le Mardi 17 mai 2022
le Vendredi 8 avril 2022 19:08 | mis à jour le 9 avril 2022 14:42 Actualités

Brûlerie du vieux moulin – Grains de café des pays du monde à la Baie Sainte-Marie

Lise Lejeune avec le produit final.  — Lisa Doucette
Lise Lejeune avec le produit final.
Lisa Doucette
Brûlerie du vieux moulin - Grains de café des pays du monde à la Baie Sainte-Marie
Contribution

BAIE SAINTE-MARIE – Lise Lejeune est une snob de café déclarée. Elle n’aime tout simplement pas le café, elle rêve de café, boit du café, parle de café; en d’autres termes, elle vit pour le café. Elle me le dit alors qu’elle me fait visiter sa rôtissoire à café immaculée dans son sous-sol. On dirait un laboratoire avec tous les gadgets lumineux, les machines, etc… mais un laboratoire de café qui sent bon. Elle commence à me raconter son histoire tout en me montrant le fonctionnement du torréfacteur à lit fluidisé, les balances, comment le café se détache des gousses et bien d’autres informations fascinantes sur le café. 

Son amour du café a commencé dans les années 90, alors qu’elle et son frère Marc étudiaient à l’Université Acadia. En 1997, ils ont investi dans un petit café appelé The Front Street Cafe. Mais cela ne devait pas durer car, en 1998, la boulangerie voisine a pris feu et a réduit en cendres plusieurs commerces, notamment leur café. L’amour du café ne l’a pas quittée et elle s’est jurée d’ouvrir à nouveau un café à un moment donné de sa vie. 

En 2000, Lise s’est installée en France pour enseigner à Poitier et chaque fois qu’elle n’enseignait pas, elle était dans un café à apprécier les différents cafés qu’ils avaient à offrir. 

Elle est finalement revenue en Clare et le désir d’ouvrir un café était toujours aussi fort. Ses racines sont profondes dans la municipalité de Clare et elle est une historienne amateur ayant écrit des livres sur les personnes intéressantes de la région. Elle voulait donc intégrer sa langue, sa communauté et son histoire dans ce projet de café. Elle avait des idées en tête depuis presque 5 ans lorsque la pandémie a frappé. Lorsque vous êtes chez vous pendant une pandémie, vous commencez à avoir encore plus d’idées qui tournent dans votre tête.  

C’est alors que l’idée d’une torréfaction de café lui est venue, et pas n’importe quelle torréfaction, mais la seule torréfaction française en Nouvelle-Écosse, plus précisément une torréfaction acadienne rendant hommage au peuple, à la langue et à l’histoire des Acadiens. Elle est également biologique, équitable et très consciente de l’environnement. Elle possède la seule torréfacteur électrique à lit fluidisé et à air en Nouvelle-Écosse. Tous les autres fonctionnent au propane et ont une empreinte carbone beaucoup plus lourde en raison de la quantité de BTU qu’ils utilisent. Certains disent que le torréfacteur à air permet d’obtenir un café plus propre et plus savoureux… parfait pour les snobs du café !

Mme Lejeune a bien fait ses devoirs et a cherché à savoir si cela était faisable et réalisable. Elle a fait des recherches sur les grains, les pays, les types de torréfacteurs.  Elle s’est intéressée à tout ce qui concerne le café et les affaires, même si le sens des affaires lui est facile puisqu’elle est la fille de Camille Robichaud de U.J. Robichaud. Le sens des affaires est donc très présent dans sa famille. 

Mais, le sens des affaires ne sert à rien si vous n’avez pas le soutien de votre famille ou si vous n’avez pas de fonds pour démarrer votre entreprise. Lise est reconnaissante à la CBDC de l’avoir aidée à financer son entreprise et de lui avoir donné les conseils dont elle avait besoin, ainsi qu’à sa famille, ses amis et son mari Brad pour tout le soutien qu’ils lui ont apporté au cours des dernières années. C’est devenu une véritable entreprise familiale avec Brad qui aide à la rôtisserie et ses jeunes filles Gwen et Émilie qui aident au département de l’emballage.  

Le 3 avril, elle a officiellement lancé son entreprise Brûlerie du vieux moulin, le nom étant un hommage aux racines familiales du moulin que sa famille possédait depuis des générations. L’ouverture a eu lieu chez Chez Jean avec l’aide des garçons de Clare après y fait noir. Comme la partie café de son entreprise n’est pas encore tout à fait prête, ses grains de café sont en vente à plusieurs endroits différents dans la région de Clare, comme chez Chez Jean à l’Anse-des-Belliveau, en prenant rendez-vous pour en prendre à la rôtisserie elle-même au 140, chemin Maxwellton ou en consultant leur page Facebook, leur page Instagram ou leur site web www.brulerieduvieuxmoulin.com. 

Vous trouverez toutes sortes de cafés différents, costaricains, indonésiens, honduriens et colombiens, en grains ou moulus, ainsi que tous les gadgets merveilleux et complexes pour les snobs de café les plus exigeants… ummm… je veux dire les connaisseurs. 

J’ai demandé à Lise ce que l’avenir lui réservait, à elle et à la Brûlerie du vieux moulin? Son objectif est d’ouvrir un jour le café de ses rêves dans l’ancien moulin à farine que possédait sa famille dans 1900.  Pour elle, cela signifierait que la roue du rêve serait refermée, mais pour l’instant, elle est heureuse de torréfier des grains, de boire du café et d’imaginer ce qui pourrait arriver.