À LA UNE CETTE SEMAINE

Natalie Robichaud

TROIS-RIVIÈRES (QC) : Vincent Godin prépare un deuxième défi relatif à la dysphasie. Il se prépare à faire à la nage le trajet entre Chéticamp et les Îles-de-la-Madeleine. Il relèvera ce défi pour la dysphasie, une maladie dont il est atteint. Il a déjà effectué un trajet semblable en 2013 pour la même cause.

Ce n’est pas la première fois que ce jeune de 19 ans s’entraîne pour un tel trajet. En 2013, Vincent a traversé le fleuve Saint‑Laurent, ce qui représente une distance de 123 km. Cette fois-ci, il s’attaquera au trajet Chéticamp – Îles-de-la-Madeleine. Certes, la distance est moins grande (86 km), mais il y a beaucoup plus de risques, dont la température de l’eau, les courants et les conditions climatiques. Il prévoit entreprendre ce défi fin juillet et il estime que ça lui prendra environ deux semaines pour le terminer. « Je suis prêt physiquement et mentalement, affirme Vincent. J’ai hâte de dépasser cet objectif que je me suis fixé. »

Tout cela pour faire de la sensibilisation à la dysphasie. La dysphasie est une maladie spécifique affectant la compréhension et l’expression d’une personne. C’est un trouble neuro-développemental, c’est-à-dire que la personne naît avec cette difficulté et que le problème réside dans l’organisation du système neurologique. Vincent a été atteint de cette maladie très jeune et cela lui a occasionné beaucoup de problèmes d’apprentissage à l’école. Il a cependant aussi commencé à nager très jeune. Tout au long de sa jeunesse, la natation l’a aidé à bâtir sa confiance. « Je pense souvent à Terry Fox, dit-il. Je pense à ce qu’il a fait pour sensibiliser les gens au cancer et moi je veux faire la même chose pour la dysphasie. »   

Ce jeune homme a récemment terminé ses études secondaires et a entrepris sa mission sociale relative à la dysphasie. Présentement, il commence toutes ses journées par environ deux heures de natation, ce qui lui sert de méditation et d’entraînement pour son défi de juillet. Il s’entraîne parfois à la piscine, parfois dans des lacs près de chez lui. 

Restez donc à l’affût des nouvelles sur le déroulement de la prochaine aventure de ce jeune homme courageux. Bonne chance à Vincent! Visitez la page Facebook de Vincent Godin afin de connaître ses prochains exploits.

HALIFAX : Ce sont trois fonctionnaires provinciaux qui ont été mis à l’honneur aujourd’hui 20 mai lors de la remise des Prix d’excellence Bonjour! pour les services en français.

Le ministre des Affaires acadiennes, Michel Samson, était accompagné de partenaires communautaires et de collègues de la fonction publique pour faire la remise des prix.

« Le gouvernement joue un rôle essentiel dans l’élaboration et la prestation de services importants en français à l’intention des Néo-Écossais acadiens et francophones, de dire M. Samson. Offrir des programmes et des services en français demande énormément de travail et je tiens à féliciter les lauréats des Prix d’excellence Bonjour! pour leur rôle de premier plan dans ces efforts. »

Cette année, les lauréats sont :  

Marilyn Wallace, pour l’Excellence en matière de prestation de services au public;

Patricia Fricker-Bates, pour l’Excellence en matière de leadership;

Kelly Besler, pour l’Excellence en matière de développement de programme.

Mme Wallace, de Yarmouth, est porteuse à l’Hôpital de Yarmouth depuis 25 ans. Il est important pour les patients d’avoir quelqu’un qui peut parler leur langue maternelle. Le service qu’elle assure en français de manière chaleureuse, amicale et avec compassion calme les patients et les aide énormément dans des circonstances souvent difficiles.

Mme Fricker-Bates, de Sydney, a pris sa retraite récemment. Elle était la représentante des services en français pour l’Aide juridique de la Nouvelle-Écosse. Elle a assuré un soutien en français de différentes manières, y compris en coordonnant des cours de français pour le personnel de l’Aide juridique à l’échelle de la province. Son leadership a contribué à la traduction du Brydges After Hours Telephone Duty Counsel Manual, qui s’appelle en français le Manuel à l’intention des avocats de garde.

Mme Besler, de Halifax, est une coordonnatrice des services de protection de l’enfance au ministère des Services communautaires. Elle a joué un rôle clé dans les efforts déployés pour offrir en français tout le registre provincial des cas d’enfants maltraités. Grâce à sa détermination, les gens ont la possibilité de demander une recherche, de demander des renseignements par téléphone et de recevoir toute la documentation pertinente en français.

Trois anciens coordonnateurs des services en français ont également été mis à l’honneur pour leur travail dans la mise en valeur des services en français :

-- Joseph Muise, ministère des Communautés, de la Culture et du Patrimoine

-- Sylvie Lepine, ministère de l’Énergie

-- Peter Woolaver, ministère des Ressources naturelles.

 

Autres articles récents

  • L’importance d’un cimetière qui date d’avant la Déportation
    L’importance d’un cimetière  qui date d’avant la Déportation

    WOLFVILLE – C’est dans une atmosphère amicale et détendue qu’une dizaine de bénévoles des Amis de Grand-Pré ont participé, le vendredi 30 mai dernier, au nettoyage de la cour et des jardins du cimetière Sainte-Famille à Falmouth.

