le Mardi 17 mai 2022
le Lundi 21 mars 2022 10:29 Communautaire

La joie de vivre et les traditions de Joe Delaney sont toujours vivantes

L’ancien village de l’épouvantail de Joe était autrefois un lieu de visite privilégié à Cap LeMoine.  — gracieuseté Rosie Aucoin-Grace)
L’ancien village de l’épouvantail de Joe était autrefois un lieu de visite privilégié à Cap LeMoine.
gracieuseté Rosie Aucoin-Grace)
CHÉTICAMP - Pendant cette période de l’année, de nombreux habitants de la région acadienne de notre comté commencent à parler de la Mi-Carême, une coutume vieille de quatre cents ans qui célèbre la danse, la musique et la culture acadienne. Pendant le festival, de nombreuses personnes, appelées Les Mi-carêmes, déguisées de la tête aux pieds, rendent visite à leurs voisins, qui tentent de deviner leur identité. Lorsque le jeu de devinettes est terminé, les Mi-carêmes se démasquent et se régalent avant de se rendre à leur prochaine destination où le jeu recommence.

Il est tout simplement phénoménal que cette ancienne tradition acadienne vive encore de nos jours. Elle a été transmise de génération en génération comme si elle portait une torche qui illumine une semaine morne au cœur de l’hiver.

De nombreux personnages légendaires ont maintenu cette tradition en vie et ont encouragé de nombreuses personnes à la perpétuer. Par exemple, dans le village de Saint-Joseph-du-Moine, feu Joseph (à Polite) Delaney était connu pour son amour de la vie, son humour contagieux et son sens de l’esprit communautaire. Il était très amusant et ne manquait jamais l’occasion de participer aux festivités locales telles que La Chandeleur, La Mi-Carême, les mariages, les concerts scolaires, etc. Il essayait toujours de transmettre l’importance des vieilles traditions et de les garder vivantes et prospères.

Pendant la Mi-Carême, la maison de Joe et Bella était la préférée, car ils ouvraient leurs portes aux Mi-Carêmes et aux observateurs. Il décorait l’extérieur de la maison avec des mannequins déguisés et des panneaux. Tout le monde était le bienvenu, de jour au soir. Lors d’une conversation, il y a de nombreuses années, je me souviens que nous avons parlé de cette vieille tradition et de ce qu’elle était dans le temps et il a décrit : « Eh bien, vous savez que Mi-Carême signifie milieu du Carême. À l’époque, c’était strict. Le Carême était une période de quarante jours très dure. Les gens devaient aller souvent à l’église et jeûner. Pas de sucreries, de la viande une fois par semaine, pas de fêtes et beaucoup de prières. » Il poursuit : « Alors, laissez-moi vous dire que lorsque nous avons eu cette pause de trois jours au milieu, nous étions très heureux. Nous avons eu tellement de plaisir à nous habiller avec de vieux vêtements et des masques et, bien sûr, nous avons adoré les douceurs. On pouvait manger ce qu’on voulait   C’était incroyable. »

J’ai demandé à Joe où il trouvait les vêtements pour se déguiser à l’époque et il m’a répondu : « Eh bien, certains vêtements étaient simplement des objets abandonnés qui ne servaient plus à rien. Si nous avions de la chance, nos parents vivant aux États-Unis allaient dans des ventes de charité à Waltham et ils récupéraient des barils de vêtements qu’ils nous envoyaient par la poste. Une partie des vêtements était mise de côté pour les festivités de la mi-carême.” Il ajoute : « De nombreuses familles recevaient des barils de vêtements et il était donc amusant d’échanger des vêtements afin d’en avoir suffisamment pour les trois jours. Vous ne pouviez pas vous rendre deux fois dans une maison avec le même déguisement, sinon ils savaient qui vous étiez. »

« Les gens d’ici, ils sont plutôt bons pour deviner. Je jure que certains sont meilleurs que des détectives. Vous devez tout couvrir. S’ils voient vos oreilles, vos yeux ou votre nez, oh oui, ils vous reconnaissent », a déclaré Delaney. « En ce temps-là, nous n’avions pas de magasins ou de maisons pour louer des costumes. Nous devions fabriquer les nôtres, mais cela faisait vraiment partie du plaisir. »

De 1958 à 1984, Joe a porté le titre de concierge de l’école Saint-Joseph-du-Moine, mais il était bien plus que cela. Il était très impliqué dans la vie des élèves, dans les sports et la liste est longue. Je me souviens très bien de Joe nous montrant des danses traditionnelles, nous apprenant des chansons/musiques et nous expliquant l’importance des coutumes et d’honorer nos ancêtres en n’oubliant pas ce qui nous a été transmis par nos ancêtres. Il n’en était peut-être pas conscient, mais il était l’un des enseignants les plus inspirants de cette école… car l’éducation prend toutes sortes de formes.

