À LA UNE CETTE SEMAINE

ISLE MADAME/LOUISDALE : C’est le vendredi soir 20 mai que l’ouverture officielle des Jeux régionaux de l’Acadie a eu lieu à l’aréna de Richmond. Christine Boucher, élève de 12e année à l’École Beau-Port, a souhaité la plus cordiale bienvenue à toutes et à tous réunis pour célébrer l’ouverture. En qualité de maîtresse de cérémonie, elle a présenté chaque délégation à tour de rôle aux applaudissements chaleureux de l’auditoire nombreux. Ce sont les délégations de Chéticamp, de Clare, de Dartmouth, de Greenwood, de Halifax, de Par-en-Bas, de Pomquet, de Rive-Sud, de Sydney, de Truro, de Sackville et de la région hôtesse, Richmond, qui sont venues prendre leur place, tout en saluant la foule et en dansant au rythme de la chanson thème des Jeux de l’Acadie, Je suis avec toi.

Une fois les délégations en place, Christine Boucher a présenté les invités d’honneur qui comprenaient : Chasta Boudreau, présidente du comité organisateur; Marie-Philip Poulin, présidente honoraire; l’honorable Michel Samson, ministre des Affaires acadiennes; François Rouleau, directeur régional du Conseil scolaire acadien provincial (CSAP); Rod Samson, conseiller municipal du district 2, Petit-de-Grat; Chris Frotten, vice-président aux communications, finances et marketing de la Société des Jeux de l’Acadie; Angie Aucoin, présidente des Jeux de l’Acadie Nouvelle-Écosse; Francis Paradis, secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes; Daniel Thériault; Sandra Sassine, olympienne et représentante du Comité olympique canadien; et Vaughne Madden, directrice générale des Affaires acadiennes. 

Taylor LeBlanc, élève de 10e année, a interprété l’hymne national canadien et toutes et tous présents ont vite fait d’entonner avec elle pour créer une atmosphère spéciale et vivre un moment extraordinaire de fierté. Nombreux ont été les commentaires positifs suite à ce moment fort des Jeux régionaux. La présidente honoraire, Marie-Philipe Poulin, en a d’ailleurs fait mention dans son discours : « Lorsque j’ai entendu tout le monde entonner avec Taylor, j’en ai eu le frisson, comme à l’occasion de la remise de ma médaille d’or à Vancouver.»

Quelques invités d’honneur ont ensuite été conviés à prendre la parole. Mme Angie Aucoin, présidente des Jeux de l’Acadie, Nouvelle-Écosse, a souligné que les Jeux régionaux se tenaient en Richmond pour une 5e fois, la première ayant eu lieu en 1993. Elle a remercié le comité organisateur pour son travail exceptionnel dans la préparation d’un événement culturel d’envergure, « ce qui donnera le goût de participer encore l’année prochaine ». Chris Frotten, de la Société des Jeux de l’Acadie, a remercié la région hôtesse et a invité les gagnants à la 37e finale des Jeux de l’Acadie qui se tiendra à Caraquet. François Rouleau, représentant le CSAP, a souhaité la bienvenue en Richmond aux 750 athlètes et à plus de 200 accompagnateurs et accompagnatrices. Il a déclaré : « Vous participez au plus grand rassemblement de la jeunesse acadienne en Nouvelle-Écosse, et nous sommes fiers d’en faire partie comme conseil scolaire. » Rod Samson, conseiller du district 2, Petit-de-Grat, a souhaité la bienvenue à toutes et à tous, au nom de la municipalité de Richmond. L’honorable Michel Samson, ministre des Affaires acadiennes, a souligné l’importance de reconnaître le travail des parents, des enseignants et enseignantes, des entraîneurs et des bénévoles pour ce qui est de cette activité culturelle d’envergure. Il a dit en terminant : « Je suis confiant que la relève est là devant nous », en faisant référence aux jeunes rassemblés.

La troupe de danse, les Pieds au vol, sous la direction de son enseignante, Mme Renée Samson, a diverti la foule avec quelques numéros de danse et chorégraphies intéressantes. C’est une troupe de danse qui gagne en popularité et qui remporte bien des honneurs pour sa région. La mascotte Acajou est aussi sortie entre les présentations et discours. 