    Pendant l’après-midi, plusieurs Amis étaient présents, dont Susan Surette-Draper (présidente) et Ernie Draper de Port Williams, Ken Belfountain de Kentville, Félix et Lucille Amirault de Kingston ainsi que Derek Allerton de Wolfville. Les travaux de nettoyage et d’aménagement des parterres de fleurs et du terrain profiteront aux personnes qui se rendront au cimetière pendant la saison estivale.

    Les 19 et 28 juillet prochains, les gens pourront se renseigner sur cette histoire locale fascinante et participer à la Journée de commémoration du Grand Dérangement. Dans le cadre des Causeries à Grand-Pré du samedi 19 juillet 2014, Talva Jacobson, archéologue et artiste céramique, fera sa toute première présentation publique sur le processus de la reconstruction du crâne de l’enfant acadien trouvé lors des fouilles en 1996. De plus, le dévoilement de la brique posée par les Amis de Grand-Pré à la mémoire d’Angèle Arsenault, décédée le 25 février dernier, aura lieu vers 15 h 30 le 28 juillet, lors du pèlerinage commémorant la Déportation. D’autres briques seront dévoilées à la même cérémonie au cimetière Sainte-Famille.

  • Reconnaissance des bénévoles de la grande région de Halifax
    Reconnaissance des bénévoles  de la grande région de Halifax

    DARTMOUTH – Le Gala annuel de reconnaissance des bénévoles 2013-2014, organisé par le Conseil communautaire du Grand-Havre (CCGH), s’est tenu le 24 mai dernier. Dix-huit organismes de la grande région de Halifax ont souligné l’implication de leurs bénévoles.
    Une enquête réalisée en 2010 a révélé que plus de 13 millions de Canadiens ont fait du bénévolat au cours de cette année-là. La Nouvelle-Écosse a compté près de 500 000 bénévoles, ce qui représente 54 % de la population. « Sans le travail des bénévoles, il n’y aurait pas de développement communautaire francophone dans la municipalité régionale de Halifax. Tous les organismes de la communauté fonctionnent grâce à l’aide et à la contribution des bénévoles », a déclaré Jules Chiasson, directeur du CCGH.

  • Un centre de recherche et d'innovation en sciences à la Baie Sainte-Marie
    Un centre de recherche et d'innovation en sciences à la Baie Sainte-Marie

    POINTE-de-l’ÉGLISE – Le député de Nova-Ouest, Greg Kerr a annoncé le mardi 22 avril dernier un investissement de 482 920 $ du gouvernement du Canada dans ce projet de recherche, de développement et d’innovation dans la municipalité de Clare. Le ministère provincial du Développement économique et rural et du Tourisme investit quant à lui 75 000 $ dans la création de ce nouveau laboratoire à Saulnierville et de deux serres sur le campus de la Pointe-de-l’Église.

    Le projet est le fruit d’une collaboration stratégique des secteurs public et privé afin de stimuler la recherche et l’innovation en milieu rural en Nouvelle-Écosse. Il fait suite aux conclusions de la récente commission Ivany (recteur d’Acadia University), notamment quant à l’engagement de doubler les fonds pour la recherche dans les universités et les collèges ainsi que de trouver des approches durables et à valeur ajoutée pour les industries traditionnelles.

  • L'hiver a causé d'importants dégâts en Nouvelle-Écosse

    POINTE-de-l’ÉGLISE − Le blizzard du mercredi 26 mars avec des vents s’élevant à quelque 153 kilomètres à l’heure a laissé ses traces à Pointe-de-l’Église. En plus de démolir le phare it, les vents ont endommagé, entre autres, un des quatre pics de l’église Sainte-Marie à proximité.

    Le phare de la Pointe, construit en 1874, était devenu un lieu historique sur le campus de l’Université Sainte-Anne, juste à côté. Il s’agissait d’un des derniers phares en bois dans la province. Le vent a démoli la structure et une bonne partie s’est retrouvée sur le côté de la falaise tout près. C’était un lieu de rencontre pour les étudiants ainsi que pour les promeneurs le long du sentier qui s’étend le long de la côte jusqu’au petit bois derrière l’Université.

    L’église Sainte-Marie, la plus grande église en bois en Amérique du Nord, s’élève à 185 pieds (56,4 mètres) de haut et comprend un ballast de 40 tonnes de roches pour résister aux éléments. Le dommage a été fait à une face des quatre pics à 150 pieds de haut, celui qui pointe vers le campus de l’Université Sainte-Anne. « La face de la pointe indique un petit pic détaché aux deux tiers de sa hauteur, a expliqué André Valotaire, coordonnateur de la paroisse Sainte-Marie. Un autre coup de vent ou la pluie pourrait le détacher. Le vent de la tempête a élevé le morceau détaché de 3 pouces. Il y a une ouverture vers l’extérieur. Ça tient par un ou deux clous au haut et le pic pourrait tomber n’importe quand. »

FacebookTwitterGoogle BookmarksLinkedin