À LA UNE CETTE SEMAINE

Le Courrier

Le Courrier

DARTMOUTH – John Johnston, ancien historien au site historique national de Louisbourg, a participé au Forum sur Louisbourg 300 organisé par la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse, le samedi 9 mars. Il a présenté un survol historique de cette forteresse.

« Le destin de Louisbourg a toujours été lié à son havre. Sa position géographique, près des routes transatlantiques et des bancs de morue, avec une forme parfaite à l’époque pour la défense, soit une entrée étroite, menait à tous les développements, heureux et tragiques, qui ont coloré sa riche histoire. Le seul défaut, qui était fatal, était que Louisbourg était situé à une très grande distance de la France et du Québec », estime le conférencier.

Le havre était connu et utilisé par des Mi’kmaq et des marins européens, surtout les Anglais, bien avant la fondation de Louisbourg en 1713. Avant cette année-là, le havre portait le nom de Havre à l’Anglois, ou English Harbour ou English Port. Quand les Français ont choisi Louisbourg parmi plusieurs autres havres du Cap-Breton, il s’agissait d’une des dernières tentatives de colonisation de la France en Amérique du Nord. Par la suite, la France s’est tournée vers l’Afrique et l’Indochine, entre autres.

Les Français, d’après John Johnston, ont établi des liens relativement harmonieux avec les Mi’kmaq et les Maliseet pendant toute la période coloniale. Ces relations ont commencé par la traite au temps des premiers contacts, mais elles sont devenues bientôt plus étroites et variées. Cette amitié était fondée en partie sur un point commun : les Français, comme les Amérindiens, pratiquaient la religion catholique. Tous deux avaient aussi les mêmes ennemis, soit les Anglais. Un certain nombre de mariages ont donc été célébrés entre les Mi’kmaq et les Français avec les Acadiens, surtout au XVIIe siècle. D’ailleurs, plus de cent mots de la langue française se retrouvent dans la langue mi’kmaq et certains termes mi’kmaq ont été intégrés aux expressions acadiennes.

« Depuis sa fondation, Louisbourg était beaucoup plus qu’un simple fort. C’était un port de mer, un port de pêche et de commerce. La ville fortifiée était une évolution qui est survenue plus tard », d’après l’historien. Il a projeté des diapositives historiques du site pour montrer que la ville était presque moderne, offrant un espace urbain même au XVIIIe siècle. Louisbourg a généré des profits considérables pour les marchands en France et pour les habitants des côtes de l’Île-Royale (Cap-Breton). La capitale de l’Île-Royale a accueilli le plus grand nombre de vaisseaux de tous les ports de Nouvelle-France et comptait parmi les cinq ports ayant le trafic maritime le plus dense le long de la côte de l’Amérique du Nord.

Son économie se distinguait de celle du reste de la Nouvelle-France, car elle était plus séculière et plus diverse. L’agriculture n’était pas possible à cause du sol et du climat, bien qu’il y ait eu beaucoup de jardins potagers. La traite des fourrures constituait un petit marché à Louisbourg.

« Louisbourg a attiré des immigrés de la France venant de régions différentes que les immigrés de l’Acadie et du Canada. Les Normands et les Bretons étaient les plus nombreux, mais beaucoup venaient aussi de l’Ouest (La Rochelle, Bordeaux) et de la région basque dans le sud-ouest de la France. Il y avait aussi des Acadiens et des Acadiennes. On parlait plusieurs langues à Louisbourg, y compris l’allemand et le basque. Jusqu’en 1745, 150 de ses défenseurs étaient des protestants », affirme-t-il.

Les Acadiens ont joué des rôles importants à l’Île-Royale. Ils aimaient mieux rester en Acadie plutôt que de déménager à l’Île-Royale. Mais ceux qui s’y sont établis préféraient s’installer à Port-Toulouse (Saint-Pierre) et à l’Isle-Madame. Il y en avait aussi à Louisbourg. Le conférencier a présenté des noms acadiens qu’on retrouvait à Port-Toulouse et l’Isle-Madame aux recensements de 1722 et 1752 : Boudrot, Martel, Samson, Dugas, Landry, Fougère, Beliveau, Doiron, Comeau, Doiron, LeJeune, Giroir, Marchand, Boucher, Petitpas, Guédry et beaucoup d’autres.

En 1745, presque toute la population française de Louisbourg et de l’Île-Royale a été expulsée en France. C’était une déportation totale. Cette migration forcée s’est passée dix ans avant 1755. 

« Les liens acadiens avec Louisbourg sont vivants aujourd’hui, comme ils l’étaient au XVIIIe siècle. La renaissance des liens avec Louisbourg date des années 1960, précise John Johnston, avec le début du projet de recherche et de reconstruction d’une partie de l’ancienne ville fortifiée disparue. Il est important de souligner la contribution des centaines d’Acadiens et Acadiennes qui ont permis de reconstruire ce lieu historique. Typiquement, les employés acadiens de la Forteresse sont venus des communautés de Chéticamp, de l’Isle-Madame et du Cap-Breton industriel. Je peux vous assurer que, pendant mes 23 ans à Louisbourg, c’était souvent la présence acadienne qui a fait vibrer Louisbourg pour les visiteurs. »

Donc, deux cents ans après sa seconde chute, la Louisbourg française et coloniale est revenue. La renaissance a été entreprise par le gouvernement fédéral grâce à un projet d’envergure. Louisbourg est ainsi devenue une fenêtre incomparable sur le passé, un laboratoire d’histoire pour comprendre une époque et un lieu.

Malheureusement, la mer continue à monter, comme elle le fait depuis 5 000 ans, et les fondations de l’ancienne forteresse continuent à descendre. On craint pour l’avenir du site historique à long terme. « Mais, pendant que ce monument d’une importance nationale et internationale est toujours là, quel bonheur il apporte à tous ses visiteurs », estime M. Johnston.

DIEPPE, N.-B. – Les représentants de la Société Nationale de l’Acadie (SNA) sont rentrés en Acadie satisfaits et motivés des nombreux événements et rencontres tenus lors de leur récente mission en France qui marquait le 45e anniversaire des relations entre la France et l’Acadie.

