Filtrer les éléments par date : juin 2016
La Société nationale de l’Acadie (SNA) a décerné la Médaille Léger-Comeau, la plus haute distinction offerte par le peuple acadien, à May Bouchard, en soirée, à la Salle des retraités à Chéticamp. La Médaille a été remise à Mme Bouchard par René Cormier, président de la SNA, pour souligner les accomplissements exceptionnels de la lauréate qui a consacré une grande partie de sa vie aux démarches remarquables de revitalisation de la communauté acadienne de la Nouvelle-Écosse. Lors de la cérémonie, May Bouchard a reçu les témoignages de Sylvain Soulard, son beau-fils, de son amie et collègue, Laurette Deveau, et de sa petite-fille, Marie-Hélène Fennell. Au grand plaisir de l’audience, ils ont retracé tour à tour le parcours professionnel, personnel et familial d’une grande Acadienne. « Cette grande dame, authentique et humble de cœur, est un véritable trésor national vivant en Acadie. Son dévouement exemplaire pour la culture acadienne, l’éducation en français en Nouvelle-Écosse, les femmes, les personnes aînées et les nombreuses causes qui lui tiennent à cœur sont inestimables. Habitée d’une joie de vivre exceptionnelle, May Bouchard est un modèle d’engagement et une source d’inspiration pour les Acadiennes et les Acadiens de toutes les générations. La SNA est honorée de remettre la Médaille Léger-Comeau à cette femme d’action », explique René Cormier. L’artiste bien connu, Ronald Bourgeois, a été désigné maître de cérémonie pour l’occasion. L’artiste-peintre, Christine Benoit, a créé une œuvre personnalisée durant la cérémonie, qui a été remise à Mme Bouchard en fin de soirée. Les Bougraisses, un groupe de quatre jeunes filles, ont interprété avec brio trois chansons, dont l’une en compagnie de Joanne Bouchard, la fille cadette de la lauréate. Rappelons que la Médaille Léger-Comeau est une distinction unique en son genre qui, depuis plus de 25 ans, a récompensé plusieurs personnalités qui se sont distinguées par leur contribution remarquable à l’Acadie.

HALIFAX : Le mercredi 1er juin, lors d’un premier événement de lancement, le nouveau nom de Radio Halifax Métro a été dévoilé à la communauté. Pour commencer, le groupe Radio Radio s’est rendu disponible pour un concert éclair puis après la présentation de la nouvelle image, les artistes Clara Dugas, Ronald Bourgeois, Boudreau-Vanier et Sonia Losier sont montés sur scène.

Le nouveau nom Oui 98 a été choisi par le conseil d’administration. Oui 98, c’est ma radio, c’est notre radio. Oui 98 c’est la radio de la communauté. C’est un mot que tout le monde comprend, quelle que soit la langue maternelle. Oui, est rassembleur. Oui c’est « we ».

De nombreux bénévoles de la radio, membres des organismes communautaires francophones, artistes de la région et donateurs étaient présents pour assister à cet événement qui célèbre le renouveau de la radio.

Depuis plusieurs années, la seule radio communautaire francophone haligonienne traînait une dette importante (au-delà de 100 000 $). Une grande partie de cette dette (60 000 $) était redevable à Revenu Canada. Avec l’aide et le soutien de la communauté (principalement sous la forme de prêts de particuliers et avec l’aide du Conseil communautaire du Grand-Havre), la radio a pu payer ses dettes à Revenu Canada.

Grâce aux deux journées de planification stratégique animées par Serge Parent et Roland Bryar, des experts-conseils mandatés par Ronald Bourgeois et le Conseil de développement économique de la Nouvelle-Écosse, Oui 98 FM a pu discuter de l’avenir de la radio et de la stratégie à adopter pour le futur. 

Du côté programmation, le projet Jeunes Acadiens en direct a vu des radios mobiles installées dans les écoles du Conseil scolaire acadien provincial afin de permettre aux élèves de créer et produire leurs propres émissions. Ce projet reprend grâce au financement de Patrimoine canadien. Tendez l’oreille, nos jeunes seront à nouveau bientôt en ondes. D’autre part, un financement du Fonds canadien de la radio communautaire (FCRC), a permis à Oui 98 d’embaucher Yaye Peukassa afin qu’il anime à partir du 1er juillet, les émissions matinales Bonjour Halifax de 6 h à 9 h.

Mais Oui 98 est toujours à la recherche de soutien, que ce soit pour l’animation, la gestion de la radio ou pour une commandite. Entreprises, vous pouvez faire de la publicité en français, en ondes, à Halifax!

Oui 98 est un instrument de diffusion d’informations et de promotion des activités des membres de la communauté, ce qui apporte à tous les francophones et francophiles une visibilité dans la municipalité régionale de Halifax.

