À LA UNE CETTE SEMAINE

METEGHAN – Une jeune femme originaire de la Rive-Sud est en train de réaliser un film documentaire dont le personnage principal est quelqu’un de très spécial, son grand-père.

Natasha Duchene, ou Natasha à Connie à James à Fred à Willie, comme elle est connue à Meteghan, habite actuellement à Yellowknife dans les Territoires du Nord-Ouest, mais elle est originaire du village de Chester. Pendant son enfance, elle a passé beaucoup de temps à Meteghan avec son grand-père, James Aymar.

Depuis quelques années, elle rêvait de réaliser un film sur son grand-père. Son rêve est maintenant devenu réalité. James Aymar a vécu deux guerres mondiales, la grande dépression et il a plusieurs souvenirs des événements marquants de sa région. À 97 ans, il rayonne d’une joie de vivre exceptionnelle, et il aime encore être de la fête. C’est pour cela que sa petite-fille veut en faire un documentaire. La jeune réalisatrice explique qu’elle veut documenter la vie de son grand-père, en racontant des histoires à travers ses yeux. Le film met aussi en valeur les traditions culturelles de la région ainsi que les liens avec nos racines de manière générale. Le film est bilingue et on y trouve beaucoup de personnages de la région de Meteghan.

Natasha Duchene s’est jointe au réalisateur Marshall Woodworth de La Nouvelle-Orléans pour réaliser le film. M. Woodworth a des origines françaises, qui font que le sujet du film résonne dans son esprit. Ensemble, ils travaillent sur le film depuis juin. « Au fur et à mesure que nous travaillons sur le film, nous nous rendons compte de la richesse du sujet, et cela devient difficile de mettre fin au tournage », explique Mme Duchene. M. Woodworth est de retour en Louisiane et travaille sur le film depuis là-bas, tandis que Mme Duchene reste en Nouvelle-Écosse encore un bon moment pour continuer son travail et passer du temps avec sa famille.

Le lancement officiel du film Grand-Père - Un film d’Acadie se fera à la Baie Sainte-Marie dans la prochaine année. Pour financer son projet, Mme Duchene a lancé une campagne de financement sur un site de financement participatif (crowdfunding).

www.indiegogo.com/projects/grand-pere-un-film-d-acadie

POINTE-du-SAULT/ÎLE-des-SURETTE – Les célébrations du nouveau pont de la Pointe-du-Sault et de l’Île-des-Surette ont eu lieu le samedi 28 juin par une belle journée d’été. Près de mille personnes s’étaient déplacées pour écouter les discours des dignitaires représentant les différents ordres de gouvernement, les membres du comité chargé de trouver un constructeur pour le nouveau pont, les membres du comité responsable d’organiser les célébrations, un représentant des Premières Nations et des Métis et un membre du clergé représentant les paroisses Saint-Joseph et Sainte-Famille.

 

L’événement a commencé immédiatement après le dîner, vers 13 h. Un grand nombre de visiteurs venant de partout dans le comté ont stationné leurs voitures des deux côtés de la route 308 sur le côté de la Pointe-du-Sault. Cette file de voitures mesurait au moins un kilomètre. Avec l’autorisation du ministre des Transports et du Renouvellement de l’infrastructure, le pont a été fermé à toute circulation sauf aux véhicules d’urgence. 

 

Corey Clamp, le président du comité des célébrations a souhaité la bienvenue à l’assistance à 14 h. Il a profité de l’occasion pour remercier le grand nombre de bénévoles qui ont travaillé avec lui et son comité pour assurer le succès de cette journée historique. M. Clamp a par la suite invité Gérald Boudreau à entonner l’hymne national, dans les deux langues officielles.