Marie-Philip Poulin, hockeyeuse de renommée et présidente honoraire des Jeux régionaux, a ensuite pris la parole. Elle s’est dite très contente de l’invitation et reconnaissante de l’accueil chaleureux qui lui a été réservé. Elle s’est empressée de raconter son parcours pour en arriver à être médaillée d’or au hockey féminin avec l’équipe canadienne. Passionnée de hockey, elle a fait ses débuts avec de l’équipement acheté « dans des marchés aux puces ». Elle vient d’un petit village, Beauceville au Québec, comme la plupart des athlètes aux Jeux régionaux qui habitent un petit village en Nouvelle-Écosse. Il est donc possible de réaliser son rêve, peu importe le statut social ou son lieu de naissance, si on se fie aux commentaires de l’invitée d’honneur. Tout en parlant aux jeunes de son parcours, elle souligne que rien n’arrive sans effort et sans sacrifice. « Partir de la maison à un jeune âge pour pratiquer son sport, c’est faire un sacrifice au niveau de la famille et c’est aussi prendre des risques », a-t-elle dit au groupe de jeunes. Elle a poursuivi : « Tu prends des risques, mais tu t’entoures de bonnes personnes; et les gens qui vous entourent aujourd’hui sont de bonnes personnes. Dites merci à ces bonnes personnes », a-t-elle conclu.

Chasta Boudreau, présidente du comité organisateur, a été la dernière à prendre la parole pour remercier les athlètes, les membres du comité organisateur, les parents et les bénévoles. Elle a dit : « Vous aurez été gagnants par le fait d’avoir été là, peu importe si vous gagnez ou non sur le terrain de jeu. »  

Le serment des athlètes a été prononcé par Laurier Fougère et Lexie Thériault, tandis que Richard Boudreau, responsable de la programmation sportive, a prêté le serment des officiels.

Une cérémonie spéciale, soulignant le rôle de la famille et du flambeau des Jeux, a pris place immédiatement avant le lancement officiel des Jeux régionaux. Voici le texte intégral présenté en guise d’explication par la maîtresse de cérémonie :

« Depuis toujours, le feu occupe une place très importante dans la vie de l’homme. Comme le feu, la famille est un élément sacré de l’humanité.  

Ce soir, la flamme olympique représente le rayonnement du soleil qui brille sur la grande famille des Jeux de l’Acadie. Une tradition qui se passe de génération en génération.  

Ce soir, les porteurs du flambeau sont la preuve de ce rayonnement et de cette tradition.

« Accueillons la famille qui représente le début de notre histoire : Janelle Fougere, athlète en balle-molle aux Jeux dans la région de Clare en 1985 et ses fils, Gilles Fougere, ancien athlète en basketball et en tennis, et Joël Fougère, athlète en volleyball de plage.

« La prochaine famille qui recevra ce beau symbole est le conseiller Rod Samson, athlète en 1988, et son fils Liam, qui participe à ses premiers Jeux régionaux.

« Et comme la flamme représente la vie et la continuité, cette famille est la preuve de la grande tradition des Jeux; la mère, Earlene Samson, grande bénévole des Jeux et ses filles : Chasta, ancienne athlète, entraîneure, chef de mission et présidente du comité organisateur, et Jannick Boudreau, ancienne athlète, chef de mission, entraîneure et membre de l’équipe de mission à la grande finale.

« Cette famille passera le feu à notre futur. Mark Samson, bénévole extraordinaire, entraîneur et père d’Angèle Richard, ancienne athlète en balle-molle et en tennis. Récemment, Angèle a eu à surmonter une épreuve personnelle et elle est ainsi devenue un modèle de persévérance.

« Son fils Noah, futur athlète. Noah est porteur du feu, symbole d’une longue vie des Jeux de l’Acadie en Nouvelle-Écosse. »

C’est ainsi qu’on souhaite que l’esprit des Jeux et le sentiment d’appartenance à cette langue et culture soient transmis d’une génération à l’autre. Il faut à tout prix garder le flambeau allumé même s’il est éteint symboliquement, chaque année, à la fin des Jeux régionaux. 

Chasta Boudreau et Marie-Philip Poulin ont déclaré ouverts les 32es Jeux régionaux de l’Acadie.

 Programmation sportive et culturelle

Le comité organisateur avait fait le travail nécessaire au bon déroulement et fonctionnement des Jeux. Les terrains avaient été préparés, réservés et l’horaire était au point. Les locaux pour le logement, la nourriture, les soins médicaux, tout avait été prévu et préparé dans la mesure du possible. Les bénévoles avaient été inscrits à des horaires et ceux-ci ont été fidèles à leurs consignes. Ce qui était du ressort du comité avait été fait, et les plaintes n’ont pas été nombreuses, voire inexistantes.