HALIFAX : Dans une belle cérémonie tenue à l’Assemblée législative de la Nouvelle-Écosse, neuf Néo-Écossais ont participé à la remise des insignes de l’Ordre de la Pléiade. Les membres de l’Ordre de la Pléiade en Nouvelle-Écosse appartiennent aux catégories suivantes : grade de Grand Officier, grade de Commandeur, grade d’Officier et grade de Chevalier. Les neuf personnes suivantes ont reçu le grade de Chevalier : Marie Burkey, Phil Comeau, George Cottreau, Marie Stella Doucet, Bernice d’Entremont, Robert Fougère, Cyrille LeBlanc, J. Édouard LeBlanc et Jocelyne LeBlanc-Tidd.

La première rencontre de l’Assemblée internationale des parlementaires de langue française (AIPLF) a eu lieu au Luxembourg en 1967. Cette rencontre a réuni 23 sections provenant de parlements d’Afrique, d’Amérique, d’Asie, d’Europe et d’Océanie dans le but de préconiser la mise en place d’une institution intergouvernementale de la Francophonie.

Aujourd’hui, l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) regroupe 83 parlements répartis sur les quatre continents d’Afrique, d’Amérique, d’Asie et d’Europe. L’APF s’est donné pour but de défendre la démocratie, l’état de droit, et le respect des droits de la personne. L’APF se concentre sur le rayonnement international de la langue française et la diversité culturelle. La région Amérique comprend 14 sections, dont la Nouvelle-Écosse.

Cette année, la section de la Nouvelle-Écosse de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, au nom du président de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie de Paris, a voulu reconnaître publiquement l’immense apport de quatre Acadiennes et de cinq Acadiens qui à leur manière ont contribué à la préservation de la langue française pour les générations futures.

 Ces neuf Néo-Écossais se sont vu décerner le grade de chevaliers de l’Ordre de la Pléiade. Ce sont : Marie Burkey, originaire de Chéticamp et résidente de L’Ardoise au Cap-Breton depuis 1980. Elle a toujours travaillé pour la promotion de la langue française. Phil Comeau, originaire de la Baie Sainte-Marie, est reconnu comme l’un des cinéastes les plus prolifiques de l’Acadie. George Cottreau, originaire de Wedgeport et résident de la région métropolitaine de Halifax, a travaillé fort pour revendiquer le droit à l’éducation publique en français. Marie Stella Doucet, originaire de Chéticamp, s’est engagée pleinement comme bénévole pour faire avancer de nombreux dossiers communautaires. Bernice d’Entremont, originaire de Pubnico-Ouest, a consacré sa vie à la promotion de la langue et de l’histoire des Acadiens de la région. Originaire de Petit-de-Grat, Robert Fougère a consacré sa vie professionnelle à l’éducation et a grandement contribué à titre bénévole à sa localité acadienne. Cyrille LeBlanc, originaire de Wedgeport, a travaillé d’arrache-pied pour assurer la survie du seul journal français en Nouvelle-Écosse et il a activement fait la promotion de la communauté acadienne de sa région et de sa province. J. Édouard LeBlanc, un natif de Saulnierville, a travaillé dans le domaine des assurances et a contribué pendant plus de 40 ans à l’épanouissement de sa communauté acadienne et religieuse. Jocelyne LeBlanc-Tidd, originaire du Petit-Ruisseau, a consacré sa vie professionnelle à l’enseignement et à l’administration scolaire et elle a contribué par ses talents et son engagement à faire avancer sa culture et à l’épanouissement de la langue française.

Lors de la présentation de la décoration de l’Ordre de la Pléiade tenue à Halifax, Jocelyne LeBlanc-Tidd a agi comme porte-parole du groupe des nouveaux récipiendaires du grade de Chevalier. Mme LeBlanc-Tidd a dit accepter avec humilité de faire partie de l’Ordre de la Pléiade et elle a indiqué que les nouveaux récipiendaires du grade de Chevaliers avaient tous œuvré dans les domaines culturel ou artistique, en éducation ou dans le domaine des affaires afin de contribuer au développement de la langue française dans cette partie de l’Acadie. Jocelyne LeBlanc-Tidd a conclu en soulignant que « notre patrimoine n’est pas un trésor à cacher mais bien une richesse à partager ».

Ces neuf Néo-Écossais viennent s’ajouter à la liste des 37 Néo-Écossais qui ont déjà reçu le grade de Chevaliers au sein de l’Ordre de la Pléiade de la Nouvelle-Écosse. Il va sans dire que la section parlementaire de la Nouvelle-Écosse est ravie d’avoir des membres de si grande qualité qui se sont distingués dans le passé et qui continuent à jouer un rôle important dans nos communautés.

archivens