À LA UNE CETTE SEMAINE

POINTE-de-l’ÉGLISE : La collation des grades à l’Université Sainte-Anne a eu lieu le samedi 9 mai  dernier à l’église Sainte-Marie de la Pointe-de-l’Église. Cette année, la cérémonie avait une signification très spéciale, car 2015 marque le 125e anniversaire de cette institution postsecondaire établie au cœur de l’Acadie.

Lisette Sieberath et la fanfare régionale de Clare ont d’abord diverti la grande salle remplie de parents, d’amis et de spectateurs. À 14 h, les finissants sont entrés prendre leur place réservée sur les bancs à l’avant de l’église. Lorsque les finissants et les dignitaires ont tous été assis, la fanfare a joué l’hymne national du pays. Le maître de cérémonie était Kenneth Deveau, vice-recteur à l’enseignement et à la recherche. Après avoir prononcé un mot de bienvenue, M. Deveau a invité Mgr Gérald Leblanc, vicaire général de l’archidiocèse de Halifax-Yarmouth, à dire la prière d’ouverture.

M. Deveau a par la suite présenté les diplômes aux finissants de 2015. Cette année, 68 diplômes ont été décernés dans les disciplines suivantes : diplôme préparatoire en sciences de la santé, diplôme ès sciences prévétérinaires, baccalauréat en service social-Université Laurentienne, baccalauréat ès arts, baccalauréat ès sciences, baccalauréat en administration des affaires, baccalauréat ès arts/baccalauréat en éducation, baccalauréat ès sciences/baccalauréat en éducation, baccalauréat en éducation et maîtrise en éducation. Trois diplômes ont été accordés à des personnes qui ont achevé leurs études en novembre 2014.

L’Université a aussi décerné deux doctorats honorifiques. Un de ces doctorats a été accordé à Lisa Balfour Bowen, qui a été présentée par Hughie Batherson. L’autre doctorat a été octroyé au Dr Jean Soucie, qui a quant à lui été présenté par Roland Comeau de la Baie Sainte-Marie.

Lisa Balfour Bowen est née à Hamilton, en Ontario. Elle a étudié à University of Toronto, à la Sorbonne et à Harvard University aux États-Unis. Mme Balfour Bowen s’intéresse depuis longtemps au bilinguisme et au biculturalisme. Ayant travaillé pour les gouvernements du Québec et de l’Ontario, elle a mené une brillante carrière en journalisme et a contribué régulièrement à des journaux renommés du pays. Mme Balfour Bowen est récipiendaire de plusieurs reconnaissances et prix prestigieux. L’Université Sainte-Anne lui a décerné un doctorat honorifique ès lettres. Dans son discours aux finissants, Mme Balfour Bowen les a exhortés à ne jamais perdre leur français et à être fiers d’être diplômés de cette institution.

Le Dr Jean Soucie est originaire de l’Anse-des-Belliveau, en Nouvelle-Écosse. Cet ancien de l’Université Sainte-Anne (classe de 1965) a obtenu son diplôme de la Faculté de médecine de l’Université Laval, à Québec, et a ensuite fait sa résidence en médecine interne à l’Université McGill, à Montréal. Le Dr Soucie est revenu au Canada atlantique en 1975; à cette époque, il a fait partie du personnel de l’hôpital Dr-George-Dumont à Moncton. Plus tard, il a déménagé à Edmundston et a été embauché par l’hôpital général de cette ville. Il a joué un rôle très important dans les domaines de la médecine et de la santé au Nouveau-Brunswick. Il a également offert ses services comme bénévole et membre du conseil des gouverneurs de l’Université Sainte-Anne, de 2001 à 2003, et de l’Université de Moncton, de 2011 jusqu’à présent. L’Université Sainte-Anne lui a accordé un doctorat honorifique ès sciences médicales.

Dans son adresse aux finissants, le Dr Soucie a parlé des deux qualités qui sont importantes pour les finissants de 2015 : la résilience et l’engagement.

Après la présentation des doctorats honorifiques, Hughie Batherson a présidé à la remise des honneurs et des prix spéciaux.

La collation des grades s’est terminée par les discours d’Allister Surette, de Dona Aïcha Gueye et d’Aldéa Landry.

Allister Surette a noté que cette convocation était la 124de l’institution. Il a fait remarquer que les étudiants de l’Université Sainte-Anne provenaient de partout au Canada et de 18 autres pays. Allister Surette a rappelé à la classe de finissants que cette collation des grades leur ouvrait des portes et que de nouveaux défis les attendaient. M. Surette a parlé de la fierté qu’il éprouve pour ses étudiants et son institution.

Dona Aïcha Gueye a prononcé le discours d’adieu au nom des finissants. Originaire de Dakar, au Sénégal, Mme Gueye a raconté ce qu’elle a ressenti lors de son arrivée au campus de la Pointe-de-l’Église. Elle a remercié ses professeurs et l’administration de l’Université pour tout leur appui pendant les trois dernières années. Elle a conclu ses commentaires en exprimant sa fierté d’avoir vécu cette expérience avec la famille de Sainte-Anne.