Les 21 et 22 mars derniers, une importante délégation acadienne, composée d’intervenants des secteurs de l’éducation postsecondaire, de l’économie, du développement culturel et du tourisme, a participé aux Rencontres France-Acadie à Nantes, un événement officiel pré-Congrès mondial acadien (CMA), dans le but d’échanger et de développer des partenariats avec leurs homologues français. (Voir Le Courrier de la Nouvelle-Écosse du 5 avril 2013.)

Le travail effectué au cours de ces rencontres a donné un nouvel élan aux relations France-Acadie en permettant aux nombreux acteurs de discuter de divers nouveaux projets de collaboration.  Une des grandes forces de cette première édition des Rencontres France-Acadie a très certainement été la diversité et la qualité des intervenants, un fait qui a été souligné autant par les délégués français qu’acadiens.

« Nous voulions que les Rencontres France-Acadie partent du bon pied, qu’elles soient l’occasion de rencontres et d’échanges significatifs. Mission accomplie! Et je dirais même, mission doublement accomplie », a lancé le président de la SNA, René Légère, lors des cérémonies de clôture de l’événement à la Cité des congrès de Nantes.

Lors de l’événement, le Secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie, Abdou Diouf en a profité pour annoncer sa présence au prochain Congrès mondial acadien en 2014 en plus de partager son admiration pour le peuple acadien. 

« (…) je suis tout aussi heureux de retrouver, à Nantes, l’âme de l’Acadie qui a su conjuguer, au passé et au présent, le droit à la différence dans la tolérance, qui a toujours fait rimer résistance et persévérance, identité et universalité, dynamisme et modernisme », a souligné Abdou Diouf.

Par la suite, les dirigeants de la SNA et du Congrès mondial acadien 2014 ont profité de leur passage en France pour se rendre à Paris afin d’y tenir de nombreuses rencontres de travail de haut niveau au ministère des Affaires étrangères.

« Nous avons tenu à Paris pas moins d’une dizaine de rencontres avec des personnes clés au sein du ministère des Affaires étrangères de la France. Notre but était de redonner un nouveau souffle et une nouvelle orientation aux relations entre l’Acadie et la France », a expliqué le président de la SNA.

« Dans ses débuts, l’Acadie était presque uniquement un récepteur de l’aide de la France; maintenant, nous sommes davantage en mesure d’assurer la réciprocité dans nos relations. À Nantes comme à  Paris, l’ensemble des discussions a porté sur l’implantation de mécanismes de partage d’expertise, sur le développement de liens économiques, sur la mobilité des jeunes, sur le développement d’ententes entre institutions postsecondaires et sur la mobilité de nos artistes. Notre plus grand souhait est donc de développer et d’officialiser au cours des prochains mois une nouvelle Entente France-Acadie sur la base de la réciprocité », a affirmé René Légère. 

Les discussions de cette mission ont été aussi profitables pour les représentants du Congrès mondial acadien 2014, qui en ont profité pour discuter de la participation de la France au CMA 2014 par l’entremise d’une journée thématique dédiée à la France et par un pavillon de la France au sein de l’Expo-Monde qui sera installée à Edmundston, au Nouveau-Brunswick.

La SNA assurera désormais un suivi en collaboration avec les nombreux intervenants ayant identifié des partenariats possibles lors de cette mission afin de meubler une nouvelle entente entre la France et l’Acadie.

Les Rencontres France-Acadie ont été organisées grâce à une collaboration entre la Société Nationale de l’Acadie, le Congrès mondial acadien 2014, la ville de Nantes et la Cité des congrès de Nantes, avec la participation financière de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique et des gouvernements du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse. Il s’agissait du premier événement officiel pré-Congrès mondial acadien 2014.

La prochaine édition des Rencontres France-Acadie aura lieu lors du Congrès mondial acadien 2014.

POINTE-de-l’ÉGLISE  –  La grande famille du campus de la Pointe-de-l’Église a célébré avec éclat les accomplissements de ses étudiants lors du traditionnel Gala des mérites, le samedi 6 avril dernier. 

L’événement, qui a attiré environ 225 personnes, s’est déroulé à la cafétéria du campus.

 Les animateurs de la soirée, Andrée-Anne Côté et Pierre Nobert, tous deux membres du Service de la vie étudiante, s’étaient une fois de plus assurés de la précieuse collaboration du président sortant de l’AGEUSA, Maxime Audet, et de l’agent de communications Sébastien Dol. 

Les quatre complices y sont allés de plusieurs chansons tout au long de la soirée. Pendant le souper, on a également eu droit à un diaporama relatant plusieurs beaux moments de l’année 2012-2013. Toutefois, le clou de la soirée a été sans contredit la demande en mariage surprise d’Alain Poirier, membre sortant de l’AGEUSA, à sa douce moitié Cindy Lagacé. Bref, une soirée haute en émotions, qui a laissé à tous et toutes un baume de fraîcheur à l’approche des examens de fin d’année...

Palmarès du recteur : Étudiants qui ont conservé une moyenne de 3,8 ou plus au cours de chacun des deux trimestres précédents excluant le trimestre d’avril à août. 