Une chose dont on n’a pas pu se plaindre, c’est de la température et de la météo. C’était comme si le comité organisateur avait pu préparer et commander les conditions idéales. Les trois jours de Jeux se sont déroulés sous un ciel bleu, avec, la plupart du temps un très beau soleil! Lorsqu’il fait beau, les jeunes s’amusent et cela a été le cas cette fin de semaine. 

Les activités sportives et culturelles pratiquées lors de la 32e édition des Jeux régionaux ont été pour la plupart les activités usuelles, dont l’athlétisme, le mini handball, le soccer, le volleyball, le badminton, le vélo de montagne. Pour du nouveau, il ya eu l’ultimate frisbee et le volleyball de plage (mixte). Du côté culturel, il y avait de l’improvisation et, nouveauté cette année, il y a eu La voix.   

Selon les rapports, les jeux sportifs et activités culturelles se sont déroulés à la hauteur des attentes et dans l’harmonie. La présidente honoraire, Marie-Philip Poulin, a dit avoir assisté à de nombreuses compétitions et elle a résumé ainsi ses observations : « Tout en donnant un plein effort, vous avez démontré un bel esprit de camaraderie et d’équipe. Félicitations! »  

Tout au long de la fin de semaine, les athlètes ont eu l’occasion de rencontrer et de jaser avec l’invitée spéciale, Marie-Philip Poulin. Souvent on la voyait aux côtés des jeunes qui voulaient poser avec elle, tout en enfilant autour de leur cou, la médaille d’or de la hockeyeuse de renommée. Aussi, elle a été invitée à signer les chandails des jeunes, un peu partout sur les terrains de jeu et lors de rencontres impromptues avec les jeunes.

Clôture et résultats

Ce sont deux jeunes de la 11année qui ont animé la séance de clôture des 32es Jeux régionaux : Victoria David et Laurier Fougère. Les deux jeunes ont souhaité la bienvenue aux spectateurs et ont invité les jeunes participants des douze régions à s’installer afin de découvrir qui étaient les grands gagnants de ces Jeux régionaux.

Avant de procéder à la désignation des délégations gagnantes et à la remise des bannières, les jeunes animateurs ont souligné la présence des personnes suivantes : Chasta Boudreau, Marie‑Philip Poulin, Chris d’Entremont, Chris Frotten, Angie Aucoin et Kenneth Aucoin, directeur général des Jeux de l’Acadie Nouvelle-Écosse. 

Marie-Philip Poulin a été invitée à dire quelques mots d’adieu aux athlètes. Elle a d’abord félicité les jeunes de leur esprit d’équipe et de leurs grands efforts déployés tout au long de la fin de semaine. Elle a aussi voulu souligner et expliquer comment elle en est arrivée à être invitée aux Jeux régionaux. Pour ce faire, elle a demandé à deux jeunes de l’École Beau-Port de monter sur l’estrade. C’est Adèle Joshua et Kiley Bona qui sont montées se placer à côté d’elle, pendant que Marie-Philip a expliqué que ces deux jeunes filles avaient fait un projet d’école sur sa personne, la hockeyeuse, médaillée d’or. Comme partie du projet, elles avaient exprimé le souhait de la rencontrer en personne et de l’avoir en région pour les Jeux régionaux. Et de là, les démarches ont été faites et une réponse positive n’a pas tardé à venir. 

Marie-Philip Poulin a remercié les jeunes et la communauté de leur accueil chaleureux en disant qu’elle en garderait un excellent souvenir.

Chris Frotten a aussi été remercié et reconnu pour toutes ses années comme bénévole auprès des Jeux de l’Acadie. 

Richard Boudreau a ensuite pris la parole, à titre de responsable de la programmation sportive, pour féliciter les jeunes et annoncer les délégations gagnantes. Il a d’abord qualifié ces Jeux régionaux de formidable succès. 

M. Boudreau a annoncé les gagnants, par région et selon les sports pratiqués. Les bannières ont été décernées comme suit :

Impro………………………….Greenwood

Mini handball…………………Par-en-Bas

Soccer féminin………………Dartmouth

Soccer masculin…………….……

Par-en-Bas

Ultimate frisbee……………..Dartmouth

La voix……………………………..