Aldéa Landry, chancelière de l’Université Sainte-Anne, a été la dernière personne à s’adresser à la foule. Dans un discours apprécié par l’auditoire, Mme Landry a rappelé aux finissants qu’il est important de rendre hommage à ceux qui nous aiment, à ceux qui nous entourent et à ceux qui s’engagent à nous appuyer. Elle a fait valoir que les parents, surtout les mères, jouent un rôle de premier plan. Elle a également parlé de l’importance du savoir-faire, du savoir-être et du savoir-vivre ensemble.

La collation des grades s’est terminée par l’Ave Maris Stella, hymne national des Acadiens, et par la sortie des dignitaires. Pour clore la journée, une réception a été donnée à la cafétéria de l’Université.

POINTE-de-l’ÉGLISE : En février dernier, l’équipe Enactus Sainte-Anne s’est rendue à Halifax pour participer aux compétitions régionales d’Enactus Canada. Lors de ces compétitions, des étudiants ont la chance de présenter devant des juges les projets entrepreneuriaux qu’ils ont développés pendant l’année. 

Cette année, 18 étudiants ont fait le trajet à Halifax par autobus pour encourager ceux parmi eux qui allaient sse présenter dans deux différentes compétitions : le TD Entrepreneurship Challenge et le Scotiabank EcoLiving Challenge qui se concentre sur des projets environnementaux. Avec des concurrents comme Saint Mary’s University, qui a auparavant été la championne nationale, les équipes de Sainte-Anne ont remporté le prix de 2e position pour l’Entrepreneurship Challenge et le prix de 3e position pour l’EcoLiving Challenge. Un grand succès! 

Le 31 mars, la compétition annuelle Soirée des Dragons a pris place au théâtre Marc‑Lescarbot à l’Université Sainte-Anne. Sept étudiants ont présenté six idées d’entreprises variées et réalistes devant un groupe de juges. Les juges, qui étaient tous des leaders de la communauté, avaient de l’argent à donner aux meilleures idées, et ils ont d’ailleurs affirmé que la décision avait été très difficile à prendre. Trois entreprises ont mérité 200 $ chacune. Les entreprises gagnantes étaient : une entreprise de fabrication de vêtements à base d’un tissu africain appelé le wax; une entreprise de distribution de jus africain; et un magasin de perruques et de coiffures africaines. Comme l’argent gagné doit être utilisé pour le développement de l’entreprise, gardez l’œil ouvert et vous verrez apparaître de nouvelles entreprises dans la région dans l’année à venir. À l’Université Sainte-Anne, une chose est certaine : la diversité culturelle et l’esprit entrepreneurial règnent! Cette compétition a été organisée par le Conseil de développement économique de la Nouvelle‑Écosse (CDÉNÉ) en partenariat avec Enactus Sainte-Anne, et cela a été une réussite comme d’habitude. Merci au CDÉNÉ!

Le mercredi 8 avril, l’Université Sainte-Anne, dans le cadre de la conférence Laurent‑Beaudoin, a accueilli au théâtre Marc-Lescarbot Alex MacLean, fondateur et président d’East Coast Lifestyle. Ce jeune étudiant qui a commencé son entreprise, désormais célèbre depuis mars 2013, est venu donner un discours tout à fait inspirant aux 300 spectateurs réunis pour l’occasion. Il a parlé de l’importance des médias sociaux et de la gestion de temps, ce qui a trouvé un écho chez plusieurs des jeunes étudiants dans la salle. Cette soirée a été planifiée par la professeure Dianne Blinn, qui est également la mentor de l’équipe Enactus Sainte-Anne. Il est clair, d’après l’excellent taux de participation à la soirée, que les étudiants de l’Université Sainte-Anne s’intéressent de plus en plus à l’avenir économique de la Nouvelle-Écosse.

En mai, une équipe d’une dizaine d’étudiants prendra l’avion à destination de Toronto, où se tiendront les compétitions nationales de cette année. L’équipe est une des deux seules équipes francophones au Canada et est composée d’étudiants canadiens et internationaux dévoués qui s’intéressent au monde des affaires. Les compétitions se déroulent du 11 au 13 mai, donc souhaitez-leur bonne chance!

Autres articles récents

  • L’importance d’un cimetière qui date d’avant la Déportation
    L’importance d’un cimetière  qui date d’avant la Déportation

    WOLFVILLE – C’est dans une atmosphère amicale et détendue qu’une dizaine de bénévoles des Amis de Grand-Pré ont participé, le vendredi 30 mai dernier, au nettoyage de la cour et des jardins du cimetière Sainte-Famille à Falmouth.