Kathryn MacEachen, Karmanda Murphy, Sarah Charlebois, Natalie Thimot, Mylène Comeau, Diane d’Entremont, Nikie Despres, Martine Jacquard, Lianne Saulnier, Katherine MacQueen, Sarah Jane Maynard, Maxime Audet, Christopher McDaniel, Colton LeBlanc, Arielle Comeau, Mame Diouf, Colin Bonnar, Alicia Blanchard, Natalia Ensor, Anika Rahman et Michel Maillet, Hilary MacLeod, Véronique Arseneau et Alexandra Vienneau

 

Bourses de l’AGEUSA : Ashley Pearce et Marie Grenouilleau

Résidence gagnante des intra-muros : Beauséjour

 

Joueur s’étant le plus amélioré/ Joueuse s’étant la plus améliorée :

Cross-country : Alyssa Comeau

Golf : Owen Rogers

Badminton : Brenda Peters

Hockey féminin : Jessica Wilson

Volley-ball masculin : Patrick Delisle

Volley-ball féminin : Nicole Saulnier

 

Joueur le plus utile/ Joueuse la plus utile :

Cross-country : Angelina Gorrill

Golf : Marc Lombard

Badminton : Paul MacNeil

Hockey féminin : Michelle Potter

Volley-ball masculin : Tanner Sullivan

Volley-ball féminin : Danielle Walsh

 

Résidence de l’année  :

Beauséjour 

 

Excellence AASC :

Danielle Walsh : membre de la 2e équipe d’étoiles de l’AASC en volley-ball féminin       

Tanner Sullivan : membre de l’équipe d’étoiles de l’AASC en volley-ball masculin

 

Contribution exceptionnelle :

Breagh MacInnis et Chris McDaniel : vie étudiante du campus

 

Reconnaissance spéciale :

Compétition Défi vert Walmart : 3e position au niveau canadien et prix de 10 000 $ : 

Kym Parent, BAA, et Camille Stewart-Burgoyne, DSS

 

Concours Plan d’affaires :

1re position : Aicha Gueye    (prix de 1 000 $)

2e position : Mame Diouf et Kym Parent (prix de 600 $)

3e position : Laure Ines Abayou, Axelle Aiman, Fatima Ouedraogo, Seydi Ababacar Ndiaye et Jules César Katagurutse

 

Recrue féminine de l’année : Danielle Walsh – volley-ball féminin

Recrue masculine de l’année : Patrick Delisle – volley-ball masculin et badminton 

Personnalité socioculturelle de l’année : Reid Barrington

Athlète féminine de l’année : Danielle Walsh – volley-ball féminin 

Athlète masculin de l’année : Tanner Sullivan – volley-ball masculin

TRURO – Lors de leur rencontre ordinaire la fin de semaine du 13 avril à l’École acadienne de Truro, les membres du Conseil scolaire acadien provincial (CSAP) ont suivi une séance sur la gouvernance, ont reçu un prix de l’ACELF et ont approuvé des projets d’infrastructure pour trois écoles.

Yvon Samson, ancien président du CSAP, a présenté une séance de réflexion sur les principes de gouvernance, les règles de procédures parlementaires et les procédures réglementaires du CSAP. Le Conseil scolaire utilise ces règles de jeu depuis 1997, à la suite de sa création. Elles sont adaptées à sa réalité provinciale. 

Selon lui, l’ensemble des membres est l’autorité qui parle et agit au nom du CSAP au bénéfice de ses clients, les enfants qui lui sont confiés. « Vous décidez en fonction de la vision, de la mission et des valeurs du Conseil. Vous êtes élus par les électeurs tous les quatre ans et vous devez rendre des comptes. »

Les membres du Conseil ont également reçu la bannière de l’Association canadienne d’éducation de langue française (ACELF) qui a décerné la mention régionale de l’Atlantique du concours Actifs et fiers pour son projet Forum des conseils étudiants. La bannière d’or et une plaque ont été remises au président du CSAP, Kenneth Gaudet, au directeur général, Darrell Samson, et à la coordonnatrice du Forum, Juliana Barnard, par François Rouleau, représentant de l’ACELF.

Les membres ont également révisé les projets d’infrastructure pour l’année en cours. Les recommandations du Conseil au ministère de l’Éducation en ordre prioritaire pour 2014-15 sont : une nouvelle école à Wedgeport, l’ajout de six classes à l’École acadienne de Truro et des rénovations à l’École des Beaux-Marais. 

DARTMOUTH – Cent treize personnes ont participé à la soirée de reconnaissance des bénévoles, le samedi 11 mai à l’hôtel Park Place Ramada Plaza. Durant la soirée, vingt et une personnes ont été reconnues pour leur contribution bénévole par leur organisme respectif, en plus de la grande bénévole de l’année, Gail Boyle. 

Mme Boyle est membre de l’ensemble vocal Les Voix d’Acadie, qui célèbre cette année son 40e anniversaire. Gail Boyle est impliquée dans les divers projets des Voix d’Acadie. On peut dire qu’elle a une voix et un cœur d’ange. Elle travaille (ou a travaillé) bénévolement pour presque tous les organismes communautaires et culturels de la municipalité régionale de Halifax : People First Committee, Tall Ships, Independent Living Center, Festival du film de l’Atlantique, International Air Show, Nova Scotia International Tatoo Choir, Festival multiculturel, Grou Tyme, Epilepsy Association, Walk for the Cure, Word on the Street, Busker Festival, Société du cancer, Fondation Rêves d’enfants, Parade of Lights, Nako Brier, World Theatre Congress, Bluenose Marathon, Marche de l’Association pulmonaire, Marche pour le diabète, Festival du film ViewFinders et East Coast Music Awards. La communauté francophone peut se faire servir en français lors de presque toutes les activités de la ville de Halifax grâce à Gail Boyle. Mme Boyle est la première personne à recevoir le Prix Gaston-Chagnon, remis au grand bénévole de l’année. 

En plus de Gail Boyle, vingt et une personnes ont été remerciées pour leur engagement envers leur organisme et la communauté francophone de Halifax, soit :

Conseil communautaire du Grand-Havre : Jean-Jacques Defert

Ensemble vocal Les Voix d’Acadie : Francine Roussel-Fowler

Mission Sainte-Famille : Lise Steel et Brigitte Gobeil

École du Carrefour : Robin Côté

École Beaubassin : Marie-Josée Doucet

Foyer-école Beaubassin : Sylvie Cormier

CEC de l’École Beaubassin : Sophie Beaulé

Alliance française : Diane Kenny

CEC de l’École Bois-Joli : Paule Poulin

Foyer-école Bois-Joli : Donald Monty

École Bois-Joli : Philippe Caron 

Société de la garderie Le Petit Voilier : Dominique Gallant

Radio Halifax Métro CKRH-FM : Pierre Dupuy

École secondaire du Sommet : Jennifer Wyatt

CEC de l’École secondaire du Sommet : Sylvie Brassard

Association Troupe Explozone : Jacinthe Cormier

Centre d’immigration francophone de Halifax : Amel Ladjouzi

École des Beaux-Marais : Leanne Hines 

Réseau-Santé–Nouvelle-Écosse, région centrale : Jacqueline Kenny

Chambre de commerce francophone de Halifax : Alexia Jonniaux

Sans le travail des bénévoles, il serait impossible d’assurer le développement communautaire francophone dans la municipalité régionale de Halifax. Le Conseil communautaire du Grand-Havre (CCGH) ne pourrait pas organiser les activités culturelles et communautaires ni le Festival des cultures francophones sans l’aide des nombreux bénévoles. Il en est de même pour les vingtaines d’organismes francophones de la région.  

