le Jeudi 19 mai 2022
le Vendredi 22 avril 2022 14:02 Actualités

La Nova Scotia Federation of Labour demande un programme permanent de congé maladie payé

Danny Cavanagh, président de la Nova Scotia Federation of Labour. — Crédit : courtoisie
Danny Cavanagh, président de la Nova Scotia Federation of Labour.
Crédit : courtoisie
Le 11 avril dernier, le Premier ministre de la Nouvelle-Écosse a annoncé qu’il allait réévaluer le programme provincial de congés de maladie payés. Ce programme offre la possibilité aux Néo-Écossais d’avoir 4 jours de congés supplémentaires s’ils sont confrontés à des problèmes liés à la COVID. Pour le NPD et la Nova Scotia Federation of Labour, il faut lier les paroles à l’action et mettre sur pied un programme permanent de congé maladie qui pourra aider de manière efficace la population locale.

Diana Ombe — IJL —
Réseau presse — Le Courrier de la Nouvelle-Écosse

Terminé en fin mars, le programme provincial de congé maladie payé permettait aux employés d’avoir quatre jours de maladie payés pour faire face aux problèmes liés à la COVID s’ils manquaient moins de la moitié de leur temps de travail prévu. Il avait été mis en place pendant 3 mois en 2021 et a redémarré en janvier 2022 avant d’être arrêté à nouveau.

Suite à la montée des cas de COVID dans la province, le gouvernement néo-écossais a décidé de prolonger le programme jusqu’au 7 mai, pour répondre aux besoins de la crise sanitaire.

« L’implémentation de congés maladie payés aiderait les employés, en particulier ceux qui travaillent au salaire minimum et qui ne bénéficient pas d’avantages sociaux, à avoir un meilleur suivi médical», déclare Danny Cavanagh, président de la Nova Scotia Federation of labour.

Pour la fédération, un programme de congé maladie payé, similaire à celui proposé par le gouvernement fédéral, offrirait trois fois plus de jours de repos aux employés moyens. Cela permettrait aux employés de prendre le temps nécessaire pour se remettre de n’importe quelle maladie.

« De manière générale, les employés n’abusent pas des congés payés. Cependant, c’est toujours plus facile de savoir que nous avons un support financier pour prendre le temps de repos nécessaire pour être plus performant en entreprise », ajoute monsieur Cavanagh.

Un nouveau projet de loi présenté par le NPD

Pour Gary Burrill, chef du parti NPD, la décision de la province de terminer le programme de congé maladie payé était une mauvaise idée.

« Il y a des milliers de personnes positives », rappelle le député. « Beaucoup de gens vont devoir rester à la maison pour des problèmes liés à la COVID et ils vont devoir agir avec une certaine hâte ».

Selon le NDP, il est louable que le gouvernement provincial réévalue le programme. Cependant, il faudrait lier les paroles aux actions pour le bien de la communauté.

Pour faire face à cette situation, le parti a présenté un nouveau projet de loi à l’Assemblée législative qui permettrait à tous les travailleurs de la province d’obtenir jusqu’à 10 jours de congés de maladie payés chaque année, selon le temps qu’ils travaillent chaque mois.

Le projet de loi se heurte encore à la résistance du gouvernement progressiste-conservateur qui n’est pas prêt à s’engager dans un programme permanent dans le cadre du code des normes du travail.

« Le gouvernement fédéral a déjà mis en place un programme permettant d’avoir près de 10 jours de congés maladie payés. La Nouvelle-Écosse devrait suivre le même modèle, car cela permettrait de donner du temps de repos nécessaire pour un retour au travail sécuritaire », conclut Danny Cavanagh.