À sa retraite, lui et quelques autres membres de la famille ont décidé de défricher douze acres de front broussailleux et de cultiver la terre, située à Cap LeMoine. Année après année, les jardins ont grandi et comme il n’y avait aucune surveillance des cultures. Joe et ses fils ont construit trois épouvantails destinés à empêcher les animaux sauvages d’entrer dans le potager. Ils ont installé les épouvantails dans le jardin la nuit, et le matin suivant, ils ont trouvé un bus charter et plusieurs voitures stationnées sur le bord de la route. En tout, il y avait plus de cinquante personnes dans le champ qui regardaient les épouvantails et prenaient des photos. Selon Delaney, une femme de Californie lui a dit : « Joe, au nom du ciel, ne t’occupe pas de ton jardin. Mets plus d’épouvantails. C’est ce que nous voulons voir. Si tu peux faire ces trois-là, tu peux en faire plus. Et c’est ce que les gens veulent voir. Au lieu de ces boutiques de souvenirs et de ces musées et tout ça. » Cela a inspiré Delaney à commencer à créer d’autres épouvantails. En 1984, Delaney avait créé un total de 12 épouvantails; en 1985, ce nombre est passé à environ 30, et en 1986 il y avait 46 épouvantails. En 1986, les épouvantails de Joe ont reçu environ 18 000 visiteurs du monde entier. En 1989, il avait attiré plus de 27 000 visiteurs. À cette époque, Delaney appelait son village d’épouvantails le Joe’s Drive-in Theatre of Scarecrows.

En effet, le Joe’s Scarecrow Village était une collection d’épouvantails situés dans un champ le long de la Cabot Trail, une autoroute très fréquentée par les touristes. Les épouvantails étaient habillés de divers costumes, dont celui d’un pêcheur, d’un couple de mariés, d’écoliers, de célébrités et de politiciens. Joe Delaney, le créateur de l’attraction, a décrit les costumes comme étant similaires à ceux portés traditionnellement par les Acadiens de la région pour les fêtes de la Mi-Carême. Les épouvantails étaient étiquetés avec des noms et des descriptions, certains d’entre eux étant des monuments commémoratifs de la population locale. Le village comportait une boutique de souvenirs et un snack-bar. L’attraction ne faisait pas payer d’entrée mais acceptait les dons pour l’entretien continu du projet. En tant que nouveau site touristique, Delaney a reçu un prix d’innovation de l’Association touristique du Cap-Breton et un prix du tableau d’honneur de l’Association de l’industrie touristique de la Nouvelle-Écosse.

Joe et sa famille ont créé un produit unique qui offrirait aux visiteurs du monde entier un endroit où ils pourraient partager des sourires, des rires, une touche de notre tradition acadienne et une hospitalité chaleureuse. C’était comme voir la Mi-Carême toute l’année et un moment fort pour de nombreux visiteurs de la région.

Joe est décédé le 2 février 1996 à l’âge de soixante-dix-neuf ans. Ses épouvantails ont fini par être enterrés eux aussi. Bien que Joe manque à sa famille et à tant d’amis, son esprit vit à travers ses enfants et tous les souvenirs que nous avons de lui, comment il nous faisait rire et touchait l’enfant en chacun de nous. Il n’est pas étonnant qu’il y ait un endroit spécial dédié à Joe Delaney au Centre de la Mi-Carême à Grand-Étang.  C’est comme s’il veillait sur tous les masques étonnants, sur le décor et sur ceux qui entrent, hypnotisés par l’entourage représentant cette ancienne coutume acadienne. Je ne doute pas que Joe serait très fier des efforts de la Société de la Mi-Carême et des autres qui travaillent sans relâche pour maintenir cette tradition en vie et la partager avec le reste du monde.

Je pense souvent à Joe et à sa joie de vivre. C’est un personnage haut en couleur. Qu’est-ce que je ne donnerais pas pour m’asseoir avec Joe et entendre d’autres de ses histoires. En ces temps de folie, le voir chanter et jouer « Mal habiller » serait un vrai cadeau!