La soirée hommages aux bénévoles a été animée par Stéphane Côté, animateur de l’émission de Radio-Canada, Le Réveil. Vickie Desforges, du CCGH, a coanimé la soirée avec M. Côté.

TUSKET – « Vous êtes de jeunes gens qui se soucient de vos collègues élèves, qui êtes intéressés dans le monde qui vous entoure et qui trouvez des façons de participer pleinement dans le mieux-être de la société. Vous travaillez non seulement pour atteindre votre place en tant que futurs leaders dans votre profession et dans votre communauté, vous assurez présentement votre place comme bon ami, élève et fils ou fille. »

C’est ainsi que le lieutenant-gouverneur de la Nouvelle-Écosse, son honneur J.J. Grant, s’est adressé aux 18 élèves des écoles secondaires du Conseil scolaire acadien provincial (CSAP) en leur présentant sa médaille. Ces élèves ont reçu leur médaille lors des cérémonies à l’École secondaire de Par-en-Bas à Tusket le lundi 13 mai.

Brent Surette, directeur de l’école, a accueilli les élèves en 11e année de toutes les écoles du CSAP dans la salle Père-Maurice-LeBlanc. Darrell Samson, directeur général du CSAP, a présenté chacun des élèves méritants devant une petite fanfare communautaire réunie pour l’occasion. Deux élèves, Corey Wilson et Emily Adams ont interprété deux chansons de la pièce Voix de la mer.

Kenneth Gaudet, président du CSAP, a souligné qu’un de ses plus grands plaisirs à titre de président du CSAP est de célébrer les réussites des élèves. « En tant que conseil scolaire, notre responsabilité est de fournir les outils et l’environnement d’apprentissage qui permettent aux élèves de réussir et d’exceller. Chers récipiendaires d’une médaille, vos nombreuses activités et bons gestes dans votre école et votre communauté sont bien connus. Cette formation de base vous servira bien comme chefs futurs dans notre province, dans notre pays et sur la scène mondiale. Vous êtes l’exemple des réussites de tous les partenaires en éducation. »

Jacqueline LeVert, directrice administrative de la Direction des services acadiens et de la langue française au ministère de l’Éducation, a représenté la ministre Ramona Jennex pour l’occasion. Selon elle, la Médaille a été créée en 1961 par le 22e lieutenant gouverneur, le major général E.C. Power et la pratique d’avoir une cérémonie de présentation a été lancée par le lieutenant gouverneur Victor de B. Oland en 1972. La Médaille peut être présentée à deux élèves, un garçon et une fille, en 11e année de chaque école secondaire qui ont maintenu une note académique digne d’éloges et qui ont contribué dans un rôle de leadership ou de participation dans la vie de l’école et de la communauté. 

« Votre honneur, cela a été notre privilège de vous assister à promouvoir la présentation de votre médaille à ces élèves méritants. Je sais que votre présence ici et le plaisir de partager cette expérience avec les récipiendaires et les membres de leurs familles auront un impact positif sur ces jeunes gens, nos chefs d’aujourd’hui et de demain. » Elle a félicité les récipiendaires. 

Les récipiendaires de la Médaille pour 2013 dans les écoles du CSAP sont : 

 

CENTRE SCOLAIRE DE LA RIVE-SUD 

Rebekah Deon Strang a toujours maintenu une moyenne d’au-delà de 92 % tout en s’impliquant dans sa communauté et la vie scolaire. Elle est très dévouée dans la vie étudiante en participant comme présidente du Conseil étudiant et trésorière du Conseil jeunesse étudiant. Elle a reçu de nombreux prix comme le Certificat de réussite dans le concours Polar Expressions Publishing National Student Poetry et gagnante du concours d’Art oratoire et d’Expo-Sciences pour l’école dans sa catégorie.

Rebekah a réussi à obtenir son cours de Sauveteur national dans la natation tout en participant dans d’autres activités communautaires telles qu’être une pompière junior pour son village. Elle est un modèle pour tous nos étudiants et elle est perçue comme étant un leader à l’école. Elle démontre toujours une fierté pour la langue et la culture francophones.

 

CENTRE SCOLAIRE ÉTOILE DE L’ACADIE 

Luc Jonathan LeFort : Fier de sa culture, consciencieux, vaillant, musicien et artiste. Ce sont quelques mots qu’ont choisis ses enseignants pour décrire Luc Jonathan LeFort. Sa détermination et son sens de responsabilité ont fait en sorte qu’il puisse maintenir une moyenne supérieure à 85 % à travers sa scolarité.

Il est toujours prêt à rendre service en tant que bénévole au sein de son école et de sa communauté. Que ce soit en tant que membre du conseil étudiant, représentant du Conseil jeunesse provincial, ou en siégeant sur le conseil communautaire, il assume son rôle avec fierté et dévouement. De plus, sa participation aux activités telles que Frogstock, Prends ta place, le Forum des conseils étudiants du CSAP  et les Jeux de la francophonie lui ont permis de s’épanouir sur plusieurs plans.