 

Earl Muise a été le premier dignitaire à s’adresser à la foule. M. Muise était le porte-parole du comité qui souhaitait remplacer l’ancien pont qui datait de plus de 100 ans, l’Indian Sluice Bridge. Il a rappelé que cela faisait plus de 20 ans que les résidents voulaient un nouveau pont. Il a remercié le premier comité chargé de trouver un nouveau pont; ce comité était composé des personnes suivantes : Clifford Amirault, Jamie Boucher, Anne Cottreau, Thomas Doucet, Tommy Surette, Eddie Madden, Guy Surette et lui-même.

 

Chris d’Entremont, le député provincial d’Argyle-Barrington a remercié Guy Surette et le comité de célébrations pour leur travail continu.

 

Guy Surette, le conseiller municipal du district 4 a profité de l’occasion pour remercier certaines personnes qui ont contribué à faire avancer le dossier de construction du nouveau pont. Il a nommé David Saulnier, les employés du ministre des Transports et de Renouvellement de l’infrastructure ainsi que Bill Estabrooks, l’ancien ministre de ce ministère.

 

Aldric d’Entremont, le préfet de la municipalité d’Argyle a félicité la communauté pour cette journée historique. Il a signalé la fierté que lui procurait la réalisation de ce projet et il a indiqué que la municipalité avait contribué à ces célébrations.

 

Gordon Wilson, le nouveau député de Clare-Digby a été le dernier politicien à prendre la parole. M. Wilson était le représentant officiel du gouvernement de la Nouvelle-Écosse. Il a fait remarquer que ces cérémonies d’ouverture du pont étaient sans précédent et qu’il n’avait jamais vu autant de citoyens participer à une telle cérémonie. Il a remercié l’entreprise Dexter qui a construit le pont et il a mentionné d’autres ponts dans la région qui sont sur la liste pour se faire remplacer.

 

Les deux dernières personnes à prendre la parole étaient Leland Surette et père Maurice LeBlanc, curé des paroisses Saint-Joseph et Sainte-Famille. Leland Surette a présenté une invocation de la part des Premières Nations et des Métis et père LeBlanc a béni le nouveau pont.

 

Après les discours, le ruban traditionnel a été coupé par Corey Clamp, suivi par un défilé de piétons, de véhicules et de motocyclettes jusqu’aux terrains d’Eddie et Cheryl Madden sur le côté de l’Île-des-Surette. Rendu à destination, le public a pu s’amuser en écoutant la musique et en participant à toutes sortes d’activités.

 

L’événement s’est terminé par une soirée dansante au Club social des Îles et par un spectacle de feu d’artifice.

Autres articles récents

  • L’importance d’un cimetière qui date d’avant la Déportation
    L’importance d’un cimetière  qui date d’avant la Déportation

    WOLFVILLE – C’est dans une atmosphère amicale et détendue qu’une dizaine de bénévoles des Amis de Grand-Pré ont participé, le vendredi 30 mai dernier, au nettoyage de la cour et des jardins du cimetière Sainte-Famille à Falmouth.

    Pendant l’après-midi, plusieurs Amis étaient présents, dont Susan Surette-Draper (présidente) et Ernie Draper de Port Williams, Ken Belfountain de Kentville, Félix et Lucille Amirault de Kingston ainsi que Derek Allerton de Wolfville. Les travaux de nettoyage et d’aménagement des parterres de fleurs et du terrain profiteront aux personnes qui se rendront au cimetière pendant la saison estivale.

    Les 19 et 28 juillet prochains, les gens pourront se renseigner sur cette histoire locale fascinante et participer à la Journée de commémoration du Grand Dérangement. Dans le cadre des Causeries à Grand-Pré du samedi 19 juillet 2014, Talva Jacobson, archéologue et artiste céramique, fera sa toute première présentation publique sur le processus de la reconstruction du crâne de l’enfant acadien trouvé lors des fouilles en 1996. De plus, le dévoilement de la brique posée par les Amis de Grand-Pré à la mémoire d’Angèle Arsenault, décédée le 25 février dernier, aura lieu vers 15 h 30 le 28 juillet, lors du pèlerinage commémorant la Déportation. D’autres briques seront dévoilées à la même cérémonie au cimetière Sainte-Famille.