Truro

Volleyball masculin………...……

Par-en-Bas

Volleyball féminin…………..……

Par-en-Bas

Volleyball de plage mixte……...Par-en-Bas

Vélo de montagne………….Dartmouth

Badminton mixte…………...……

Par-en-Bas

Athlétisme…………………..Dartmouth

Des bannières pour l’esprit sportif dans chaque domaine ont aussi été présentées, et les gagnants ont été : 

Impro………………………….Halifax

Mini handball…………………Greenwood

Soccer féminin……………………

Par-en-Bas

Soccer masculin…………….Sydney

Ultimate frisbee……………..Rive-Sud

La voix……………………… Dartmouth

Volleyball masculin………...……

Par-en-Bas

Volleyball féminin…………..Chéticamp

Volleyball de plage mixte……...Pomquet

Vélo de montagne………….……

Par-en-bas

Badminton mixte…………...Halifax

C’est la présidente du comité organisateur qui est montée annoncer que la région gagnante des Jeux régionaux 2016 était Par-en-Bas.

La fiche de Par-en-Bas montrait que cette région avait remporté la bannière dans six disciplines. La région de Dartmouth a remporté dans quatre disciplines. Les deux autres régions à mériter des bannières ont été Greenwood et Truro. Pour résumer, quatre régions ont réussi à se classer tandis que huit régions sont reparties les mains vides, pour ce qui était de bannières des sports. Toutes les régions sont toutefois reparties riches d’expériences et d’amitiés forgées lors des Jeux.

Pour ce qui était des bannières offertes selon l’esprit sportif, la répartition a touché à huit différentes régions, ce qui a laissé quatre régions sans gains dans cette catégorie.

Les organisateurs souhaitent bon succès à la délégation Nouvelle-Écosse qui se prépare maintenant pour la Finale des Jeux de l’Acadie qui se tiendra à Caraquet à la fin juin. 

C’est la région de Clare qui sera la région hôtesse des 33es Jeux régionaux de l’Acadie en 2017. À l’année prochaine!

BEDFORD : Le Réseau Santé a accueilli 65 participants le jeudi 12 mai à une soirée de réseautage pour les professionnels de la santé francophones de la région de Halifax, qui s’est tenue à Dartmouth. Parmi les personnes présentes, on y comptait des infirmières, dentistes, physiothérapeutes, médecins, ostéopathes et orthophonistes, entre autres.

Lors de la soirée, les participants ont pu échanger avec d’autres professionnels de la santé et intervenants francophones de la région et en apprendre plus au sujet du Réseau Santé et de ses projets. Les participants ont aussi bénéficié d’une présentation sur l’offre active des services en français par Emilie O’Regan Martens, professeure et responsable du programme de soins infirmiers auxiliaires à l’Université Sainte-Anne. Une performance musicale de Sonier Losier et Danille d’Eon a été présentée après le souper.

L’activité a été très appréciée par les participants : 

« C’était une soirée inspirante. Je suis fière de faire partie du réseau », a dit la Dre Melanie Fredette, dentiste exerçant à Halifax.

« La soirée a été un grand succès pour moi. Dans une province majoritairement anglophone, avoir l’occasion de faire du réseautage avec d’autres professionnels de la santé francophones est primordial et bénéficie non seulement à moi-même en tant que professionnelle de la santé, mais aussi à mes patients francophones et acadiens. Un gros merci au Réseau Santé de l’avoir organisée! », a relaté Lisa Spinney-Hutton, orthophoniste exerçant dans la région de Halifax.

Le Réseau Santé tient à remercier toutes les personnes qui ont pris part à la soirée et qui ont contribué à son organisation et son succès et spécialement le comité de la région centrale.

« Les professionnels de la santé sont des partenaires clés dans l’offre des services en français. Un grand merci de votre participation et pour tout ce que vous faites pour offrir des services adaptés aux besoins de la communauté acadienne et francophone », a déclaré Paul d’Entremont, président du Réseau Santé.

Les personnes qui s’intéressent à participer à de futures activités de réseautage du Réseau Santé dans la région de Halifax peuvent communiquer avec Judy Aymar, coordonnatrice de la région centrale, à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou au 902-425-7119.

Autres articles récents

  • L’importance d’un cimetière qui date d’avant la Déportation
    L’importance d’un cimetière  qui date d’avant la Déportation

    WOLFVILLE – C’est dans une atmosphère amicale et détendue qu’une dizaine de bénévoles des Amis de Grand-Pré ont participé, le vendredi 30 mai dernier, au nettoyage de la cour et des jardins du cimetière Sainte-Famille à Falmouth.

    Pendant l’après-midi, plusieurs Amis étaient présents, dont Susan Surette-Draper (présidente) et Ernie Draper de Port Williams, Ken Belfountain de Kentville, Félix et Lucille Amirault de Kingston ainsi que Derek Allerton de Wolfville. Les travaux de nettoyage et d’aménagement des parterres de fleurs et du terrain profiteront aux personnes qui se rendront au cimetière pendant la saison estivale.