 

ÉCOLE ACADIENNE DE POMQUET

Carl Aaron Jimmy Miller a démontré un excellent rendement académique avec une moyenne de 90 % tout en s’impliquant dans sa communauté et la vie scolaire. Il est très dévoué dans la vie étudiante en participant au comité de technologie de l’école et en aidant divers comités scolaires. En technologie, il est souvent la personne que les enseignants vont chercher pour de l’appui et il est toujours très patient et efficace. Carl a également reçu des prix au Concours d’Art oratoire et à l’Expo-sciences. Ce dernier lui a mérité une bourse de 2 000 $ de Saint Francis Xavier University. 

Carl est également un athlète. Il a participé à l’équipe de volleyball Storm d’Antigonish et l’équipe de softball masculin de l’école. Il démontre ses excellentes qualités de leadership lorsqu’il enseigne des cours d’éducation physique et de natation. Il a également participé aux Jeux de l’Acadie comme athlète et comme entraîneur au badminton. Il participe présentement à accomplir les tâches requises pour le niveau argent dans le programme du Duc d’Édimbourg. 

Hannah Marie Pettipas a démontré un excellent rendement académique avec une moyenne de 95 % tout en s’impliquant dans sa communauté et à la vie scolaire. Elle est très active dans la vie étudiante en participant comme présidente du Conseil jeunesse de l’école, membre du conseil d’administration du Conseil jeunesse provincial et aussi membre du comité du Bal des finissants depuis plusieurs années. De plus, ses excellentes habiletés comme athlète lui permettent de démontrer du bon leadership et un bon esprit sportif à l’école et dans sa communauté. 

Elle a été bénévole aux Jeux olympiques spéciaux ainsi qu’entraîneuse de l’équipe de volleyball 1er cycle du secondaire. Elle est également une joueuse très appréciée sur l’équipe de volleyball Storm d’Antigonish et sur l’équipe de volleyball sénior de l’école. Elle a participé dans plusieurs équipes aux Jeux de l’Acadie régionaux puis elle a représenté l’école sur l’équipe d’athlétisme aux Jeux de la francophonie canadienne. 

Hannah a reçu de nombreux prix comme l’Athlète de l’année à l’école en 9e année et le Prix du directeur en 9e et 10e années. 

 

ÉCOLE ACADIENNE DE TRURO

Jean-Luc Bastarache a atteint des résultats supérieurs dans ses cours cette année, tout en démontrant un engagement fort dans les activités parascolaires et dans la communauté. Il a joué un rôle de leader sur les équipes de l’école en course cross-country, athlétisme et badminton, se méritant la 2e place aux provinciaux dans ce dernier. Il s’implique également dans le groupe de jeunesse de son église et dans d’autres sports non scolaires. 

En plus de ses accomplissements concrets, ce sont les efforts non reconnus de Jean-Luc qui font qu’il mérite vraiment la Médaille du lieutenant-gouverneur. Que ce soit en offrant librement son aide aux gens ou en étant constamment un bon modèle de travail fort, de maturité et de sens de l’humour, il est sans doute un jeune homme exceptionnel et un atout à sa communauté.

 

 

ÉCOLE BEAU-PORT 

Alex MacLean, athlète par excellence, a fait une énorme contribution aux équipes de soccer, basketball, volleyball, mini-handball, athlétisme et badminton. Il a servi comme capitaine de quatre de ces équipes sportives. Il a été nommé Athlète de l’année en 10e et 11e années. Il a remporté deux médailles d’or et une médaille d’argent aux Jeux de la francophonie canadienne. Il a aussi servi comme entraîneur des plus jeunes au basketball et en athlétisme. En plus de son implication dans les sports, sa moyenne académique a toujours été au-delà de 94 %. Il a reçu la plus haute moyenne en mathématiques et en anglais en 10e année. 

Dans la communauté, Alex a été actif avec des prélèvements de fonds pour certaines causes tel que : Angel Hair : wigs for cancer patients, le Relais pour la Vie, et le Centre de soins Sainte-Anne. Il a participé au Conseil jeunesse provincial, la foire du patrimoine provinciale, la foire science et Prends ta Place, et il a remporté le prix Dragon’s Den pour sa propre entreprise.

Lauren Boudreau représente l’École Beau-Port où elle est très impliquée dans une longue liste d’activités parascolaires. Elle fait partie de la troupe de danse, l’équipe de débat, le comité du Centre de santé jeunesse, le comité social, le Conseil étudiant ainsi que de nombreux comités au service des élèves. Elle a participé activement dans les sports de soccer, basketball, balle-molle, badminton et athlétisme. 

À l’extérieur de l’école, Lauren œuvre auprès des Guides du Canada. Elle a participé au festival de musique Kiwanis. Elle était secrétaire de la Maison des jeunes. Elle est musicienne et chanteuse qui offre ses talents aux prélèvements de fonds et au plaisir de ses auditoires. Lauren est active dans son église où elle est lectrice, soliste et organiste. 

Avec tout cela, Lauren a présentement une moyenne de 96 %. L’École Beau-Port reconnaît ses talents avec fierté. 

 

ÉCOLE DU CARREFOUR

Nicholas Doiron est un élève qui a été très impliqué dans la vie de l’École du Carrefour depuis plusieurs années. Il a fait partie de l’Harmonie du Carrefour et il a joint plusieurs équipes sportives de même que le club de débats de l’école. Plus récemment, il a joint le comité des Enfants de la Mer, comité au niveau de l’école qui amasse des fonds pour des enfants défavorisés en Algérie. Nicholas fait aussi partie du Conseil jeunesse étudiant de l’école et il a été représentant de la Nouvelle-Écosse au Parlement jeunesse acadien à la Législature de la Nouvelle-Écosse en janvier. 

Ses résultats scolaires sont des plus impressionnants : il a maintenu une moyenne académique de 97 %. Dans la communauté, il fait du bénévolat avec l’organisation des Scouts Canada et il a obtenu les médailles de bronze et d’argent du Duc d’Édimbourg grâce à tout son bénévolat en général. Nicholas a l’intention de continuer à donner de son temps à sa communauté et de devenir médaillé d’or du Duc d’Édimbourg. 