  • Reconnaissance des bénévoles de la grande région de Halifax
    Reconnaissance des bénévoles  de la grande région de Halifax

    DARTMOUTH – Le Gala annuel de reconnaissance des bénévoles 2013-2014, organisé par le Conseil communautaire du Grand-Havre (CCGH), s’est tenu le 24 mai dernier. Dix-huit organismes de la grande région de Halifax ont souligné l’implication de leurs bénévoles.
    Une enquête réalisée en 2010 a révélé que plus de 13 millions de Canadiens ont fait du bénévolat au cours de cette année-là. La Nouvelle-Écosse a compté près de 500 000 bénévoles, ce qui représente 54 % de la population. « Sans le travail des bénévoles, il n’y aurait pas de développement communautaire francophone dans la municipalité régionale de Halifax. Tous les organismes de la communauté fonctionnent grâce à l’aide et à la contribution des bénévoles », a déclaré Jules Chiasson, directeur du CCGH.

  • Un centre de recherche et d'innovation en sciences à la Baie Sainte-Marie
    Un centre de recherche et d'innovation en sciences à la Baie Sainte-Marie

    POINTE-de-l’ÉGLISE – Le député de Nova-Ouest, Greg Kerr a annoncé le mardi 22 avril dernier un investissement de 482 920 $ du gouvernement du Canada dans ce projet de recherche, de développement et d’innovation dans la municipalité de Clare. Le ministère provincial du Développement économique et rural et du Tourisme investit quant à lui 75 000 $ dans la création de ce nouveau laboratoire à Saulnierville et de deux serres sur le campus de la Pointe-de-l’Église.

    Le projet est le fruit d’une collaboration stratégique des secteurs public et privé afin de stimuler la recherche et l’innovation en milieu rural en Nouvelle-Écosse. Il fait suite aux conclusions de la récente commission Ivany (recteur d’Acadia University), notamment quant à l’engagement de doubler les fonds pour la recherche dans les universités et les collèges ainsi que de trouver des approches durables et à valeur ajoutée pour les industries traditionnelles.

  • L'hiver a causé d'importants dégâts en Nouvelle-Écosse

    POINTE-de-l’ÉGLISE − Le blizzard du mercredi 26 mars avec des vents s’élevant à quelque 153 kilomètres à l’heure a laissé ses traces à Pointe-de-l’Église. En plus de démolir le phare it, les vents ont endommagé, entre autres, un des quatre pics de l’église Sainte-Marie à proximité.

    Le phare de la Pointe, construit en 1874, était devenu un lieu historique sur le campus de l’Université Sainte-Anne, juste à côté. Il s’agissait d’un des derniers phares en bois dans la province. Le vent a démoli la structure et une bonne partie s’est retrouvée sur le côté de la falaise tout près. C’était un lieu de rencontre pour les étudiants ainsi que pour les promeneurs le long du sentier qui s’étend le long de la côte jusqu’au petit bois derrière l’Université.

    L’église Sainte-Marie, la plus grande église en bois en Amérique du Nord, s’élève à 185 pieds (56,4 mètres) de haut et comprend un ballast de 40 tonnes de roches pour résister aux éléments. Le dommage a été fait à une face des quatre pics à 150 pieds de haut, celui qui pointe vers le campus de l’Université Sainte-Anne. « La face de la pointe indique un petit pic détaché aux deux tiers de sa hauteur, a expliqué André Valotaire, coordonnateur de la paroisse Sainte-Marie. Un autre coup de vent ou la pluie pourrait le détacher. Le vent de la tempête a élevé le morceau détaché de 3 pouces. Il y a une ouverture vers l’extérieur. Ça tient par un ou deux clous au haut et le pic pourrait tomber n’importe quand. »

FacebookTwitterGoogle BookmarksLinkedin