    Les 19 et 28 juillet prochains, les gens pourront se renseigner sur cette histoire locale fascinante et participer à la Journée de commémoration du Grand Dérangement. Dans le cadre des Causeries à Grand-Pré du samedi 19 juillet 2014, Talva Jacobson, archéologue et artiste céramique, fera sa toute première présentation publique sur le processus de la reconstruction du crâne de l’enfant acadien trouvé lors des fouilles en 1996. De plus, le dévoilement de la brique posée par les Amis de Grand-Pré à la mémoire d’Angèle Arsenault, décédée le 25 février dernier, aura lieu vers 15 h 30 le 28 juillet, lors du pèlerinage commémorant la Déportation. D’autres briques seront dévoilées à la même cérémonie au cimetière Sainte-Famille.

  • Reconnaissance des bénévoles de la grande région de Halifax
    Reconnaissance des bénévoles  de la grande région de Halifax

    DARTMOUTH – Le Gala annuel de reconnaissance des bénévoles 2013-2014, organisé par le Conseil communautaire du Grand-Havre (CCGH), s’est tenu le 24 mai dernier. Dix-huit organismes de la grande région de Halifax ont souligné l’implication de leurs bénévoles.
    Une enquête réalisée en 2010 a révélé que plus de 13 millions de Canadiens ont fait du bénévolat au cours de cette année-là. La Nouvelle-Écosse a compté près de 500 000 bénévoles, ce qui représente 54 % de la population. « Sans le travail des bénévoles, il n’y aurait pas de développement communautaire francophone dans la municipalité régionale de Halifax. Tous les organismes de la communauté fonctionnent grâce à l’aide et à la contribution des bénévoles », a déclaré Jules Chiasson, directeur du CCGH.

  • Un centre de recherche et d'innovation en sciences à la Baie Sainte-Marie
    Un centre de recherche et d'innovation en sciences à la Baie Sainte-Marie

    POINTE-de-l’ÉGLISE – Le député de Nova-Ouest, Greg Kerr a annoncé le mardi 22 avril dernier un investissement de 482 920 $ du gouvernement du Canada dans ce projet de recherche, de développement et d’innovation dans la municipalité de Clare. Le ministère provincial du Développement économique et rural et du Tourisme investit quant à lui 75 000 $ dans la création de ce nouveau laboratoire à Saulnierville et de deux serres sur le campus de la Pointe-de-l’Église.

    Le projet est le fruit d’une collaboration stratégique des secteurs public et privé afin de stimuler la recherche et l’innovation en milieu rural en Nouvelle-Écosse. Il fait suite aux conclusions de la récente commission Ivany (recteur d’Acadia University), notamment quant à l’engagement de doubler les fonds pour la recherche dans les universités et les collèges ainsi que de trouver des approches durables et à valeur ajoutée pour les industries traditionnelles.

  • L'hiver a causé d'importants dégâts en Nouvelle-Écosse

    POINTE-de-l’ÉGLISE − Le blizzard du mercredi 26 mars avec des vents s’élevant à quelque 153 kilomètres à l’heure a laissé ses traces à Pointe-de-l’Église. En plus de démolir le phare it, les vents ont endommagé, entre autres, un des quatre pics de l’église Sainte-Marie à proximité.

    Le phare de la Pointe, construit en 1874, était devenu un lieu historique sur le campus de l’Université Sainte-Anne, juste à côté. Il s’agissait d’un des derniers phares en bois dans la province. Le vent a démoli la structure et une bonne partie s’est retrouvée sur le côté de la falaise tout près. C’était un lieu de rencontre pour les étudiants ainsi que pour les promeneurs le long du sentier qui s’étend le long de la côte jusqu’au petit bois derrière l’Université.

    L’église Sainte-Marie, la plus grande église en bois en Amérique du Nord, s’élève à 185 pieds (56,4 mètres) de haut et comprend un ballast de 40 tonnes de roches pour résister aux éléments. Le dommage a été fait à une face des quatre pics à 150 pieds de haut, celui qui pointe vers le campus de l’Université Sainte-Anne. « La face de la pointe indique un petit pic détaché aux deux tiers de sa hauteur, a expliqué André Valotaire, coordonnateur de la paroisse Sainte-Marie. Un autre coup de vent ou la pluie pourrait le détacher. Le vent de la tempête a élevé le morceau détaché de 3 pouces. Il y a une ouverture vers l’extérieur. Ça tient par un ou deux clous au haut et le pic pourrait tomber n’importe quand. »

FacebookTwitterGoogle BookmarksLinkedin

CPPIB Big Box 300x250 V2Fr