Coralie Robert est une élève qui a été très impliquée dans la vie de l’École du Carrefour depuis plusieurs années. Elle a été animatrice lors de soirées musicales et elle a fait partie des finales du concours d’Art oratoire pendant deux années de suite. Elle a aussi aidé à organiser une activité de collecte de nourriture au niveau de l’école pour Feed Nova Scotia. Coralie est aussi très impliquée dans les activités sportives de l’école et elle a été choisie par ses co-équipières pour être capitaine de son équipe de ballon-volant.

 

Coralie a aussi démontré beaucoup de leadership au niveau de la communauté. Elle a fait du bénévolat pour The Foundation of Foster Families de la Nouvelle-Écosse. Elle s’est qualifiée cette année pour le titre de Miss Teen Charity 2013. Ce titre est accordé chaque année à seulement 12 jeunes femmes du Canada qui font preuve de leadership et qui font beaucoup de bénévolat. Coralie a l’intention de continuer de s’impliquer de façon active dans sa communauté dans le futur. 

 

ÉCOLE NDA

Louis Alexandre Cormier est un élève qui se démarque académiquement et qui participe bien dans la vie étudiante de l’école. Louis a toujours maintenu une moyenne d’au-delà de 90 %. Il est un excellent élève et est respectueux envers ses pairs et le personnel enseignant.

Louis participe dans la vie étudiante de l’école et démontre des qualités de leadership en assumant le rôle de trésorier du Conseil des étudiants. Son intérêt dans les finances se manifeste dans ses activités communautaires, car il occupe un siège au bureau de direction de la Caisse populaire acadienne de Chéticamp. Il maintient un bon équilibre entre ses études et sa participation dans les activités parascolaires en étant membre de plusieurs équipes sportives de l’école, notamment les équipes de soccer, de badminton et de volleyball. Il s’est aussi porté volontaire pour aider avec l’équipe d’athlétisme.

Christiane Dawn LeFort est une élève qui non seulement réussit très bien au niveau académique, mais qui est également très dévouée aux activités parascolaires. Elle a toujours maintenu une moyenne aux environs de 90 % dans ses études. En plus d’être une excellente élève, elle est toujours respectueuse envers ses pairs et envers le personnel enseignant.

Christiane s’est engagée dans la vie étudiante de l’école en étant membre du Conseil des étudiants, membre du comité de l’album souvenir et membre du comité du Festival du printemps. Elle a excellé comme membre des équipes sportives de soccer, de badminton, de course et de volleyball. Au volleyball, elle a fait partie de l’équipe provinciale et a eu l’occasion de participer à des tournois et de gagner un match de championnat. En plus de perfectionner son sport, elle partage ses habiletés avec les plus jeunes athlètes en étant entraîneuse de l’équipe de volleyball masculin junior de l’École NDA et aussi accompagnatrice aux Jeux de l’Acadie. 

 

ÉCOLE ROSE-DES-VENTS

Eric Hotton, fort dans toutes les matières, a toujours obtenu d’excellents résultats scolaires. Cette année, il a réussi à maintenir une moyenne supérieure à 94 %. Son don de la parole lui a valu beaucoup de succès au concours d’Art oratoire au fil des années, s’étant qualifié pour la finale provinciale à quatre reprises. Non seulement se démarque-t-il sur le plan des études, mais il est un très bon athlète. Il joue au badminton et au hockey depuis plusieurs années, et quand l’école a une équipe de volleyball, il en fait partie.

Ayant participé aux Jeux de l’Acadie comme athlète plusieurs fois, c’est en tant que jeune animateur qu’il a apporté sa contribution en 2013. De plus, pour ce qui est du bénévolat, il siège au comité d’école consultatif.

 

ÉCOLE SECONDAIRE DE CLARE

Renée Lombard, étudiante exemplaire, est très curieuse, débrouillarde, consciencieuse et motivée envers tout ce qu’elle entreprend. Elle s’implique dans plusieurs activités parascolaires et diverses activités communautaires. Elle a participé aux Jeux de l’Acadie, en soccer et en athlétisme. Elle a aidé avec l’organisation du soccer féminin de son l’école et elle se porte bénévole auprès de la municipalité pour les sports d’été. Au sein de l’école, Renée est responsable de l’annuaire et cette année elle est vice-présidente du Conseil des étudiants. Cependant, ce qui distingue Renée est son dévouement envers un camp de jeunes nommé Johnston Christian Park.  

Dès sa tendre enfance, elle fut sélectionnée pour ses aptitudes de leader et elle y retourne chaque été en tant qu’animatrice. L’école tient à féliciter Renée, car en plus de toutes ses implications, elle sait maintenir une moyenne scolaire au-dessus de la moyenne générale.  

Nicholas Stephen Comeau est un jeune garçon discipliné, studieux et très dynamique. Il réussit à maintenir une moyenne digne de mention avec un esprit communautaire qui le démarque de ses camarades de classe. Il semble vouloir devenir un leader dans notre communauté car, depuis quelques années, il s’implique beaucoup au sein d’un organisme nommé, le Tri-County Women’s Center. 

Avec le programme de Youth Truth Matters, Nicholas est devenu un leader et un animateur de quelques programmes : Youth Take the Lead et la conférence Youth Truth Matters pour toutes les 9e années du sud-ouest de la province. En plus, Nicholas est un sportif. Il joue sur les équipes de l’école au badminton et au volleyball. 

 

ÉCOLE SECONDAIRE DE PAR-EN-BAS

Brandon Doucette, même avec une moyenne de 97 %, est toujours actif dans son école ainsi que dans sa communauté. Comme bénévole, il est entraîneur de volleyball pour les Jeux de l’Acadie ainsi que pour l’équipe junior des garçons à son école. Il a aussi aidé avec la Maison hantée au Palais de justice à Tusket. Il était bénévole aux Tournoi et Festival du thon de Wedgeport. Il a été membre du Conseil jeunesse provincial ainsi que membre du Conseil étudiant depuis la 7e année. Comme athlète, Brandon a été membre de l’équipe de natation des Whitecaps de Yarmouth, des équipes de volleyball de l’école, des Jeux de l’Acadie et des Jeux de la francophonie. De plus, il joue au soccer, badminton, balle-molle et hockey. Brandon a gagné à plusieurs reprises dans l’Expo-sciences et cette année (pour une deuxième fois), il s’est rendu à la compétition nationale. 