    Pendant l’après-midi, plusieurs Amis étaient présents, dont Susan Surette-Draper (présidente) et Ernie Draper de Port Williams, Ken Belfountain de Kentville, Félix et Lucille Amirault de Kingston ainsi que Derek Allerton de Wolfville. Les travaux de nettoyage et d’aménagement des parterres de fleurs et du terrain profiteront aux personnes qui se rendront au cimetière pendant la saison estivale.

    Les 19 et 28 juillet prochains, les gens pourront se renseigner sur cette histoire locale fascinante et participer à la Journée de commémoration du Grand Dérangement. Dans le cadre des Causeries à Grand-Pré du samedi 19 juillet 2014, Talva Jacobson, archéologue et artiste céramique, fera sa toute première présentation publique sur le processus de la reconstruction du crâne de l’enfant acadien trouvé lors des fouilles en 1996. De plus, le dévoilement de la brique posée par les Amis de Grand-Pré à la mémoire d’Angèle Arsenault, décédée le 25 février dernier, aura lieu vers 15 h 30 le 28 juillet, lors du pèlerinage commémorant la Déportation. D’autres briques seront dévoilées à la même cérémonie au cimetière Sainte-Famille.

  • Reconnaissance des bénévoles de la grande région de Halifax
    Reconnaissance des bénévoles  de la grande région de Halifax

    DARTMOUTH – Le Gala annuel de reconnaissance des bénévoles 2013-2014, organisé par le Conseil communautaire du Grand-Havre (CCGH), s’est tenu le 24 mai dernier. Dix-huit organismes de la grande région de Halifax ont souligné l’implication de leurs bénévoles.
    Une enquête réalisée en 2010 a révélé que plus de 13 millions de Canadiens ont fait du bénévolat au cours de cette année-là. La Nouvelle-Écosse a compté près de 500 000 bénévoles, ce qui représente 54 % de la population. « Sans le travail des bénévoles, il n’y aurait pas de développement communautaire francophone dans la municipalité régionale de Halifax. Tous les organismes de la communauté fonctionnent grâce à l’aide et à la contribution des bénévoles », a déclaré Jules Chiasson, directeur du CCGH.

  • Un centre de recherche et d'innovation en sciences à la Baie Sainte-Marie
    Un centre de recherche et d'innovation en sciences à la Baie Sainte-Marie

    POINTE-de-l’ÉGLISE – Le député de Nova-Ouest, Greg Kerr a annoncé le mardi 22 avril dernier un investissement de 482 920 $ du gouvernement du Canada dans ce projet de recherche, de développement et d’innovation dans la municipalité de Clare. Le ministère provincial du Développement économique et rural et du Tourisme investit quant à lui 75 000 $ dans la création de ce nouveau laboratoire à Saulnierville et de deux serres sur le campus de la Pointe-de-l’Église.

    Le projet est le fruit d’une collaboration stratégique des secteurs public et privé afin de stimuler la recherche et l’innovation en milieu rural en Nouvelle-Écosse. Il fait suite aux conclusions de la récente commission Ivany (recteur d’Acadia University), notamment quant à l’engagement de doubler les fonds pour la recherche dans les universités et les collèges ainsi que de trouver des approches durables et à valeur ajoutée pour les industries traditionnelles.

  • L'hiver a causé d'importants dégâts en Nouvelle-Écosse

    POINTE-de-l’ÉGLISE − Le blizzard du mercredi 26 mars avec des vents s’élevant à quelque 153 kilomètres à l’heure a laissé ses traces à Pointe-de-l’Église. En plus de démolir le phare it, les vents ont endommagé, entre autres, un des quatre pics de l’église Sainte-Marie à proximité.

    Le phare de la Pointe, construit en 1874, était devenu un lieu historique sur le campus de l’Université Sainte-Anne, juste à côté. Il s’agissait d’un des derniers phares en bois dans la province. Le vent a démoli la structure et une bonne partie s’est retrouvée sur le côté de la falaise tout près. C’était un lieu de rencontre pour les étudiants ainsi que pour les promeneurs le long du sentier qui s’étend le long de la côte jusqu’au petit bois derrière l’Université.

    L’église Sainte-Marie, la plus grande église en bois en Amérique du Nord, s’élève à 185 pieds (56,4 mètres) de haut et comprend un ballast de 40 tonnes de roches pour résister aux éléments. Le dommage a été fait à une face des quatre pics à 150 pieds de haut, celui qui pointe vers le campus de l’Université Sainte-Anne. « La face de la pointe indique un petit pic détaché aux deux tiers de sa hauteur, a expliqué André Valotaire, coordonnateur de la paroisse Sainte-Marie. Un autre coup de vent ou la pluie pourrait le détacher. Le vent de la tempête a élevé le morceau détaché de 3 pouces. Il y a une ouverture vers l’extérieur. Ça tient par un ou deux clous au haut et le pic pourrait tomber n’importe quand. »

FacebookTwitterGoogle BookmarksLinkedin