le Lundi 5 Décembre 2022
le Lundi 21 mars 2022 10:16 Communautaire

La grève se poursuit à l’Université Sainte-Anne

Les manifestants se rassemblent devant l’église Sainte-Marie à la Pointe-de-l’Église. 
Ci-dessous, les marcheurs le long de la route vers l’université.  —  Richard Landry
Les manifestants se rassemblent devant l’église Sainte-Marie à la Pointe-de-l’Église. Ci-dessous, les marcheurs le long de la route vers l’université.
Richard Landry
POINTE-de-l’ÉGLISE : La grève, déclenchée le 17 février par l’Association des professeurs, professeures et bibliothécaires de l’Université Sainte-Anne (APPBUSA) se poursuit. Les négociations ont repris le mercredi 16 mars.

Daniel Long, négociateur pour l’APPBUSA, a noté que les quelque 40 professeurs et bibliothécaires des cinq campus de l’Université dans la province demandent de meilleures transparence et communication avec l’administration de l’Université.

Le personnel en grève a procédé à un tintamarre avec des casseroles et poêles le long du trottoir depuis le chemin du quai du village jusqu’à l’Université pour appuyer les étudiants du campus de la Pointe-de-l’Église qui ont vu leur cafétéria fermée récemment. La cafétéria est fermée depuis le 27 février. « Le mardi 8 mars, nous avons marché en solidarité avec les étudiants qui doivent maintenant préparer leurs propres repas dans les cuisines des résidences où il y a peu de casseroles et de poêles. Nous avons même donné des casseroles et des articles de cuisine aux étudiants. Il y a beaucoup d’étudiants qui ne savent même pas faire la cuisine », estime-t-il.

Le vendredi 11 mars, alors qu’ils étaient en ligne de piquetage au campus de Halifax, leur porte-parole, le professeur Jean Wilson, a subi un malaise dont il en est décédé. Les grévistes en deuil ont tenu à lui rendre hommage pour son service à l’Université, donc il y avait une pause. La morale était très basse.

Cependant, les négociations vont continuer. « Nous avons demandé à l’administration de l’Université que les négociations reprennent. Depuis la conciliation en novembre, nous avons demandé cela cinq fois. Ils ont accepté et nous reprenons le mercredi 16 mars. Nous espérons qu’il y ait un rapprochement entre les parties. Il y a eu beaucoup de résistance pour se rapprocher à l’Association », a dit Daniel Long.

Pour sa part, le recteur et vice-chancelier de l’Université, Allister Surette, a noté que le tintamarre des professeurs et bibliothécaires du 8 mars au sujet de la fermeture de la cafétéria n’avait rien à faire avec les négociations. « Au trimestre d’hiver, les cours étaient virtuels à cause de la pandémie, selon lui. Donc, il y a très peu d’étudiants sur le campus. Le campus peut accueillir jusqu’à 270 étudiants et la moyenne en résidence est d’environ 200. Seulement 20 à 25 étudiants restent sur le campus et ce n’est certainement pas rentable pour le fournisseur externe, Chartwell. La décision a donc été prise de fermer la cafétéria. Les étudiants en général préfèrent ne pas prendre le plan de repas. Nous avons remboursé les étudiants pour leur plan et les avons placés dans les résidences où il y a des cuisinettes. Le département de la vie étudiante a travaillé avec les étudiants pour trouver cette solution. »

Quant aux négociations qui ont repris le 16 mars, le recteur se dit encouragé de retourner à la table et faire avancer les pourparlers.