Brandon prépare le niveau 7 au piano. Depuis la 7e année, il mérite des prix d’honneur de l’École secondaire de Par-en-Bas. Si ceci n’occupe pas assez son temps, il travaille aussi chez A.L. LeBlanc. 

Rachel Alicia Surette est une fille avec plusieurs talents. Elle est reconnue pour avoir une belle voix et chante à plusieurs événements. Elle a fait partie de Star Acadie, Tune-a-Fest, SARMU et Up & Coming ainsi que de plusieurs compétitions musicales. Rachel participe et se porte aussi bénévole aux sports. 

Elle a joué au tennis aux Jeux de l’Acadie et était membre de l’équipe d’athlétisme de l’École secondaire de Par-en-Bas. Elle a été bénévole à la Finale des Jeux de l’Acadie dans la région d’Argyle, au foyer Le Pont du Marais ainsi que dans le nettoyage des ordures. Elle a aussi été membre du conseil étudiant. 

 

ÉCOLE SECONDAIRE DU SOMMET 

Jérémie Deveaux est un élève modèle qui travaille fort afin de bien réussir. Il maintient une très bonne moyenne scolaire, sachant bien gérer l’équilibre dans ses études, son travail, ses sports et sa vie personnelle. Il pratique le soccer et le hockey, ayant développé un bon sens d’organisation et d’indépendance, ce qui l’a aidé à être un élève dédié, motivé et équilibré. 

Sa participation aux sports et comités variés lui ont aussi donné un sens de responsabilité et lui ont démontré l’importance d’aider les autres et de se développer personnellement. Son dévouement lui a permis de recevoir plusieurs reconnaissances, dont joueur le plus utile et meilleur esprit sportif. Il possède une attitude positive et il encourage les autres tout en les félicitant une fois qu’ils réussissent. 

Megan Murphy est une jeune femme qui offre toujours son appui aux autres à l’école. Son implication est retrouvée dans le domaine des sports (capitaine de basketball et volleyball), auprès des guides, le tutorat, l’album souvenir (photographe) de l’école entre autres. Megan recherche toujours à démontrer son plein potentiel peu importent les attentes. Elle a aussi participé au voyage scolaire en Europe l’an dernier ainsi qu’au voyage à New York qui aura lieu en mai 2013.

Dans la communauté, depuis la maternelle, Megan est membre des Guides du Canada. Excellent leader, elle porte le titre de Junior Leader. De plus, elle joue au basketball avec une équipe de la région de Halifax. Elle maintient sa certification d’entraîneuse pour continuer à entraîner. Elle a aussi aidé à amasser des fonds pour l’organisme Beacon House. Megan démontre non seulement sa passion pour l’entraide, mais aussi pour les animaux. Megan réussit à très bien gérer son temps entre ses nombreuses activités scolaires, parascolaires et dans la communauté. Elle réussit à garder une excellente moyenne académique tout en travaillant à temps partiel.

HALIFAX – Onze membres de la communauté acadienne et francophone ont été reçus dans l’Ordre de la Pléiade lors d’une cérémonie qui a eu lieu à Province House le 22 mai dernier.

L’Ordre de la Pléiade est une distinction internationale accordée par l’Assemblée parlementaire de la Francophonie. La section néo-écossaise de l’Assemblée parlementaire de la francophonie, qui est gérée par le Bureau du président de l’Assemblée législative et qui inclut tous les membres élus, a présenté des mises en candidature au Bureau de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie en février.

« Les récipiendaires de l’Ordre de la Pléiade ont fait preuve d’un dévouement et d’un engagement remarquables envers la préservation de la langue française et de la culture et du patrimoine acadiens à l’échelle de la province », a dit le député Mat Whynott, au nom du ministre des Affaires acadiennes, David Wilson.

« Je félicite les récipiendaires cette année pour leurs contributions exceptionnelles à la croissance et à l’influence de la communauté acadienne et francophone, et je leur souhaite un grand succès alors qu’ils poursuivent leurs activités au sein d’une Acadie prospère en Nouvelle-Écosse. »

Onze Néo-Écossais ont été reconnus pour leurs contributions à la communauté acadienne et francophone dans les domaines suivants : éducation, affaires, artisanat, promotion du patrimoine, développement communautaire, droits des femmes, politiques municipales, écriture, radio communautaire et préservation de la langue française et de la culture francophone. Les récipiendaires ont reçu le grade de Chevalier, l’un des cinq grades de l’Ordre de la Pléiade. Le grade de Chevalier est décerné aux personnalités du monde politique, social, scientifique ou littéraire pour les services rendus à la Francophonie, et qui se sont particulièrement distingués en servant les idéaux de la Francophonie.

« Les contributions remarquables de ces personnes à la langue et à la culture de notre communauté acadienne et francophone méritent d’être reconnues », a dit Michel Samson, président de la section néo-écossaise.

L’Assemblée parlementaire de la Francophonie réunit des sections de quatre grandes régions : l’Afrique, l’Amérique, l’Asie-Pacifique et l’Europe. Son mandat est de promouvoir la démocratie, l’état de droit, le respect des droits de la personne et le rayonnement international de la langue française et de la diversité culturelle.

DARTMOUTH – Le Réseau Santé – Nouvelle-Écosse a tenu son Forum Santé provincial, les 23 et 24 mai, à Dartmouth. Près de 80 personnes, provenant des 5 grands partenaires du Réseau Santé, ont assisté à ce Forum afin d’échanger leurs idées sur le thème La santé mentale au cœur de nos vies. 

Le président de la Société Santé en français (SSF), Dr Aurel Schofield, présent à cet événement, s’est adressé aux participants lors de l’ouverture du Forum Santé et a expliqué le document Destination 2018 ainsi que les orientations en santé mentale en français suivies par la SSF. D’excellents présentateurs se sont succédé et ont permis aux participants de découvrir des ressources et des formations existantes en français en Nouvelle-Écosse dans le domaine de la santé mentale et de discuter également des besoins des Acadiens et francophones en matière de santé mentale dans notre province. 

