MacDonald (septembre 2010-2021) et Tyler Paturel (2021-aujourd’hui).

Leurs effectifs vont de 13 fondateurs, 48 membres en 1937 à environ 2750 membres aujourd’hui. Leurs ventes varient : 1941, ventes pour $46,000.00 à aujourd’hui, qui l’année dernière ont totalisé $14,750.000.00.

Nos ancêtres, qui ont joué un rôle déterminant dans le défi de s’embarquer dans le voyage du mouvement coopératif, resteront à jamais dans les mémoires pour avoir été de grands visionnaires, car ils ont fait preuve d’un tel dévouement pour l’amélioration de leur peuple, l’avenir de leur communauté. Si nos coopératives actuelles sont couronnées de succès, nous le devons à ces courageux pionniers et à tous ceux qui ont suivi leurs traces depuis la conception même d’un tel mouvement.

Je souhaite à tous ceux qui travaillent dans le secteur de la pêche une saison 2022 sûre et prospère !

(Certaines informations de cet article font référence à des livres : Le magasin coopératif de Chéticamp – Une histoire à succès par Alexandre J. Boudreau, Histoire et traditions de Chéticamp par le père Anselme Chiasson et les membres du personnel des coopératives locales au fil des ans).