Le Réseau Santé en a également profité pour célébrer ses 10 ans d’existence en écoutant notamment des témoignages des anciennes directions générales et présidences présentes pour l’occasion.

Jacqueline Kenny, présidente du Réseau Santé – Nouvelle-Écosse, a reçu des remerciements pour ses quatre années de dévouement, pour son temps et son énergie dédiés à ce poste et à promouvoir et améliorer l’accessibilité des services de santé et du mieux-être de qualité en français. Paul d’Entremont a été élu nouveau président du Réseau Santé – Nouvelle-Écosse.

DARTMOUTH – Le Réseau Santé – Nouvelle-Écosse a tenu son Forum Santé provincial, les 23 et 24 mai, à Dartmouth. Près de 80 personnes, provenant des 5 grands partenaires du Réseau Santé, ont assisté à ce Forum afin d’échanger leurs idées sur le thème La santé mentale au cœur de nos vies. 

Le président de la Société Santé en français (SSF), Dr Aurel Schofield, présent à cet événement, s’est adressé aux participants lors de l’ouverture du Forum Santé et a expliqué le document Destination 2018 ainsi que les orientations en santé mentale en français suivies par la SSF. D’excellents présentateurs se sont succédé et ont permis aux participants de découvrir des ressources et des formations existantes en français en Nouvelle-Écosse dans le domaine de la santé mentale et de discuter également des besoins des Acadiens et francophones en matière de santé mentale dans notre province. 

Le Réseau Santé en a également profité pour célébrer ses 10 ans d’existence en écoutant notamment des témoignages des anciennes directions générales et présidences présentes pour l’occasion.

Jacqueline Kenny, présidente du Réseau Santé – Nouvelle-Écosse, a reçu des remerciements pour ses quatre années de dévouement, pour son temps et son énergie dédiés à ce poste et à promouvoir et améliorer l’accessibilité des services de santé et du mieux-être de qualité en français. Paul d’Entremont a été élu nouveau président du Réseau Santé – Nouvelle-Écosse.

DARTMOUTH – Les dons provenant de la vente de plus de 600 plaques d’immatriculation avec le drapeau acadien retournent dans les collectivités acadiennes et francophones d’où ils proviennent.

Le Fonds communautaire Vive l’Acadie, qui appuie des projets culturels de la communauté acadienne et francophone, a recueilli plus de 30 000 $ pendant sa première année. Les associations communautaires utilisent les fonds qui leur reviennent pour soutenir des activités culturelles, telles que des ateliers sur les arts, des concerts, des représentations théâtrales, des festivals et la conservation du patrimoine.

« Le Fonds communautaire Vive l’Acadie est constitué des dons faits par les Acadiens et les francophones de toutes les régions de la province, a déclaré le ministre des Affaires acadiennes, David Wilson. Le programme de la plaque d’immatriculation a connu beaucoup de succès l’an dernier. Je suis fier que les fonds recueillis permettent d’aider nos dynamiques collectivités acadiennes et francophones à devenir encore plus fortes. »

Les fonds seront répartis entre les associations régionales membres de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse qui ont le mandat de promouvoir et de préserver la culture et le patrimoine acadiens et francophones.

« La plaque d’immatriculation, offerte dans les deux langues officielles du Canada et qui affiche le drapeau acadien, témoigne de l’appui du gouvernement provincial pour la culture acadienne et francophone en Nouvelle-Écosse, a déclaré Claude Renaud, président du Conseil communautaire du Grand-Havre. Les Néo-Écossais peuvent appuyer la communauté acadienne en faisant un don de 50 $ pour obtenir la plaque avec le drapeau acadien. Cette somme est investie directement dans des activités qui contribuent à renforcer l’identité de la communauté acadienne. »

 Voici la liste des dix associations qui utiliseront les fonds pour des activités visant à contribuer à la vie sociale, économique, éducative et spirituelle de leurs collectivités respectives.

–     L’Association francophone de la Vallée : 1 650 $ pour une production théâtrale.

–     L’Association du Centre communautaire de la Rive-Sud : 1 100 $ pour les célébrations de la Fête nationale des Acadiens (15 août).

–     Le Centre communautaire Étoile de l’Acadie (Sydney) : 1 350 $ pour une conférence sur la contribution des femmes acadiennes à la communauté et un atelier de musique.

–     Le Centre communautaire francophone de Truro : 1 500 $ pour la cérémonie d’ouverture officielle du Centre et une production théâtrale.

–     Le Conseil acadien de Par-en-Bas : 3 850 $ pour le Festival du Bon temps.

–     Le Conseil communautaire du Grand-Havre (MRH) : 11 650 $ pour plusieurs événements, y compris une activité de reconnaissance des bénévoles, les célébrations de la Saint-Jean-Baptiste et de la Fête nationale des Acadiens ainsi que le Festival des cultures francophones.

–    La Picasse, Centre communautaire culturel (Petit-de-Grat) : 1 700 $ pour plusieurs activités, y compris une soirée de reconnaissance des bénévoles, une journée pour commémorer le 300e anniversaire de la fondation de Louisbourg et un concert.

–     La Société Saint-Pierre (Chéticamp) : 2 000 $ pour une activité qui souligne la culture acadienne dans l’histoire de Louisbourg.

–     La Société acadienne de Clare : 4 700 $ pour une campagne de sensibilisation aux services en français et une activité de célébration du talent musical dans la région.

–     La Société acadienne Sainte-Croix (Pomquet) : 550 $ pour la numérisation de photos qui illustrent l’histoire de Pomquet.

Pour savoir comment obtenir la plaque d’immatriculation avec le drapeau acadien, allez à www.gov.ns.ca/snsmr/access/drivers/acadian-flag-licence-plate-fr.asp

FacebookTwitterGoogle BookmarksLinkedin

archivens